Loading

Le Festival Images invite à explorer la Ville d'Images

Depuis le samedi 13 septembre 2014, le Festival Images invite à la découverte dans tous les recoins de la ville. Avec 68 projets d'artistes provenant de 18 pays, il a encore battu ses records de 2012. Et la fréquentation de ces premiers jours laisse penser que d'autres marques seront également dépassées.

Cette année, le Festival Images peut à la fois s'appuyer sur la réussite croissante des trois dernières éditions de 2008, 2010 et 2012 , mais aussi craindre le changement important survenu depuis la dernière manifestation. En effet, le bâtiment de l'ex-EPA qui avait abrité le Festival en 2010/2012 et avait suscité un incroyable engouement arrive au terme de sa restauration et n'est donc plus disponible comme coeur de la manifestation. Les organisateurs de la Fondation Images, et tout particulièrement son Secrétaire général Raphaël Biollay et son Directeur artistique Stefano Stoll, ont donc dû imaginer un redéploiement dans la ville.
Fort opportunément, le Salle del Castillo achevait sa cure de jouvence et c'est donc là que sont centralisés les services et bon nombre d'événements de cette édition 2014. Mais les 68 expositions du Festival Images sont réparties dans toute la ville, du CEPV au Théâtre de l'Oriental, en passant par la gare et les quais.

Inauguré officiellement  samedi 13 septembre, le Festival Images dure jusqu'au 5 octobre. Toutes les expositions sont ouvertes tous les jours de 11h à 19h. Exception pour le mur de grimpe (vdi 16h-18h, sdi/dim 14h-18h) et la visite en drône (en semaine 13h-18h, week-end 11h-18h). Visites guidées sur demande, à pied ou à vélo.

Le programme complet figure sur le site www.images.ch

Pour marquer les esprits dès l'ouverture du Festival et donner un signal fort pour indiquer ce nouvel ancrage du Festival, la Salle del Castillo accueille une oeuvre monumentale impressionnante. L'artiste portugais Leonardo Erlich a en effet imaginé une façade d'immeuble hausmanien posée au sol et se reflétant dans un ensemble de miroirs descendant en plan incliné depuis le plafond. Les visiteurs peuvent aller s'installer sur la paroi au sol et imaginer les cascades les plus folles, mieux qu'au cinéma !
L'installation d'un tel monument dans une salle entièrement remise à neuf, où il ne faut pas planter un clou ni faire une raie, a été un autre défi de taille pour les organisateurs. Mais le jeu en valait la chandelle, puisque cette oeuvre est devenue rapidement la principale attraction du festival.

 

Il n'y a pas que les enfants qui apprécient ce trompe-l'oeil. Jeudi 18 septembre, a l'occasion d'une visite de courtoisie aux autorités veveysannes, l'Exécutif de Bulle s'est prêté avec grand plaisir au jeu.

Samedi 13 septembre 2014, près de 600 invités ont afflué au Jardin du Rivage, sous le Théâtre de Verdure, pour l'ouverture officielle du Festival Images. Les autorités de tous les niveaux étaient présentes, en particulier une forte représentation des communes de la Riviera, dont le Fonds culturel soutient fortement la manifestation. Des discours ont été prononcés par le Syndic M. Laurent Ballif, le Président de Pro Helvetia M. Andrew Holland, et par la Conseillère d'Etat Mme Anne-Catherine Lyon, qui a assuré les organisateurs du soutien cantonal à cet événement pour les éditions futures.

L'ouverture officielle a été encadrée par M. Pierre Smets, délégué à la communication de la ville de Vevey (à g. ci-contre) et M. Stefano Stoll, Directeur artistique du Festival.

La particularité du Festival Images, c'est que ses prix sont décernés durant les années impaires et permettent aux gagnants de réaliser le projet envisagé. Ensuite, les photos réalisées sont exposées lors du Festival les années paires. C'est dire que le palmarès n'apportait aucune surprise. Le nombreux public de connaisseurs a cependant applaudi avec vigueur le vainqueur du Grand Prix (à gauche ci-dessus), M. Augustin Rebetez, en compagnie du membre du jury M. Eric Kessels. Le jury a été bien inspiré en 2013 de choisir M. Rebetez, qui a depuis reçu plusieurs prix internationaux et dont le talent est aujourd'hui reconnu très largement. Jurassien, il a fait sa formation à l'Ecole de photo de Vevey. Il expose au café des Mouettes, sur le quai Perdonnet.
Les vainqueurs des mentions spéciales ont, quant à eux, reçu un prix des sponsors qui dotaient lesdites mentions (ci-dessus à droite).

Après les semaines stressantes vécues depuis le début de l'été, aussi bien les directeurs que toute l'équipe technique étaient soulagés d'être arrivés à bon port. Le Directeur artistique M. Stefano Stoll (ci-dessus à droite) a tenu à faire monter sur scène tous les cadres qui ont permis l'achèvement dans les délais de ces montages parfois très complexes ainsi que toute la logistique. On reconnaît en pantalon rouge le Secrétaire général M. Raphaël Biollay, qui est en particulier responsable de toute la production des oeuvres et des structures qui les reçoivent.
La suite de la soirée a été festive jusqu'au petit matin, ce qui a permis à chacun de se détendre et d'échanger avec des visiteurs venus pour l'occasion du monde entier. Mais l'équipe technique n'a pas beaucoup dormi puisque toute la structure de bars et de tours mise en place pour le vernissage était démontée avant la fin de la matinée du dimanche !


Membre du jury du Grand Prix Images en 2013, le photographe Erik Kessels(sur la chaire en rose) est à nouveau l'auteur d'une exposition à la fois prenante et amusante. Lui qui se passionne pour la recherche de "séries" publiées par des anonymes sur internet, il a cette fois voulu montrer le volume de photos disponibles de par le monde. Il ainsi imprimé les 350'000 photos éditée en un jour sur un site de publication ouvert au public. Et le tout, installé dans l'église Sainte-Claire, est vraiment impressionnant. Les visiteurs sont invités à piocher dans le tas et à emporter les photos qui les intéressent.


A peine inauguré il y a une semaine après 18 mois de travaux, le Théâtre de l'Oriental accueille une exposition monumentale et ... spatiale.  L'"Atomik Magic Circus" présente des engins spatiaux bricolés mais impressionnants, qui survolent la cour intérieure ou se posent dans la grande salle.

Photographe de presse bien connu dans la région et surtout amoureux des vieux cliches, Edouard Curchod expose certains de ses trésors, dont cet immense panorama de la Place du Marché du XIXe ou cettte photo du Café du Théâtre avant sa fermeture en 1989.
Ses photos sont également mises en valeur dans les vitrines réalisées par les étudiants du CEPV et réparties dans les commerces de la ville


La Salle del Castillo accueille trois expositions, dont ces curieuses photos réalisées grâce à la phosynthèse des algues (ci-dessus), ainsi qu'un jeu de miroirs multiples permettant de se faire photographier en présence de ses moi multiples. Les spectateurs sont visiblement intéressés par l'expérience.


Les jours de beau de ce début de Festival ont été une occasion idéale pour les visiteurs et les badauds de déambuler dans la ville. On reconnaît sans difficultés les amoureux d'Images car ils consultent régulièrement le vaste plan servant à la fois de carte et de programme pour la manifestation.

Aspect à ne pas négliger, le livre et l'objet font bon ménage avec la photo. Dans les locaux d'Equinoxe, la Librairie Payot a installé une antenne offrant un vaste choix de livres spécialisés sur la photo. Et dans la Salle del Castillo, la boutique du Festival offre des objets de merchandising, dont les plus intéressants sont sans conteste les sacs divers réalisés dans les bâches-images de l'édition 2012 (avec certificat).
Divers