Loading

Le Super-Bike de Vevey sur terrain gras

Pour sa 7ème édition, le Super-Bike de Vevey s'est offert pour la première fois, samedi 5 octobre 2013, un terrain glissant. La pluie a eu par contre le bon goût de s'arrêter dès le début des épreuves et de ne reprendre qu'à la fin ! La participation n'a heureusement pas souffert de ces aléas météorologiques.

Avec un parcours de 2km comportant des passages goudronnés, mais également passablement de pavés et plusieurs traversées dans les Bosquets sur piste en terre, le Super-Bike de Vevey peut changer du tout au tout selon les conditions météorologiques. Alors que les éditions précédentes s'étaient toutes déroulées sur terrain sec, celle de 2013 a sollicité un peut plus les qualités d'équilibristes des VTTistes engagés.

Au final, quelques abandons, mais surtout pour raisons mécaniques. Les Samaritains n'ont pas eu à soigner de gros bobos dûs à des chutes.

Le départ se donnait au bas du Chemin de l'Espérance, et c'était avait le meilleur coup de rein au démarrage pour s'extraire du peloton.

Si le pilotage fin et en douceur était important sur la terre glissante des Bosquets et dans les virages en épingle au début du tronçon en pavés, c'est dans la grande descente des escaliers que les spectateurs se sont massés pour admirer la maestria des coureurs.


Les jeunes, catégories Ecoliers et Cadets, n'avaient rien à envier à leurs aînés. Ci-dessus, le Nyonnais Quencey Scott, qui a dominé la catégorie Cadets.


Dans la catégorie Relais, deux coureurs devaient tenir une heure sur le parcours, avec des changements pouvant intervenir à chaque tour. C'est dans cette catégorie que s'est aligné le principal organisateur de la manifestation pour le Vélo-Club de Vevey, M. Julien Chevalley (photo ci-contre).

Si les conditions de piste n'ont pas provoqué d'accident, elles semble avoir eu une influence sur le matériel. En effet, dès les premières épreuves les crevaisons ont été nombreuses. Au point que M. Ding, dont le stand Colin assurait la maintenance matérielle de tous les participants, a dû courir au magasin pour chercher des chambres à air.