Loading

Election du nouveau Président et régionalisation au Conseil

Pour sa dernière séance avant l'été, jeudi 28 juin 2012, le Conseil communal a, comme la loi l'exige, élu son bureau pour l'année à venir. Le nouveau Président est M. Patrick Bertschy. Et un petit débat sur la régionalisation s'est engagé à propos d'un don à Saint-Légier.

Pour voir la vidéo de ce Conseil:
http://www.vevey.ch/N11015/conseil-communal-du-28-06-12.html

Le dernier conseil avant l'été est généralement une séance moins stratégique que celle des comptes. L'objet principal en est l'élection du Bureau pour l'année suivante de la législature, un tournus garantissant à chaque parti une représentation équitable.
Mais il y a toujours la possibilité d'un débat de fond sur un des objets, ce qui a été le cas cette fois à propos d'un crédit de très minime importance.


Le nouveau giratoire de La Veyre, en voie d'achèvement, est un ouvrage réalisé par le canton, puisque la route est une voie d'accès à l'autoroute. Il a par contre demandé à la commune de St-Légier de participer au financement de ces travaux, et celle-ci a, à son tour, demandé aux communes de Vevey et Corsier de prendre en commun la moitié de la somme qu'elle devait débourser. Au final, ce rond-point n'est contesté par personne, chacun s'accordant à reconnaître la dangerosité de cet accès à une zone très fréquentée aussi par les entreprises que par les sportifs. La seule question qui a fait débat au Conseil était de la raison d'une contribution de Vevey...


Le nouveau Président, M. Patrick Bertschy, applaudi au terme de son élection.

La principale tâche de ce Conseil était de désigner les nouveaux élus aux différents postes du Bureau. Pour la Présidence, le candidat PLR, M. Patrick Bertschy, avait été élu difficilement lors de ses étapes précédentes aux différentes vice-présidences. Mais les choses se sont mieux passées cette fois, et il a finalement été élu dès le premier tour avec 41 voix, la majorité absolue étant à 33, mais avec un certain nombre de bulletins blancs. Les partis ont donc respecté le tournus malgré quelques gestes d'abstention.
Conseiller communal expérimenté et connu pour son engagement dans le monde du sport, M. Bertschy a remercié tout d'abord sa famille qui l'a soutenu, puis a prononcé quelques mots pour relever la qualité de la prestation de son prédécesseur au perchoir, M. Eric Oguey.
Les autres postes à pourvoir n'ont pas posé de problème et ont été élus dès le 1er tour le premier Vice-président (M. Roland Rapin, Verts) et le second Vice-président (M. Bastien Schobinger, UDC). Il a été ensuite procédé à la nomination des scrutateurs et scrutateurs suppléants, selon le tournus établi par les partis.

Plusieurs préavis ont été déposés par la Municipalité, dont certains ont même déjà donné à une séance de commission. Mais ils seront traités au début du mois de septembre.
Le premier est une demande déposée dans les dix communes du district afin de reconnaître d'intérêt public régional l'étude sur la faisabilité d'une ou de plusieurs fusions, voire d'une autre forme de gouvernance régionale. Cela permettra, si toutes les communes sont d'accord, de financer ce projet de l'ordre de 500'000 francs par la Communauté d'intérêt du Haut-Léman (CIEHL).
Le Conseil devra également se plonger dans le projet de nouveau Règlement du personnel communal, qui introduit quelques avancées sociales (vacances notamment) et tourne définitivement la page du fonctionnariat. Il a été négocié avec les représentants du personnel.
Enfin, deux demandes de crédit ont été déposées, d'importance diverses. Tout d'abord, un montant de près de 9 millions est demandé pour la rénovation et réaffectation du bâtiment de l'ex-EPA, puis un crédit d'un peu moins de 800'000 francs est envisagé pour l'achat de la patinoire qui a fait le bonheur, sous forme de location, de plusieurs dizaines de patineurs depuis cinq ans.

