Loading

Questions foncières et d'aménagement au Conseil

Comme l'ordre du jour ne comptait pas de gros sujet, le Conseil communal du 1er octobre 2015 s'est attaché à une foule d'objets petits ou grands qui tournaient pour l'essentiel autour de questions d'aménagement du territoire ou de gestion de l'espace public.

Pour voir la vidéo de ce Conseil:
http://www.vevey.ch/N16017/conseil-communal-du-01-10-2015.html?C=661

Les pronostics ont été déjoués et c'est finalement après 23h que s'est terminée cette séance. Elle aura permis, cependant, d'ouvrir de nombreux débats intéressants sur des points touchant à l'espace dans lequel vivent les gens.
On a même risqué de prolonger de beaucoup la séance puisque c'est juste à 23h qu'a été posée une "simple question" concernant les déchets !


Les arguments ont joué au ping-pong entre les travées, en particulier sur la question des caméras. On voit ci-dessus le premier rang du PLR, avec de g. à d. Mme Joëlle Zaugg, M. Jacques Zaug, M. Jean-Jacques Burgi, M. Patrick Bertschy et M. Christophe Ming.

La séance a débuté par l'annonce de deux démissions et la procédure de nomination des personnes remplaçant les démissionnaires. Cette prestation de serment a mis en évidence l'épuisement des listes de viennent-ensuite, puisque le Parti socialiste est lui aussi arrivé au bout des candidats qui avaient fait la campagne de 2011, seul le Groupe Alternatives ayant encore une réserve. Dans une législature de cinq ans, il est donc avéré que le tournus dans tous les partis fait que même les listes les plus étoffées ne garantissent plus de pouvoir alimenter le Conseil avec des personnes ayant été soumises au scrutin populaire.
Ce sont à cette occasion Mme Marie-Claire Jolliet qui a été assermentée en remplacement de Mme Samantha Mattei-Lubelle (Verts) et M. Julien Rilliet pour M. Driss Semlali (Soc).

Dans la première partie des interventions du Conseil, un postulat et deux interpellations ont été déposés. M. Eric Studer (Alt) s'est tout d'abord enquis de la situation de l'ìlot Bergère, dont la démolition a été refusée début juin en votation populaire. Le Syndic Laurent Ballif a pu répondre dans le sens de ses questions en lui confirmant que la Municipalité a demandé à ses services une étude des possibilités de valorisation. L'Exécutif a l'intention de venir devant le Conseil avec un préavis formalisant quelques pistes entre lesquelles il faudra choisir.
Au nom du PLR, M. Thierry Assaf a interpellé la Municipalité à propos des possibles nuisances du futur chauffage à distance à bois à construire au Stand. La Municipale Elina Leimgruber a répondu point par point aux questions posées, notamment en démentant que l'installation similaire de Blonay connaisse des problèmes. Au contraire, Blonay est en train d'installer une deuxième chaudière et les filtres sont mis à niveau. La future centrale de Vevey sera équipée d'emblée des matériels les plus performants.
Enfin, un long débat droite-gauche s'est engagé sur le postulat déposé par Mme Joëlle Zaugg (PLR) demandant l'installation de caméras de surveillance. Rebondissant sur la récente agression d'un commerçant et sur la demande de l'Union des commerçants auprès de Sécurité Riviera pour l'installation d'un tel matériel, la postulante a usé de ses talents de comédienne amateur pour mettre en évidence la situation préoccupante de la sécurité à Vevey.
S'appuyant sur des articles de presse récents et interprétant à hue et à dia les statistiques, les nombreux intervenants ont refait le débat habituel sur l'utilité et l'efficacité de ces caméras. Au final, comme il s'agit d'un postulat, une partie de la gauche s'est alliée aux initiants de la démarche pour demander un rapport sur le sujet, pour clarifier la question. La Municipalité s'est donc vu transmettre un postulat dont elle avait pourtant dit, par la voix de son Syndic, qu'elle désirait le voir classer.


La Municipale Elina Leimgruber a apporté toutes les précisions nécessaires sur la situation actuelle du chauffage à distance de Blonay et le matériel à installer à Vevey.


M. Michel Agnant a tenté en vain d'entamer un débat sur la politique foncière qui allait beaucoup plus loin que le simple contenu de sa motion et ses conclusions.

