Loading

Le PMU reçoit un premier soutien du Conseil

Lors de sa séance du 28 mars 2013, le Conseil communal de Vevey a admis la première proposition de la Municipalité appuyée sur le Plan de Mobilité et d'Urbanisme. Il ne s'agit encore que de zone de parcage, mais les aménagements routiers vont arriver prochainement.

Pour voir la vidéo de ce Conseil:
http://www.vevey.ch/N12334/conseil-communal-du-28-03-13.html

Le programme ne laissait pas entrevoir une séance très chargée, avec trois objets seulement à débattre, et des rapports de commissions peu contestés.
C'était compter sans le génie propre du Conseil communal de Vevey, qui est parvenu à s'épancher longuement sur des objets de moindre importance.
Cette première séance après le vote sur le Rivage a également permis aux opposants de faire lire un courrier offrant leur collaboration pour une nouvelle solution. 

LES PHOTOS VIENDRONT ULTERIEUREMENT

En tout début de séance, Mme Isabel Jerbia (Soc) est revenu sur une décision prise un peu à la sauvette lors du dernier conseil, soit de distribuer pour cette soirée du 28 mars non pas les 30 francs habituels mais trois bouteilles de vin de la ville. Elle a contesté la légalité de cette décision, propre à donner l'impression que le Conseil encourage la consommation d'alcool. Peu sensibles à cette vision, les conseillers ont confirmé leur position, chacun étant libre de renoncer aux dites bouteilles.
Ensuite, le Président Patrick Bertschy a assermenté Mme Maria Antoniette Lucca Cavallini en remplacement de M. Olivier Golay, qui avait causé quelques perturbations lors de la séance précédente et en a tiré les conséquences en démissionnant.

Au chapitre des interventions individuelles, les membres de Vevey Libre se sont inquiétés de l'avenir de certains locataires culturels de locaux communaux destinés à une autre affectation.
M. Francis Baud s'est enquis de l'avenir des locaux occupés par l'association portugaise Atlantic au chemin du Verger. Les locataires de ce bâtiment ont reçu leur congé, avec prolongation parfois jusqu'à avril 2014. Plusieurs voix se sont élevées pour s'interroger sur les intentions de la Municipalité quant à ce bâtiment, acheté en 2008 et ayant subi des travaux d'aménagement. La Municipale de la Culture, Mme Annick Vuarnoz, a assuré que la Municipalité se préoccupe de l'avenir des associations à Vevey, comme elle l'a également affirmé plus tard à M. Christen à propos de la culture alternative. Le Syndic Laurent Ballif se contenta de signaler que les solutions trouvées sont le résultat de la procédure de conciliation en matière de bail, et qu'une réponse écrite sera donnée prochainement.
M. Jérôme Christen a évoqué l'avenir des trois associations gravitant autour du "Local", au haut de la rue du Panorama. Ces bâtiments, situés derrière le Swissmedia Center, doivent être démolis pour laisser place à un bâtiment administratif de l'Oeuvre suisse d'entraide ouvrière (OSEO). D'autres conseillers sont venus alimenter la discussion, mais la Municipalité n'est pas entrée trop en matière, annonçant une réponse écrite.
Enfin, M. Charly Teuscher (Soc) est venu avec une interpellation demandant une étude sur la possibilité d'installer en ville des bornes de recharge pour voitures électriques. Si la question mérite une réponse écrite, plusieurs conseillers ont tenu à relever que la mobilité électrique n'est pas une vraie solution à la pollution ni à l'encombrement.

 

Le préavis traditionnel de la Municipalité demandant des prolongations de délais pour le traivement des motions et postulats en suspens a été l'objet de plusieurs débats animés alors que la commission n'avait guère en l'occasion de s'interroger sur les différents points proposés.
La demande de réaliser un nouveau Plan général d'affectation (PGA) (Motion Ansermet), que la Municipalité demandait de classer, a eu un nouveau délai, mais plus long, à fin 2015, sur proposition de la commission.
La motion Bertschy, qui demandait à la Municipalité d'étudier la pose de caméras de surveillance. Arguant que le règlement régional a intégré cette possibilité, la Municipalité proposait de classer cette motion. Mais les opinions contraires se sont exprimées, désireuses de conserver cette pression afin d'inciter l'Exécutif de ne pas négliger cet outil de sécurité. Au vote, la prolongation de délai à fin 2013 a été admise par 35 oui contre 26 non et 7 abstentions.
La Municipalité proposait également de classer le postulat Oguey qui demandait la construction d'un boulodrome couvert. Compte tenu du coût d'une telle installation, il paraissait préférable d'utiliser les pistes existant dans la région. Membres du club sportif de Vevey, MM. Eric Oguey et Gilbert Dutruy (Soc) ont su plaider leur cause et la Conseil a finalement maintenu à l'unanimité la motion avec un délai à fin 2013.
Enfin, le postulat Rivier pour l'étude d'une extension du port avait été classé par la commission à l'unanimité, mais plusieurs conseillers ont désiré conserver ce projet à l'étude. Finalement, c'est à une majorité très large que cette position l'a emporté.

Depuis la publication du Plan de mobilité et d'urbanisme (PMU) en 2011, la Municipalité considére l'évolution de la Ville selon ce schéma. Elle présentait ainsi au Conseil un premier préavis selon ce modèle concernant le parcage au centre ville. Une dépense de Fr. 327'000.- devait permettre d'installer 30 nouveaux horodateurs permettant de réguler différemment la durée de parcage dans différentes zones. Au coeur de la ville, le parcage demeure limité à 1h ou 2h mais devient payant; en première couronne, la durée va de 2h à 4h et les zones blanches ou bleues disparaissent (notamment Gilamont); plus loin (av. Blonay), le parcage à la journée est possible mais sera dorénavant payant, à raison de Fr. 6.-/jour ou 60.-/mois.
Cette proposition a visibilement fait naître des inquiétudes dans tous les sens. Alors que le commerçants et la Sté ind. et comm. (SIC), à qui le projet avait été présenté, l'ont pris comme une manière d'améliorer l'accessibilité aux commerces, plusieurs conseillers ont cru devoir s'y opposer. Et d'autres ont souhaité ne rien changer avant que les futurs parkings souterrains promis ne se soient concrétisés.
D'un autre côté, plusieurs personnes sensibles à l'écologie, en particulier M. Clément Tolusso (Verts), ont critiqué l'accroissement du tournus des places de parc comme une mesure entraînant une augmentation de la pollution. Cet avis a été jugé paradoxal par M. Serge Ansermet (Soc), qui s'est étonné qu'un Vert puisse préconiser d'offrir des places de parc à la journée à des pendulaires !
Face à ce qu'il a qualifié de "fantasmes", le Syndic Laurent Ballif a tenté de remettre les choses à leur place. Expliquant la philosophie du PMU, qui vise à donner un "prix" aux places de parc en fonction de leur proximité au centre et de réserver les places en surface à l'accès aux commerces, il a pu écarter certaines idées fausses.
M. Bastien Schobinger et Mme Fabienne Despot (UDC) sont venus en appui à la Municipalité, mais avec un amendement visant à diminuer de 5 unités le nombre d'horodateurs. Cela devait permettre de conserver à l'av. Gilamont une zone blanche pour les entreprises. Cette proposition curieuse a été mal perçue par le Conseil, qui l'a très largement écartée.
Au vote final, la proposition municipale a été acceptée très largement, avec 10 abstentions.


.

 

 

 

 

 

Le dernier point à trancher était le postulat de M. Jérôme Christen à propos du taux d'imposition et du budget. La loi exige que le taux soit fixé à fin octobre, alors que le budget est voté en décembre. M. Christen proposait d'inverser les choses et de voter les deux objets en octobre, le groupe Vevey Libre souhaitant par ce moyen faciliter les négociations entre Droite et Gauche pour sortir de ce qu'il comme une impasse budgétaire.
La plupart des intervenants dans ce débat ont relevé soit leur hostilité à toute négociation, comme M. Bastien Schobinger affirmant que l'UDC est hostile à toute augmentation d'impôt, soit leur scepticisme face à l'efficacité de l'inversion. Comme la Municipalité avait évoqué lors de la séance précédente et en commission les difficultés pratiques qu'une telle modification entraîne, le postulant a fait un amendement afin de n'envisager cette procédure qu'en 2014 pour le budget 2015.
Même si une telle modification ne peut s'envisager qu'avec des partis prêts à s'entendre sur un programme financier d'urgence (si la situation l'exige), le Conseil a paru plutôt désireux d'avoir au moins un rapport de la Municipalité sur sa faisabilité (un postulat n'est pas impératif). Le Syndic Laurent Ballif a expliqué que cela entraînerait également une modification importante du mode de travail tant de l'administration que de la Municipalité et du Conseil, la plupart des choix devant être faits jusqu'à l'été. Or, les derniers chiffres du canton concernant la péréquation et la facture sociale n'arrivent qu'en octobre, ce qui rend illusoire toute décision figée avant cette date.
Finalement, le postulat amendé pour 2015 a été accepté par 39 voix, surtout la Gauche et Vevey Libre, contre 27 et 7 abstentions.

Les communications ont été encore l'occasion de quelques passes d'armes, comme la réponse à l'interpellation de M. Christian Roh (PLR) à propos de la vente de la parcelle près du Port dite "du pêcheur". La Municipalité a annoncé que la signature finale devait avoir lieu en avril prochain, trois étapes préalables ayant nécessité un gros travail juridique. Le Président Patrick Bertschy ayant lu précédemment une lettre d'un autre acheteur potentiel, M. Roh a demandé si la Municipalité avait l'intention de rouvrir la vente. C'est en fait M. Vladimir d'Angelo (PDC) qui lui a répondu, rappelant que le Conseil s'était prononcé sur l'acheteur en toute connaissance de cause et au terme d'un débat animé. Il n'est pas envisageable que la Municipalité change son fusil d'épaule sans revenir devant le Conseil. Le Syndic a confirmé qu'elle n'en avait pas l'intention.
La modification du règlement du Fonds pour l'énergie et le développement durable n'a pas suscité de réactions, pas plus que l'état de situation de l'endettement de la commune au 31 décembre (152 millions nets).
Mme Danièle Kaeser (PLR) a encore interpellé la Municipalité sur l'absence de signalisation indiquant l'emplacement de l'église Notre-Dame. Le Municipal Marcel Martin s'est engagé à y remédier.
Diverses questions ont été posés, auxquelles la Municipalité a répondu de manière brève: vandalisme au cimetière avec l'incendie de 6 cyprès; calendrier de la démolition du restaurant du Rivage; relogement des scouts et démolition de la Villa Gérard qu'ils occupaient au Petit Clos.