Les trois objets soumis au Conseil communal pour décision ont été finalement beaucoup plus disputés que prévu.
Le premier concernait le Règlement sur les arbres, attendus depuis de nombreuses années. La Municipalité proposait un texte relativement peu contraignant, s'appuyant surtout sur la législation cantonale. Deux propositions de durcir quelque peu ce projet, présentées par la commission, n'ont finalement pas trouvé grâce devant le plénum, qui a adopté le projet quasiment tel que proposé par la Municipalité.
Le deuxième objet consistait en une contribution de 98'000 francs pour l'aménagement du rond-point de la Veyre, sur le territoire de St-Légier. Cette proposition a fait naître un débat plus vif que prévu, plusieurs orateurs exprimant leur hostilité face à ce "subventionnement" d'une commune voisine sans raison légale. Le Syndic Laurent Ballif a tenu à apporter quelques précisions sur deux plans: la commune a été le principal promoteur de toute la zone de la Veyre en y implantant depuis 30 ans les entreprises qu'elle ne pouvait pas recevoir sur son territoire; cet axe en direction de l'autoroute est en quelque sorte une bretelle de contournement du centre ville et Vevey a tout intérêt à ce qu'il soit bien aménagé pour inciter les véhicules à l'emprunter. Après quelques échanges d'arguments contradictoires, notamment quant à la non-participation de St-Légier à la barrière anti-suicie du pont de Gilamont (mais c'était le canton qui était maître-d'oeuvre), le vote a finalement donné un résultat clair. Par 44 oui contre 28 non et 3 abstentions, le crédit a été accepté en faveur de St-Légier.
Enfin, l'ultime point à discuter a, lui aussi, dépassé largement le cadre attendu. Il s'agissait d'une correction tout à fait mineure du Règlement du Conseil, à la demande du Conseil d'Etat. Finalement, c'est une proposition plus complète qui a été faite à ce fameux article 90, à la suite d'un amendement de M. Jean-Pierre Boillat, dont il n'est pas certain que le Conseil ait mesuré tous les effets. Mais ce Règlement devra certainement faire l'objet d'une révision plus en profondeur d'ici quelques mois, la Loi sur les communes étant appelée à être modifiée de manière assez fondamentale par le Grand Conseil avant la fin de l'année. 


Passe d'armes entre M. Vladimir d'Angelo (ci-dessus) et le Syndic Laurent Ballif.


Le Municipal Etienne Rivier en compagnie des conseillers communaux Bonjour et Doriot lors de la récente inauguration de la nouvelle digue, à l'emplacement oùpourrait se trouver le futur port.

Au chapitre des communications, plusieurs n'ont guère suscité de discussion, comme l'annonce de l'ouverture d'un compte d'attente pour le réaménagement de la rue Louis-Meyer à l'issue des travaux du Rivage ou la réponse au postulat Molliat sur les marchés publics.
Par contre, comme prévu, la communication concernant un éventuel projet d'extension du port en direction de la Place du Marché a fait couler pas mal de salive. D'une part, certains conseillers ont estimé qu'il s'agissait, de la part de la Municipalité, d'une manoeuvre pour ne pas débuter les travaux de construction du club-house prévu au rond-point Melchers. D'autre part, le coût envisagé (près de 100'000 francs la place) a paru tellement disproportionné que plusieurs conseillers auraient préféré ne même pas envisager une telle éventualité. Le Municipal Etienne Rivier, à la fois auteur du postulat demandant cette étude et en charge, à la Municipalité, de ce projet, a bien précisé qu'un mandataire était chargé de consulter les intéressés et qu'aucun crédit d'étude ne serait demandé sans consulter au préalable la population sur l'opportunité d'une telle extension du port. Pour sa part, le Conseiller Vladimir d'Angelo (PDC) a eu une formule amusante concluant malgré tout sur une menace: le délai envisagé par la Municipalité pour la construction du club-house oscille entre la Saint-Glinglin et les calendes grecques et, si rien ne démarre avant la fin de l'été, il déposera un recours contre cette non-décision. 

Après quelques questions individuelles, notamment sur la manière dont la Municipalité met en oeuvre sa politique sur les incivilités ainsi que sur le problème des fumeurs et des cendriers dans l'espace public, le Conseil a passé aux habituels discours de fin d'année de législature. Le Président Eric Oguey a exprimé sa satisfaction et sa surprise à la découverte, du fait de sa fonction, de la masse d'activités menées par des associations et des bénévoles dans la ville. Il a conclu par un regard critique sur différents aspects de la politique mondiale, invitant chacun à prendre position avec vigueur lorsque des faits nous offusquent.
Pour sa part, le Syndic Laurent Ballif a - ironiquement - constaté que le M. Oguey avait été un président comblé, puisqu'il avait eu la chance, en une année, de passer en revue quasiment tous les articles du Règlement communal ! Il faut dire que les événements n'ont pas manqué, sans parler des différentes élections (complémentaire du Conseil d'Etat, fédérales et cantonales) qui ont permis à M. Oguey de jouer un rôle régional en vue en tant que président du Bureau électoral du chef-lieu du district.
Ultime formalité, le Président du Groupe socialiste, M. Vincent Matthys, a proposé, au nom du Président sortant, d'attribuer le jeton de présence de cette dernière séance à la fondation Proxy, qui vient en appui aux familles et aux proches aidants de personnes malades ou handicapées. Cette proposition a été acceptée à l'unanimité. 


Le Syndic Laurent Ballif remet au Président sortant de charge, M. Eric Oguey, le traditionnel cadeau de la Municipalité.

Après quoi, les membres du Conseil communal se sont rendus au restaurant de Vevey-Corseaux-Plage pour la traditionnelle collation de fin d'année.