Les différents rapports ont apporté leur lot de discussions, mais sans coup de théâtre et avec un bonne qualité de débat. Parmi les crédits supplémentaires demandés par la Municipalité (total env. 300'000 francs), seul 10'000 francs ont occasionné un amendement. Mme Sabrina della Palma Zahar (Verts) a demandé qu'on supprime cette subvention supplémentaire à "Noël à Vevey" destiné à un éclairage supplémentaire dans la Vieille Ville. Malgré des soutiens répartis tant à droite qu'à gauche, cette proposition a finalement été rejetée par 40 contre 30 et 4 abstention, l'ensemble du crédit étant par la suite adopté très largement.
L'achat d'une balayeuse de grande capacité pour 253'000 francs a été accepté à l'unanimité après quelques précisions apportées notamment à M. Vladimir d'Angelo (PDC). Cet engin est actuellement loué par la Ville et son achat est plus avantageux sur le plan financier.
Un postulat de Mme Despot (UDC) sur les macarons de parcage a été considéré comme traité à satisfaction avec le rapport de la Municipalité et est donc classé.
La motion de M. Michel Agnant  (VL) a donné lieu à un débat philosophico-politique sur la politique foncière de la commune. Le motionnaire demandait formellement qu'on crée une commission destinée à préaviser sur la possibilité d'une vente de terrain. Il a eu beau préciser que sa motion visait en fait à imposer à la Ville une politique foncière à la fois active et prudente, les oppositions à son idée de créer une nouvelle structure faisant doublon avec les commissions démocratiques déjà appelées à se prononcer sur une éventuelle vente l'ont largement emporté. Au vote, cette motion a été classée sous la forme proposée.
Enfin, la motion de Mme Christiane Lavanchy (Verts) à propos de la zone du stand a été acceptée à l'unanimité et sans débat. Il faut dire que la motionnaire, durant l'étude en commission, a reformulé complètement son texte. Dorénavant, la motion demande à la Municipalité d'élaborer pour la zone du stand un plan de quartier (PPA) comprenant un espace de détente et de loisirs.

Les communications de la Municipalité ont également apporté leur lot de discussions. La réponse à l'interpellation de M. Francis Baud (VL) à propos de la circulation des taxis sur le tronçon de la rue de Lausanne fermé à la circulation a satisfait son auteur. La Municipalité s'est en effet rangée à l'avis positif de Sécurité Riviera.
Mme Murie Higy-Schmidt (Soc) s'est déclarée peu satisfaite de la réponse à son interpellation à propos de l'accueil d'urgence des enfants. Malgré les arguments de la Municipale Annick Vuarnoz, elle reviendra avec une nouvelle demande concernant la possibilité pour des parents de s'organiser entre eux et de se faire connaître par un lien sur le site internet de la Ville.
L'annonce des nouveaux tarifs du port a satisfait les membres du Conseil qui avaient recouru contre l'augmentation de 2011 et à qui le Tribunal a donné raison !
Enfin, la communication à propos du changement des vitesses de circulation autour de la Place du Marché a suscité une grande curiosité et de nombreuses demandes complémentaires. Si quelques conseillers ont émis des doutes quant à la mise en œuvre de toutes ces mesures sur une durée de trois ans, l'accueil paraît avoir été globalement favorable. La Municipalité a la compétence de fixer ces changements de vitesse, qui seront publiés dans la FAO en octobre, mais les travaux nécessaires devront recevoir l'aval du Conseil. Ce sera fait pour la première tranche concernant l'aménagement de la rue du Torrent par un crédit-cadre pour des travaux routiers en janvier 2016. L'ensemble des mesures devrait être opérationnel en été 2016, même si la suite des travaux à Jean-Jacques Rousseau et à la Place de l'Ancien-Port sera échelonné sur deux ans.


Autour de la Place du Marché, toutes les voies d'approches seront à 30 km/h (couleur orange) et la Vieille Ville à 20 km/h (couleur bleue). Le reste du centre demeure à 50 km/h (couleur rouge). Les zones fermées à la circulation sont indiquées en vert.


M. Kamba a abordé en toute fin de séance un sujet qui aurait nécessité beaucoup plus de temps.

En fin de séance, M. Alain Gonthier (Alt) a relancé son habituelle partie de ping-pong avec le Syndic en déposant à nouveau une interpellation touchant à l'aménagement du territoire et à l'urbanisme. Il s'inquiétait cette fois de la transformation s'opérant dans le quartier de Plan-Dessus, qui voit diminuer ses places de travail de type industriel et artisanal. Le Syndic a mis en évidence que la commune s'efforce de maintenir des emplois en ville, mais qu'elle ne peut pas imposer de l'industrie alors que la demande porte surtout sur des bureaux et des services.
Plusieurs conseillers se sont exprimés sur cette évolution, qui est aussi la conséquence des procédures souvent entamées par des voisins contre des activités considérées comme bruyantes. La mise en œuvre ces prochains mois d'une révision du Plan Directeur et du Plan général d'affectation de la commune permettra de définir de nouvelles lignes de développement pour Vevey tenant compte des conditions actuelles.
Au chapitre des questions, M. Jean Kamba (Verts) a pris la parole pour demander des informations sur le ramassage des objets encombrants. Vu l'heure tardive, le Municipal Jérôme Christen a indiqué les grandes lignes de ce qui sera prochainement communiqué en la matière.