Loading

Le Conseil traite de l'importance du futile !

Malgré un ordre du jour assez chargé, le Conseil communal, lors de sa séance du 10 mars, a pris beaucoup de temps pour se pencher sur des objets d'apparence mineure tout en passant comme chat sur braises sur les points qui exigeaient son vote. Entre électoralisme et batailles d'egos, la soirée a malgré tout été assez calme !

Pour voir la vidéo de ce Conseil:
http://www.vevey.ch/N16767/conseil-communal-du-10-03-2016.html

Le Président Peter Schuseil avait averti que, en raison de son manque de voix, il entendait mettre un terme à la séance à 23h. Beaucoup pensaient qu'on ne parviendrait pas à terminer l'ordre du jour dans ce délai. Finalement, comme les principaux points à voter n'ont pas donné lieu à discussion, le Conseil a pu s'appesantir sur des sujets plus futiles ou polémiques.


L'achat d'une nouvelle balayeuse n'a soulevé aucune objection, la commission s'étant montrée unanime en faveur du projet.
 

Un hommage a été rendu à Mme Véronique Jobin, récemment décédée, Veveysanne ayant joué un rôle important dans la mise en œuvre de plusieurs réformes de l'administration cantonale (égalité, médiation).
Après la nomination des deux commissions chargées d'étudier les objets déposés lors de la dernière séance, le Conseil a entamé l'audition et le débat sur les propositions parvenues pour la présente séance.
La première était une interpellation de M. Serge Ansermet (Soc), qui posait des questions sur la déchetterie envisagée au Toveires et à la possibilité d'un financement par le canton. Le Municipal Jérôme Christen lui a répondu en faisant un historique des démarches entreprises pour créer la déchetterie provisoire de la Cour aux marchandises. Le Syndic Laurent Ballif, en charge de l'Urbanisme, a complété en expliquant le statut de la zone du Stand au vu de la nouvelle interprétation fédérale de la Loi sur l'aménagement du territoire. Comme cette zone est dorénavant considérée comme non constructible, la démarche pour l'implantation d'une déchetterie à cet endroit nécessitera, ou nécessiterait, un plan de quartier et une compensation des nouvelles zones à bâtir. Autant dire que, si cette voie devait être poussée plus loin, c'est avec d'énormes difficultés qu'on pourrait peut-être aboutir d'ici 5 à 10 ans.
Cette "simple" question de M. Ansermet s'est alors développée en un débat touffu dans lequel se sont engouffrés MM. Patrick Bertschy (PLR)(comment a-t-on pu alors installer le chauffage à distance à cet endroit ?) et Alain Gonthier (ALT)(possibilité d'un PPA ?) et plusieurs autres intervenants. Tant le Municipal que le Syndic ont décrit une solution potentielle qui combinerait une déchetterie intercommunale, des éco-points dans les quartiers et une petite déchetterie centrale en ville, mais avec tous les bémols possibles.


Le Municipal Jérôme Christen a dû intervenir à plusieurs reprises sur des questions de déchets, et une interpellation a été déposée demandant des explications sur les enjeux financiers de cette gestion.

 
La terrasse de la Guesthouse est ce qui focalise les difficultés du projet actuel. Elle est actuellement ouverte mais dotée d'une toile pouvant venir la couvrir, alors que la future exploitante des deux étages inférieurs veut en faire une véranda climatisée, ce qui contrevient au règlement des constructions.

