Loading

Les pigeons envahissent le Musée de l'appareil photographique

Le Musée suisse de l'appareil photographique a inauguré mercredi 21 février 2007 son exposition temporaire sur la photographie aérienne. Elle met en particulier en évidence une curieuse tentative d'utiliser les pigeons voyageurs comme espions photographes.

Le thème général de l'exposition est décliné en trois volets: les techniques de la photo aérienne, le résultat de ces techniques et le cas particulier de l'entreprise suisse Michel. Celle-ci a développé, dans les années 1930, plusieurs modèles d'appareils de prise de vues destinées à être emportés par des pigeons. On peut voir sur les photos ci-dessous et ci-contre que la miniaturisation n'était pas suffisante, à l'époque, pour éviter d'encombrer les malheureux volatiles.

Le chien était utilisé pour transporter les pigeons dans de petites cages individuelles en osier.

Quant à l'appareil figurant sur cette publicité MICHEL, il paraît petit pour les années 30, mais ses 70 grammes devaient constituer une charge importante pour le pigeon photographe.


La cartographie a été une utilisatrice importante de la photographie aérienne. Les premiers engins, embarqués sur ballon, étaient d'une complexité extrême à régler.


Prise par l'armée suisse, une photo de Schaffhouse, bombardée par erreur par l'aviation américaine en 1944 (ci-dessus).

La courbe de l'Aar à Berne (ci-dessous).


Le matériel de prise de vues moderne permet de réaliser des photos époustouflantes de qualité (ci-dessus, des Mirages en formation).

De nos jours, ce sont de plus en plus des drônes, avions sans pilotes, qui emportent les caméras. L'objectif est de miniaturiser l'ensemble pour le rendre invisible lors de missions d'espionnage.

Dans cette rubrique