Loading

Un siècle de céramique fêté à Vevey

Après une première exposition en mars dernier au Centre professionnel, l'Ecole de Céramique fêtait encore une fois son centenaire le 14 juin 2013 avec une présence dans une galerie de la ville et une manifestation commémorative au Jardin du Rivage.

L'exposition est visible jusqu'au 15 juillet à la Galerie Ferrari Art sur le quai Perdonnet.

La Céramique présente les oeuvres de ses élèves et de certains de ses professeurs, afin de faire sortir des murs du CEPV cet art dont les possibilités sont trop souvent méconnues.
Quelle plus belle occasion que ce centenaire pour faire cette démarche ? Créée en 1913 à Chavannes, elle a pris ses quartiers veveysans dans les années 1970. Avec la photographie et la décoration/visual merchandising, elle constitue le corps de l'Ecole supérieure de Vevey.


Responsable de la branche Céramique, le professeur Jacques Kaufmann (avec les lunettes) explique à un visiteur la sensation a éprouver en touchant ce vase.


La céramique permet aux jeunes artistes d'explorer de nombreuses voies. Les objets en volumes ou en surface offre des possibilités très diverses. Ci-dessus, une plaque de céramique a été gravée afin de faire apparaître, par le jeu des différences de transparence, une nouvelle image.


Le travail au four permet également de varier les apparences, comme ces galets émaillés au moyen d'images et de plans reproduits sur des feuilles souples, ou ces imitations macabres de cranes.

Les étudiants se mouillent...

Sitôt les officialités du vernissage à la galerie terminées, les invités et membres de l'Ecole se sont rendus au Jardin du Rivage, où une manifestation festive devait marquer de manière voyante ce centenaire de la céramique. Les étudiants ont illustré leur amour de la céramique et de la glaise...en s'y immergeant totalement, devenant des sculptures vivantes.

Les choses avaient démarré en douceur, avec la mise à feu, par M. Jacques Kaufmann, du gigantesque four de briques réfractaires construit le matin même au bord du lac, près des escaliers des hippocampes.
Cette installation a consommé durant la nuit les deux stères de bois prévus pour l'occasion. Si l'aspect festif et visuel primait, ce feu a également permis de cuire quelques pièces de céramique installées avant la mise à feu.


Dans l'après-midi déjà, des enfants et des curieux s'étaient amusés à tremper les mains ou les pieds dans les baignoires de glaise. Mais les étudiants s'y sont lancés de manière bien plus audacieuse, avant d'aller rendre au lac la terre de différentes couleurs qui les paraît.