En deuxième objet, M. Antoine Dormond (Verts) a déposé un postulat demandant que la commune mette à disposition de la population des vélos-cargos pour le transport des déchets pour les personnes n'ayant pas de voiture. Le Syndic a indiqué que la Municipalité était d'accord de faire rapport sur cet objet puisque son service Urbanisme-Mobilité avait précisément un projet de ce type en préparation. Le Conseil a  accepté cet objet et l'a transmis à la Municipalité pour rapport.
Le dernier objet de ce début de séance était une interpellation de M. Nicolas Ming (PLR) à propos des travaux prévus pour l'hôtel Guesthouse sur la Place du Marché. Libérés l'été dernier des services communaux, les deux étages inférieurs doivent être transformés pour agrandir la partie hôtelière. Le projet a toutefois été recalé par le service de l'Urbanisme, et M. Ming en demandait la raison. Le Syndic lui a répondu que le projet présenté, s'il a été avalisé par les Monuments historiques sur l'aspect du bâtiment, ne respecte pas le règlement des constructions puisqu'il prévoit de transformer la terrasse en véranda fermée.
Désireux de pousser la Municipalité à plus de souplesse, l'interpellateur a alors déposé une résolution demandant que l'Exécutif soit invité à faire tout son possible pour permettre l'exploitation de la Guesthouse et de la terrasse. Vu l'incertitude quant à ce qui était envisagé pour ladite terrasse, la résolution a finalement été refusée par le Conseil par 38 non, 35 oui et 7 abstentions. Ce résultat a suscité l'étonnement de M. Patrick Bertschy (PLR), qui s'est demandé quel message le Conseil avait voulu donner. En tout état de cause, la Municipalité a réaffirmé son soutien global à ce projet, dans l'attente des retouches nécessaires concernant la terrasse.

Après le dépôt de quatre objets qui seront traités lors de la prochaine séance, le Conseil s'est ensuite penché sur les sept rapports et préavis à son ordre du jour. Et c'est à ce moment que les choses sont allées très vite !
La révision des statuts du SIGE avait donné lieu à des débats importants à Vevey, la Municipalité ayant exprimé son opposition à la représentation des communes telle que proposée (égalité entre les trois villes et les sept autres communes, malgré la différence de population). Après les phrases succinctes du rapporteur, M. Serge Doriot (PLR) a rappelé que cette modification découle d'une motion qu'il avait déposée. Ensuite, l'ouverture du débat n'a pas été demandée, si bien que les divergences d'opinion n'ont même pas pu apparaître. Au final, et visiblement par gain de paix, le projet a été approuvé avec quelques oppositions.
Les objets suivants n'ont même pas suscité de discussion et ont été approuvés sans débat: Achat d'une balayeuse pour Fr. 150'000.-; Crédits complémentaires pour Fr. 128'000.- notamment pour la recapitalisation du Septembre Musical et la numérisation des journaux et périodiques historiques de Vevey; Cautionnement de Fr. 115'000.- pour la construction d'une halle pour plaquettes de bois à Corsier; Réponse au postulat de M. Darren Roshier (Soc) sur l'accueil des migrants et l'intégration à Vevey; Réponse au postulat de M. Stéphane Molliat (VL) sur la possibilité d'acheter le parking Nestlé à Plan Dessus qui va être libéré de ses occupants.


Pour M. Serge Doriot, la motion qu'il a déposée et qui a débouché sur ces nouveaux statuts du SIGE constitue sa plus grande satisfaction.


Le futur bâtiment a été admis comme étant d'intérêt régional (images de synthèse).

Le dernier objet de la série a été nettement plus chaud, tout particulièrement parce qu'il a été abordé sous l'angle du chauffage ! Le Conseil était appelé à se prononcer sur le caractère d'intérêt régional d'un futur centre d'activités à construire, Espace des Pléiades, à proximité du parking des Motalles. Le projet est porté par les communes de Blonay et St-Légier, qui assurent le gros du financement, et la CIEHL prévoit d'apporter Fr. 600'000.-. Les conseils du district n'ont cependant pas à se prononcer sur le contenu du projet ni le montant que la CIEHL pourrait y mettre, mais seulement sur l'intérêt régional du projet.
La commission qui l'a étudié s'est déclarée majoritairement favorable à cette reconnaissance d'intérêt régional, mais des oppositions sont apparues du côté des Verts et d'Alternatives. Un autre opposant s'est exprimé au Conseil, M. Serge Ansermet (Soc), qui a fustigé l'utilisation du propane comme source de combustible alors que le Centre est dans une zone forestière. Il a été rejoint par M. Alain Gonthier, qui s'est acharné à démonter les arguments qui avaient été présentés à la commission. Enfin, M. Antoine Stubi a repris ces éléments mais s'est penché en plus sur l'intérêt régional, qu'il a contesté en raison de ce qu'il considère comme des insuffisances de l'équipement destiné à l'accueil collectif.
Représentant de Vevey au Conseil d'administration de la CIEHL, le Syndic Laurent Ballif a surtout insisté sur les études menées pour connaître l'intérêt des sociétés sportives et des écoles de la région pour ce centre, qui est avéré. Pour la forme, il a répété les explications concernant le chauffage, qui permet de limiter la construction à une simple citerne et évite des transports par camion fréquents pour alimenter un éventuel chauffage au bois.
Au vote, le Conseil a largement reconnu l'intérêt régional du projet.

