Loading

Beaucoup d'objets mais peu de débats au Conseil

Pour sa séance du 19 mai 2016, le Conseil communal a traité d'un grand nombre d'objets mais sans se lancer dans de grands débats polémiques. En cette fin de législature, des projets continuent d'avancer mais dans une ambiance sereine.

Pour voir la vidéo de ce Conseil:
http://www.vevey.ch/N16966/conseil-communal-du-19-05-2016.html

La Municipalité ne demeure pas inactive, bien que les fonctions aient été réparties au sein du nouvel Exécutif qui entrera en fonction le 1er juillet prochain.
Outre les comptes et la gestion 2015 de la Ville ainsi que de quelques organes inter-communaux, le Conseil s'est vu nantir de plusieurs préavis et rapports-préavis. Il a également eu à se prononcer sur des objets étudiés par des commissions ad hoc.
La Municipalité a également déposé plusieurs communications, si bien que la séance a permis d'aborder de très nombreux sujets.


 

M. Antoine Stubi a défendu devant le Conseil communal son amendement visant à accélérer la cadence du nouveau bus. En dehors des heures de pointe, il y aura donc un bus toutes les quarante minutes au lieu de toutes les heures.




Le BVA propose diverses prestations d'insertion pour handicapés et dirige également des ateliers protégés.

En début de séance, le Conseil a pris connaissance de quatre interpellations, dont deux ont donné lieu à des réponses immédiates.
Une interpellation collective des partis Verts, Alternatives, Socialiste et PLR posait des questions à propos du Bureau vaudois d'adresses (BVA). Les médias ont parlé de cette institution en signalant qu'une majorité des communes vaudoises lui transmettait les adresses de leurs habitants pour qu'elle les utilise pour des envois publicitaires.
Aux différentes questions posées par  M. Antoine Dormond au nom des différents partis, le Syndic Laurent Ballif a rappelé que cette fondation est une institution d'utilité public et à but idéal, dont la vocation est de donner du travail à des handicapés sous forme de mises sous plis d'envois publicitaires. Il a indiqué que le Conseil d'Etat a autorisé les communes à fournir leurs adresses à cette seule et unique fondation, et que cela se limite aux données concernant le domicile, l'âge et le sexe. Il n'y a pas besoin d'un règlement spécifique puisque toute la question est cadrée par la Loi sur la protection des données et les directives du Conseil d'Etat. L'interpellateur et les représentants des différents partis se sont déclarés satisfaits de ces réponses.
Une seconde interpellation a également été réglée immédiatement, celle de M. Francis Baud qui demandait que la Municipalité fasse en sorte que les nouveaux conseillers qui vont entrer en fonction puissent avoir un certain nombre de  documents-cadres. La Municipalité a promis d'envoyer une liste où chacun pourra cocher les documents qu'il désire recevoir en format papier.

Les deux autres interpellations nécessitent des réponses plus élaborées et la Municipalité y répondra par écrit. Les deux concernent pratiquement la même zone de la ville: le futur collège de Copet et l'état du terrain de football Copet 2. M. Stéphane Molliat (VL) a demandé où en était le projet du collège dans sa saga judiciaire et si la Municipalité a un Plan B. M. Roger Pieren (VL) voudrait savoir s'il faut absolument attendre le projet de nouveau collège pour changer le tapis de Copet 2, actuellement en très mauvais état.
Les objets déposés comportaient les comptes et la gestion 2015 de la commune de Vevey, du Fonds Culturel Riviera et de la Communauté intercommunale d'équipement du Haut-Léman (CIEHL).
Des crédits sont demandés pour la finalisation des plans du futur parking souterrain d'Entre-Deux-Villes (Fr. 200'000.-), pour des travaux d'entretien routier (Fr. 1'015'000.-) et pour le réseau Wi-Fi pédagogique (Fr. 280'000.-).
Enfin, des réponses sont apportées sous forme de rapports-préavis à la motion de M. Jacques Décosterd à propos du Jardin Doret et au postulat de Mme Danièle Kaeser au sujet de l'escalier de St-Martin.


Et pendant ce temps, impassible, M. Xavier Borgeaux filme...


Le bâtiment de l'Aviron abrite des salles de gymnastique. Pendant plusieurs années, les salles du rez-de-chaussée, donnant sur le parking, ont été occupées par l'Ecole du Haut-Lac. Celle-ci ayant construit sa propre école à St-Légier, les salles pourront être réaffectées pour accueillir trois classes secondaires.

Parmi les objets étudiés par des commissions, deux n'ont suscité aucune discussion. Le premier concernait l'octroi de délais supplémentaires pour les motions et postulats en cours. Le second octroyait un crédit de Fr. 110'000.- pour le remplacement des lames du fond mobile de la piscine couverte de Vevey-Corseaux-Plage, dont l'état nécessite une réparation d'urgence.
Deux autres objets ont été carrément retirés, des postulats déposés en pleine période électorale. Le premier, de M. Bastien Schobinger, demandait l'instauration d'un système de frein de l'endettement. Son auteur a reconnu que sa formulation était inadéquate et s'est réservé de revenir ultérieurement sur le sujet. