Loading

Le Conseil opte pour une rénovation rapide de la Salle del Castillo

Un peu bousculé par une négociation de dernière minute avec les opposants à la rénovation de la Salle del Castillo, le Conseil communal a finalement adopté, le 23 février 2012, la solution proposée par la Municipalité.

Pour voir la vidéo de ce Conseil:
http://www.vevey.ch/N8579/conseil-communal-du-26-01-12.html

Annoncée comme chaude, cette séance a tenu ses "promesses" et s'est focalisée sur l'objet principal, à savoir le crédit de construction pour la rénovation de la Salle del Castillo.


 

Deux interpellations ont été déposées en début de séance, qui donneront lieu à deux réponses écrites. Mais la Municipalité a déjà pu donner quelques indications préliminaires.
La première interpellation, déposée par M. Werner Riesen (UDC), s'interroge sur l'augmentation récente du prix des repas chauds à domicile facturés par Asante Sana. La Municipale Annick Vuarnoz a pu assurer que les prix n'étaient pas influencés par la fusion des deux associations de soins à domicile, mais le détail des coûts sera transmis ultérieurement par écrit.
Dans la seconde, M. Jérôme Christen (Vevey Libre) s'inquiète de la menace qui pèse sur les salles du cinéma Rex. En effet, la mutation rapide du film analogique aux fichiers numériques impose des transformations importantes du système de projection. La démarche a déjà été financée par une association de soutien pour l'Astor, avec l'aide de la Loterie romande et de la ville, ainsi que pour le Rex 4. Mais il reste encore les trois autres salles du Rex.
Là aussi, la Municipale de la Culture Mme Vuarnoz a pu rassurer et confirmer que la Ville est en contact avec l'association Avenir Ciné Riviera et que ce problème sera soumis prochainement à la Conférence des Syndics.

Trois préavis ont été déposé à l'occasion de cette séance, qui seront débattus lorsque une commission les aura étudiés.
Le premier concerne le report de délais pour répondre à un certain nombre de motions et de postulats en suspens. La Municipalité envisage d'en regrouper plusieurs afin de répondre d'ici la fin de l'été à bon nombre de ces objets.
Le deuxième porte sur une participation de la région au financement des récents travaux de rénovation de l'Auditorium Stravinski à Montreux. C'est la Communauté intercommunale d'équipe du Haut-Léman (CIEHL) qui devrait verser un million à Montreux en raison de l'intérêt stratégique de cet équipement pour toute la Riviera.
Enfin, le troisième est une demande de crédit pour la rénovation du Théâtre de l'Oriental, fermé depuis 2008 dans l'attente de ces travaux. Un montant de plus de 7 millions est nécessaire pour entretenir ce bâtiment gravement endommagé par le temps et réhabiliter ses espaces de création et de spectacle.


La rénovation de la Salle del Castillo est un projet attendu avec impatience par l'ensemble de la population veveysanne. Les travaux de la commission avaient vu s'exprimer une crainte latente d'une partie des délégués en raison du coût de cette opération lourde (plus de 18 millions tout compris).
Après avoir tenté de trouver des sources d'économie dans différents postes, la quasi totalité de la commission s'était pourtant ralliée, finalement au projet de la Municipalité, seuls trois membres se contentant de s'abstenir.
La commission avait même fait preuve de générosité puisqu'elle avait ajouté à la facture plus de 100'000 francs pour des gradins amovibles et un dispositif de protection contre les pigeons. Elle avait par contre renoncé à un équipement frigorifique à la cuisine.
L'autre démarche de la commission avait été de prier fermement la Municipalité de prendre contact avec les opposants. En effet, la délivrance du permis de construire avait suscité des oppositions, surtout en raison de la démolition du restaurant du Rivage. Le sort de cette dernière parcelle est en effet encore dépendante du Plan de quartier (PPA), qui est lui-même l'objet de recours.
En raison de cette opposition, on pouvait craindre que les travaux de rénovation de la Salle del Castillo ne puissent en effet pas démarrer avant une année, au mieux au printemps 2013. Désireux de voir la salle immédiatement en chantier, les commissaires ont donc demandé à la Municipalité de négocier une solution dissociant la démolition proprement dite de la rénovation.
C'est ce que l'Exécutif a fait, et il a conclu un accord avec les opposants, quelques jours avant la séance du Conseil, réduisant le permis de construire strictement aux travaux de rénovation et d'aménagement extérieur de la Salle del Castillo, sans inclure la démolition. Au terme de cet accord, le Conseil devait accepter une modification des conclusions du préavis visant à supprimer des conclusions les termes de "démolition du bâtiment du Restaurant du Rivage".
Une heure avant le Conseil, la commission a donc été convoquée d'urgence afin d'adapter les conclusions de son rapport afin de tenir  compte de cette nouvelle donne. Une majorité des membres a accepté la modification, alors que quelques représentants de la droite ont émis de très fortes réserves.

