Loading

Pictobello fête ses 10 ans

Samedi 8 juin 2013, Pictobello fêtait son dixième anniversaire en accueillant une vingtaine de dessinateurs. Selon la formule dorénavant bien rôdée, ils devaient réaliser en public un dessin sur un grand panneau d'affichage de format F12. Un public intéressé les a accompagnés durant toute la journée, passant successivement aux quatre emplacements dédiés à cette activité, soit à la gare, à l'Hôtel-de-Ville, au bas de la Place du Marché et sous la Grenette.


Pas de gagnant ni de perdant avec Pictobello. La manifestation n'est qu'une manière de promouvoir directement dans la rue, près du public, l'art du dessin sous toutes ses formes. Lancée en 2004 afin de mettre en vedette un jeune dessinateur veveysan, Krum, et sa maison d'édition également veveysanne, Castagniééé, elle est devenue un rendez-vous attendu pour tous les amateurs de dessin. Depuis quelques années, elle ouvre ses panneaux également à des écoles de dessin, comme cette année l'école lausannoise Ceruleum. Avec des dessinateurs venant de plusieurs pays et expérimentant plusieurs styles, les spectateurs peuvent suivre durant la journée des expériences très diverses.

Les dessins à la gare, la place du marché, la place de l'hôtel-de-ville et la place Robin est visible jusqu'au 29 juin.


Dès 9h, les dessinateurs s'installent et testent le matériel. Fort heureusement, le soleil a été de la partie.


Durant toute la journée, les spectateurs ont flâné dans les rues et observés les dessinateurs à l'oeuvre. Pour des artistes habitués à travailler en atelier, le changement d'ambiance est parfois perturbant. 

 



Depuis quelques années, le Service culturel de la Ville de Vevey a trouvé une idée ingénieuse afin de coordonner en quelque sorte l'inspiration des dessinateurs. Elle demande à un écrivain de proposer un scénario, sur lequel les artistes peuvent ensuite librement broder.
Cette année, c'est la Veveysanne Catherine Fattebert qui a élaboré une histoire de conflit entre chefs et marmitons, qui finissent par se jeter à la figure tout ce qui leur tombe sur la main.
Intitulée "Le combat des chefs", cette histoire pouvait être traitée de toute les manières possibles. Il est cependant évident que les spécialistes de la couleur avait un petit avantage, pouvant exploiter au maximum les diversités de coloris des fruits et des produits.

Les tenants du noir et blanc n'ont pas été rebutés, mais ils ont dû mettre encore plus l'accent sur la minutie du dessin et le foisonnement des éléments, pour compenser l'absence de couleurs.

Au final, cela donne une intéressante comparaison de styles et d'inspirations, sachant que, parfois, les dessins apparemment les plus simples sont les plus longs à réaliser.




En fin de journée, une cérémonie officielle de vernissage s'est tenue sous la Grenette en présence de tous les dessinateurs ainsi que des autorités de la ville. Le délégué à la Culture, M. Stefano Stoll, a mis l'accent sur la multitude de tâches nécessaires durant cette journée afin que le confort des artistes soit maximum et qu'ils puissent se consacrer à leur création. Après quoi, un repas en commun était offert aux invités autour d'une broche sous la Grenette.


Moment incontournable, la séance de dédicace a permis aux jeunes dessinateurs une première rencontre avec leur (futur) public.

Les panneaux réalisés sous la Grenette demeurent jusqu'à la fin du mois à la Place Robin.