Loading

Un dimanche pluvieux favorable aux musées


Promouvoir les espèces rares et/ou anciennes, cela passe surtout par un artisanat créatif et original. Les stands de produits inattendus occupaient tout le 2e étage du Musée.

Le 2 mai 2010 n'a pas vu beaucoup de soleil, mais ce temps s'est révélé très favorable pour les musées et les collectionneurs. La journée des espèces rares et des produits anciens, à l'Alimentarium, a connu un succès énorme, alors que la brocante aux appareils anciens de Photo-Bourse a suscité son engouement habituel.

Pour la 2e journée marquant ses 25 ans, l'Alimentarium ouvrait ses salles à l'Association Pro Specie Rara, qui s'attache à sauvegarder les espèces anciennes aussi bien des légumes et des animaux. Ce fut l'occasion d'enregistrer un record absolu de fréquentation avec plus de 3'200 visiteurs.




Les enfants pouvaient bricoler des jouets originaux avec des emballages et de l'imagination.

Légumes anciens et plantes sauvages, souvent "mauvaises herbes", tout était à disposition dans l'Alimentarium. Les marchands ont eu fort à faire pour expliquer le contenu de leur étal à des visiteurs-clients avides de retrouver ces connaissances oubliées. L'un des stands offrait même des préparations basées entièrement sur les algues (en haut à gauche).

Malgré la pluie, les visiteurs se sont pressés non seulement dans les salles de l'Alimentarium, mais également sous les tentes installées sur le quai et dans les jardins du Musée.


Le grand succès du stand de Pro Specie Rara, c'est la possibilité d'acheter des plantons et des graines d'un très grand nombre de plantes potagères (photo ci-contre).

Tout le jardin de l'Alimentarium est organisé de manière thématique et présente un grand nombre d'espèces et surtout de variétés de plantes potagères. En fonction des saisons, chaque carreau aura son heure de gloire. Actuellement (photo ci-dessous), c'est la splendeur au pays des salades !


 

Au-delà de la connaissance des espèces et du devoir de préserver les raretés, locales ou non, les stands sont aussi des tableaux très esthétiques (photo de gauche).

Le Centre Doret (CPEV), grâce à l'enthousiasme sans faille d'un groupe d'enseignants de l'Ecole de photographie, accueille depuis de nombreuses années la seule brocante de matériel photo de Suisse romande. Organisée chaque année le premier dimanche de mai, elle accueille des marchands et des collectionneurs de tout le pays.


A côté d'amoncellements de boîtiers analogiques standards (photo ci-dessus), qui permettent à chacun de trouver des pièces sérieuses à des prix très modiques, plusieurs stands se faisaient remarquer en présentant des objets qu'on peut considérer comme de véritables oeuvres d'art. C'était le cas en particulier cette année de la collection du photographe corsiéran Jean-Claude Boré (photo de droite), qui faisait l'article avec amour à chaque chaland pour le cuir rare de ses appareils à soufflet. Sur d'autres stands, des pièces en apparence insignifiantes mettaient en émoi les collectionneurs et les professionnels, comme des filtres ou des bagues de montage devenues rarissimes.

Les appareils à soufflet, les anciennes chambres en bois précieux vernis et autres pièces du XIXème siècle còtoient les pièces modernes de cette antiquité récente que constituent aujourd'hui les appareils à l'argentique. La révolution numérique commence à faire sa place même dans une brocante de la photographie, avec des objets datant des années 1990.

Un des stands avait tout pour fasciner les grands enfants, avec une séries de petits appareils espions, comme cette montre trafiquée et son film encore non-exposé (photo ci-dessous).

Ce dimanche 2 mai 2010, c'était également la fin du spectacle de Yann Lambiel sur la Place du Marché. Après une ultime représentation triomphale samedi 1er mai, la caravane s'apprête à continuer sa tournée à Fribourg. En raison du calendrier très serré, les installations de Das Zelt ont été démontées immédiatement, et l'espace était quasiment libéré dès le dimanche soir. Il faut dire que cet emplacement n'est pas resté libre très longtemps, puisque le Cirque Nock a pris ses quartiers sur la Place du Marché dès le mercredi suivant.