La même ambiance s'est retrouvée dès le début de ce point de l'ordre du jour. M. Jacques Décosterd, au nom du Groupe PLR, a demandé tout d'abord une interruption de séance afin de prendre connaissance des informations divulguées aux membres de la commission. Lorsque M. Alain Gonthier (Alt) a, quant à lui, suggéré un débat d'entrée en matière, il s'est rallié à cette demande. Le Conseil a donc été suspendu durant une vingtaine de minutes afin de débattre de l'opportunité d'entrer en matière.
Revenus dans la salle, les conseillers communaux ont entamé le débat, avec deux camps extrêmement tranchés. Pour les uns, la Municipalité a exécuté le mandat confié par la commission et a obtenu un accord qui permet de débuter les travaux sans délai et sans modifier le fond du projet de rénovation. Pour les autres, il s'agit d'un aveu de faiblesse face aux opposants qui ne tient pas compte des intérêts du futur acquéreur de la parcelle.
Au terme d'un long échange de vue, le Conseil a donc eu à se prononcer sur le choix entre entrer immédiatement en matière ou renvoyer cet objet en commission pour nouveau rapport. Ce vote a montré très clairement qu'une majorité confortable du Conseil était désireuse de régler rapidement cette question. Alors que les partis socialiste, verts, UDC et Vevey Libre votaient de manière compacte, seuls les groupes PLR, PDC et Alternatives s'opposaient - vainement - à l'entrée en matière.
L'essentiel de l'antagonisme portant sur le fait de traiter immédiatement ou non cet objet, la suite du débat a été beaucoup plus rapide et consensuelle. Un seul amendement, portant sur un montant anecdotique de 9'000 francs à rajouter pour la fibre optique, a été apporté au crédit de construction. Aucune autre modification n'a été apportée au contenu du préavis.
Par contre, Mme Fabienne Despot (UDC) est revenue sur le montant destiné, dans la proposition de la Municipalité, à la démolition du restaurant. Comme cette somme, de l'ordre de 450'000 francs, sera nécessaire pour les travaux supplémentaires rendus obligatoires par la non-démolition (il faudra entrer en perçant le mur Nord), elle n'a pas demandé le retrait de ce montant. Mais elle a proposé, et fait accepter par le Conseil à une très large majorité, un point supplémentaire demandant que les frais de la démolition (qui interviendra lorsque la procédure du PPA sera achevée) soient assumés par le futur propriétaire.
Le vote final a vu exactement la même configuration du Conseil approuver largement le préavis tel qu'amendé. Al a demande en particulier de M. Patrick Bertschy, la Municipalité, par la voix à la fois du Syndic Laurent Ballif et de la Municipale des constructions Elina Leimgruber, s'est engagée à suivre de très près ces travaux et d'informer le Conseil de leur évolution trimestriellement.

Les différentes communications constituant la fin de l'ordre du jour n'ont guère suscité de débats. Il y avait pourtant deux points extrêmement importants pour l'avenir de la région, qui reviendront ces prochains mois à l'agenda politique:
- la consultation du projet d'agglomération RIVELAC, qu'il est possible de consulter jusqu'à fin mars dans les greffes communaux
- la mise au concours de l'étude en vue d'une fusion des communes de la Riviera, qui devrait déboucher d'ici l'automne sur une demande de crédit financée par la CIEHL.
Au chapitre des questions individuelles, M. Alain Gonthier (Alt) s'est déclaré déçu que la promotion du domaine skiable des Pléiades ne fassent pas référence à son accessibilité par le train. Quant à M. Vincent Matthys (Soc), il s'est félicité de l'opération menée par la Ville pour les jeunes en ouvrant les salles de gym le dimanche.