Loading

Le Musée Chaplin réussit sa dernière ligne droite

Fixé un jour inhabituel (mercredi au lieu de jeudi), le Conseil communal du 23 janvier 2013 aura été tout aussi hors norme dans sa durée, puisqu'il a pris fin à 21h30 ! Juste le temps d'accepter d'enthousiasme le cautionnement du prêt au futur Musée Chaplin.

Pour voir la vidéo de ce Conseil:
http://www.vevey.ch/N12171/conseil-communal-du-23-01-13.html

Après les dix heures consacrées en décembre à l'étude du budget, le Conseil communal se réjouissait de voir que son ordre du jour de la séance de janvier était des plus légers.
Cette modicité n'a pas été compensée par une pléthore d'interventions personnelles, si bien que la séance s'est terminée dans un délai exceptionnel pour Vevey !

Fin de l'équilibrisme pour le Musée dévolu à Charlot !


M. Pierre Butty a eu des réponses des Municipales Annick Vuarnoz et Elina Leimgruber. Des chiffres complémentaires lui seront fournis ultérieurement.

Parmi les formalités de début de séance, la correspondance reçue par le Président Patrick Bertschy a permis de prendre connaissance d'un courrier des organisateurs de Léman Tradition infirmant les déclarations de la Société de développement quant à la paternite de cette manifestations à Vevey.
Le Conseil a également entériné la désignation, en remplacement de M. Mercier (Alt), de M. Diago Branguigno comme délégué au Conseil intercommunal de Sécurité Riviera. Cette proposition a suscité un peu de surprise car M. Branguigno n'est pas conseiller communal, mais cette possibilité est expressément autorisée.
Deux objets ont été déposés par des membres du Conseil. M. Pierre Butty (Soc) a interpellé la Municipalité à propos de la Journée de l'écolier, qui tarde à être formalisée par le canton et dont il voulait connaître les possibilités à Vevey. La Municipale Annick Vuarnoz a fait l'inventaire des structures existantes dans le cadre du réseau REVE (garderies et accueil para-scolaire). En tant que responsable d'Education, sa collégue Elina Leimgruber a complété en précisant quelles sont les activités para-scolaires déjà offertes et les besoins en locaux qui pourraient apparaître selon les exigences que le canton posera pour ces futures structures.

La seconde intervention parlementaire était un postulat de M. Jérôme Christen (VL) à propos de la mécanique budgétaire. Le canton exige en effet que le Conseil statue d'abord sur le taux d'imposition (délai fin octobre) avant de se déterminer sur son budget (délai fin décembre). Cet enchaînement paraît illogique à M. Christen, qui met en évidence les difficultés rencontrées dans le cadre de la préparation du budget 2013. Il propose donc de réunir les deux procédures et de décider en même temps, à mi-octobre, d'abord du budget puis des points d'impôts nécessaires.
Cette proposition a été reçue avec intérêt par tous les groupes, conscients que le système imposé par le canton est peu approprié. Mais en changer signifierait avancer de plus de deux mois l'ensemble du processus d'élaboration du budget et de le suivre par la Commission des finances.
La plupart des Groupes ont exprimé leur intérêt pour cette proposition. Toutefois, comme elle contient des inconnues assez lourdes, il a été décidé de l'envoyer en commission pour étude et rapport. Si MM. Vladimir d'Angelo (PDC) et Francis Baud (VL) sont très positifs, les socialistes Jean-François Martin et Vincent Matthys ont mis en évidence la difficulté purement technique d'un tel bouleversement. Quant à M. Jacques Décosterd (PLR), il a émis quelques craintes quant à l'effet d'obligation que pourrait avoir un tel renversement, un déficit budgétaire suggérant l'augmentation automatique des points d'impôts.
C'est à une majorité claire que cet objet a été renvoyé en commission.


M. Jacques Décosterd s'est exprimé contre certaines conséquences possibles de la proposition de M. Christen, comme par exemple une augmentation automatique du taux d'impôt en cas de déficit.


Rapportrice, Mme Danièle Kaeser (ci-dessus) n'a guère rencontré de contestation qu'auprès de Mme Aurélie Napi (ci-dessous).

Au chapitre des objets principaux de l'ordre du jour se trouvaient deux préavis de la Municipalité. Le premier est une demande de 1,5 millions pour des travaux d'entretien lourd des bâtiments communaux (Préfecture, Port-Franc, Caves). Le second est un préavis complémentaire pour l'ex-EPA, complétant celui refusé par le Conseil en septembre dernier et apportant des réponses quant à certaines incertitudes financières du projet. Les commissions rapporteront sur ces deux objets fin février.
Le seul objet devant déboucher sur une décision du Conseil ce 23 janvier était la demande de cautionnement d'un prêt cantonal en faveur du futur Musée Chaplin. Le canton est d'accord de prêter 10 millions pour boucler le plan financier mais il demande que les communes de la région cautionnement 8 de ces 10 millions. Selon une clé de répartition par habitants, cela représente environ 1,9 millions pour Vevey.
La commission chargée de rapporter a assisté le 8 janvier à une séance d'information commune à toute la région, en présence à la fois des promoteurs du projet et du Conseiller d'Etat Philippe Leuba, ainsi que de nombreux mandataires communaux et cantonaux. Le sentiment général a été très positif, et cette impression a encore été renforcée par la visite qu'a pu faire la commission veveysanne du Manoir de Ban en présence des responsables.
Le rapport de la Présidente Danièle Kaeser (PLR) étant parvenu tardivement au Conseil, il a été envisagé de le lire intégralement. Toutefois, comme les conseillers ont pu en prendre connaissance rapidement et que les commissaires étaient unanimes (une abstention), il a été décidé de passer immédiatement au débat. Celui-ci s'est révélé très modéré, avec juste deux voix discordantes. Représentante du Groupe Alternatives, Mme Aurélie Napi a émis des doutes quant à l'opportunité de consacrer à Chaplin le vagabond un musée-parc d'attraction axé plus sur l'animation que sur la culture. Quant à M. Bastien Schobinger (UDC), ses craintes portent sur le risque financier pour la ville. Le rapport précisait pourtant que ce risque semblait très peu important, mais cette crainte s'est malgré tout exprimée de manière diffuse.
Le débat n'a connu que quelques échanges et le Conseil s'est ensuite prononcé de manière très claire, en soutenant le cautionnement à une large majorité avec 7 voix contre et 7 abstentions, essentiellement UDC et Alternatives.

En fin de séance, les conseillers communaux ont encore pris connaissance du résultat du concours pour le nouveau collège. Cette communication leur a été remise sur leur banc avant la séance, en raison de l'embargo maintenu jusqu'à la proclamation officielle qui avait eu lieu le matin même.
Cette information n'a guère suscité de réactions, les conseillers communaux étant conviés à la présentation de l'ensemble des projets le lendemain à l'ex-EPA, où l'exposition sera visible jusqu'au 1er février.
Quelques questions individuelles ont encore agrémenté la fin de la séance, en particulier à propos du mât du silo Margot en cours de démolition et que certains verraient réutilisé comme mât de l'église Saint-Martin.
Les autres questions concernaient le wi-fi disponible dans la salle du Conseil et l'éclairage jugé déficient de la rue des Moulins.