Loading

Les comptes 2014 acceptés avec un minimum de débats

 

Le Conseil communal, le 18 juin 2015, a réglé de manière plutôt consensuelle l'adoption de la gestion et des comptes 2014 de la commune, ainsi que ceux de la CIEHL et du Fonds culturel Riviera. Dans le même mouvement, il a adopté cinq préavis techniques quasiment sans discussion. La suite de l'ordre du jour se poursuit jeudi 25 juin.

Pour voir la vidéo de ce Conseil:
http://www.vevey.ch/N15571/conseil-communal-du-18-06-2015.html

Le bouclement positif des comptes 2014 a eu un effet positif sur les débats du Conseil. Les quelques objets techniques soumis également au Conseil ont eux aussi été adoptés rapidement, ce qui a permis au Président Bastien Schobinger de mettre un terme à la séance à 22h30 déjà. Il a interrompu l'ordre du jour en conservant un peu de matière pour la séance du 25 juin, au cours de laquelle doit être renouvelé le Bureau du Conseil.


Comme à son habitude lors des gros dossiers financiers, le Municipal des Finances M. Etienne Rivier (à droite ci-dessus) a présenté quelques diapositives illustrant le résultat des comptes de la ville. Le Président Bastien Schobinger est descendu de son perchoir pour mieux suivre la leçon. 

En ouverture de séance, le Président a demandé à l'assistance de se lever pour une minute de silence à la mémoire de M. Pierre-André Flaction, décédé il y a une dizaine de jours. Il a rappelé la carrière syndicaliste du défunt, toujours très engagé dans les campagnes électorales de son parti.
Il a également félicité M. Christophe Ming, qui a été récemment désigné comme Président du Conseil intercommunal de Sécurité Riviera.
Différentes nominations sont entérinées par le Conseil concernant la Commission de gestion et la Commission des finances.

Le Président a fait prêter serment à MM. Daniel Beaux (Soc) et Lutété Jean Kamba (Verts).  M. Beaux a remplacé M. Pierre-André Flaction, décédé récemment, alors que M. Kamba a été désigné à la place de Mme Maude Frei.

L'étude de la gestion et des comptes 2014 a occupé la Commission de gestion durant une douzaine d'heures, et le Conseil a fait confiance à ses commissaires. Si M. Jérôme Christen (Vevey Libre) a regretté que la CoGes n'ait pas fait de voeux, son Président M. Clément Tolusso (Verts) a répliqué que ce n'était pas faute d'avoir essayé, mais que ses membres n'avaient pas trouvé matière à faire un voeu !
Divers sujets ont été abordés en passant en revue le volumineux rapport de gestion de la Municipalité, comme la gestion des déchets (diminution de moitié des incinérables, postes vacants à repourvoir), la production de raisins et le fonctionnement de la cave, les projets de parkings. Mais le Président du Conseil ne manqua pas de rappeler à quelques reprises que l'étude ne porte que sur le passé, c'est-à-dire la gestion de 2014, et pas les projets futurs de la Municipalité.
L'étude des comptes a été menée également en passant en revue la brochure comptable service par service. Ils bouclent sur un bénéfice de plus d'un demi-million (Fr. 594'862.-) pour un total de 137 millions, avec une marge d'autofinancement très satisfaisante de 9,6 millions. Ces chiffres sont les meilleurs que la ville ait connus depuis trois ans.
Sous la conduite du responsable de la CoGest chargé des comptes, M. Jean-Pierre Boillat (Alternatives), le Conseil a pris connaissance de quelques informations complémentaires et a posé quelques questions. En particulier, M. Serge Ansermet (Soc) a souhaité qu'à l'avenir les indicateurs généraux de la comptabilité fassent l'objet d'une explication plus claire quant aux valeurs à atteindre.
En vote final, la gestion de la Municipalité pour 2014 a été acceptée à l'unanimité, et les comptes 2014 n'ont suscité que quelques abstentions mais aucune opposition.