En fin de séance, vu que le programme avait été passé en revue très rapidement, le Conseil s'est encore penché sur des communications et des objets supplémentaires déposés par des conseillers.
La communication sur les comptes de la Fondation des Arts et Spectacles a donné lieu à quelques critiques de M. Stéphane Molliat et M. Werner Riesen (UDC) quant au nom du théâtre le Reflet, la baisse de recettes de la billetterie et le coût d'exploitation de la Salle del Castillo. M. Patrick Bertschy a évoqué la concurrence possible entre le Reflet et l'Oriental. Le Syndic a mis en évidence la nécessité de renouveler le public et donc d'ouvrir la programmation plus largement, ce qui se traduit par une diminution des abonnés. Quant à la Salle del Castillo, elle est de plus en plus utilisée mais les tarifs de base ne couvrent pas les frais d'exploitation.
La communication de la Municipalité sur l'action contre le racisme prévue du 19 au 24 mars a donné lieu à un échange un peu surréaliste quant au sens du mot "racisme", et ensuite le Syndic a présenté un plan de la Ville indiquant les zones dans lesquelles la fibre optique a été ou va être installée par Swisscom, en réponse complémentaire à une question de M. Daniel Beaux (Soc).


Le plan de Swisscom indique que toute la partie est de la ville, en vert plus ou moins foncé, est d'ores et déjà raccordé à la fibre optique en ce début de 2016. La partie ouest sera raccordée entre cet été et le début de 2017, en commençant par le bord du lac.


La partie est de la rue Louis-Meyer, complètement redessinée en 2014 à la fin de la rénovation de la Salle del Castillo, devrait devenir un "salon urbain".

Dans les objets déposés en fin de séance, on trouve tout d'abord une interpellation de M. Alain Gonthier à propos de la zone Rivage-Ls Meyer. La Municipale Elina Leimgruber a indiqué qu'un groupe de travail a présenté un projet de création d'un "salon urbain", avec mobilier déplaçable mis à disposition du public. Le Municipal Etienne Rivier a apporté la précision qu'une modification du règlement de police est en cours pour permettre à des food-trucks de s'y installer par tournus, tout comme au Jardin Doret.
Mm Isabel Jerbia (Soc) a déposé une interpellation posant des questions sur le coût global de la gestion des déchets, la chasse aux incivilités et l'ouverture de la déchetterie devant notamment se traduire par une facture plus lourde que prévue. La Municipalité y répondra par écrit.
Ensuite, M. Julien Rilliet (Soc) a tenté de trouver une solution à la floraison des affiches électorales en proposant une augmentation de l'affichage officiel, pour juguler l'affichage sauvage. Cette proposition a suscité un ensemble de réactions négatives, tous bords confondus, la solution préconisée par le Président Peter Schuseil d'un gentlemen's agreement entre partis semblant la plus sage. Au vote, la proposition de M. Rilliet a été largement rejetée et n'a même pas eu droit à un détour par une commission.
Enfin, M. Daniel Beaux a déposé une motion, qu'il a ensuite transformée en postulat, pour une amélioration du parc à chiens du Jardin Doret. Le Municipal Jérôme Christen ayant confirmé qu'un remaniement de toute la zone du haut du parc est prévue dans le sens de ce qu'il demande, le Conseil a admis de transmettre directement ce postulat à la Municipalité.
En fin de séance, la sérénité des débats s'est un peu perdue dans diverses interventions et questions concernant les joutes électorales en cours, chacun s'accusant de trahir la vérité dans ses affiches et ses tracts !


.