Les comptes 2014 pour la Communauté intercommunale d'équipement du haut-Léman (CIEHL) ainsi que ceux du Fonds culturel Riviera ont été acceptés à l'unanimité et sans même que la discussion ne soit ouverte.
Il en est allé de même d'une demande de crédit de 1,15 millions pour des travaux d'entretien routiers et de canalisations, ainsi que pour un montant de Fr. 120'000.- pour l'installation de réducteurs de tension (cf. ci-contre) dans plusieurs bâtiments communaux, et enfin pour une dépense de Fr. 330'000.- pour le renouvellement de l'infrastructure informatique centrale de la Ville.
Ces trois derniers objets ont été acceptés à l'unanimité et pratiquement sans discussion. Il y a eu juste la remarque, concernant l'informatique, que la Commission de l'énergie regrettait de ne pas avoir été consultée et qu'elle prenait acte que cette mise à niveau devrait se traduire par une diminution de la consommation d'énergie.
Un autre objet a été également adopté sans même que la discussion ne soit ouverte, alors qu'on s'attendait à un débat nourri. Il s'agit d'un crédit complémentaire de Fr. 80'000.- pour réaliser une copie de la statue du guerrier trônant habituellement sur la fontaine de la rue du Centre. La Commission des finances avait refusé cette dépense, et la commission chargée d'étudier cet objet a débattu longuement sur cette proposition. Le service cantonal des Monuments historiques a fait pression pour préserver la statue originelle (photo ci-dessus), en très mauvais état, et la commission s'est finalement ralliée à cette position. Mais elle a introduit un amendement stipulant que la Municipalité doit tout faire pour obtenir une subvention soit cantonale, soit fédérale.
Le Conseil n'a pas ouvert le débat mais a accepté la dépense et l'amendement à l'unanimité.

Le seul objet qui a donné lieu à un débat un peu chaud... a été celui concernant le remplacement de plusieurs installations de chauffage de bâtiments communaux. Pour un montant de Fr. 530'000.-, il était prévu d'améliorer le rendement énergétique de la Maison du Conseil, de l'église St-Martin et de la Maison du cimetière.
La commission a mis en évidence que les trois objets avaient fait l'objet d'études plus ou moins poussées. La plupart des intervenants ont reconnu que le cas de St-Martin avait été très bien étudié, même si la solution finalement retenue n'est pas totalement satisfaisante. Comme l'a relevé M. Serge Ansermet, c'est la solution la moins onéreuse qui a été retenue, mais elle a au moins l'avantage de diminuer la consommation énergétique.
Le projet concernant la Maison du Conseil n'était pas contesté. Par contre, l'étude portant sur la Maison du cimetière a passablement énervé les membres de la commission. Des informations de dernière minute et un amendement formulé par le service concerné à apporté une grande insécurité. La commission proposait par amendement de diminuer le crédit final. M. Roland Maillard (UDC) proposait carrément de refuser le tout et de renvoyer le préavis à la Municipalité.
Au Conseil, M. Alexandre Vallotton (Alternatives) a proposé un amendement qui a fini par rallier pratiquement tous les suffrages. Il a proposé de sortir du crédit la Maison du cimetière, la Municipalité étant chargée de revenir ultérieurement avec une solution mieux étudiée. Finalement, le Conseil a adopté cet amendement à Fr. 370'000.- avec 2 refus et quelques abstentions.


Plan de raccordement de la Maison du Conseil.

 

Au vu de l'heure, le Président Bastien Schobinger a ouvert une brève séance de questions, qui a servi à l'annonce de diverses manifestations.
Un des points évoqués a cependant suscité une petite controverse focalisée sur la Municipalité. Nouvellement élu Président du Conseil intercommunal de Sécurité Riviera (ASR), M. Nicolas Ming (PLR) s'est plaint de ce que la délégation veveysanne ne comptait plus, depuis que M. Etienne Rivier a remplacé Mme Annick Vuarnoz au Comité de direction, de Municipal dans ses rangs.
Mme Vuarnoz a tenu à préciser que le nouveau Municipal à désigner le 3 juillet serait appelé à faire partie de cette délégation, mais cela n'a pas paru satisfaire certains conseillers. Elle a alors précisé au nom de la Municipalité que le fonctionnement intercommunal de notre région avait pour effet de concentrer sur le jeudi toutes les séances d'organes régionaux. De ce fait, les Municipaux se trouvent souvent confrontés à des problèmes d'agendas, devant alors fixer des priorités dans leurs participations. Cette obligation est donc indépendante du nombre de membres à l'Exécutif ou de la question des doubles mandats.

M. Nicolas Ming est le nouveau Président du Conseil intercommunal
de l'Association Sécurité Riviera.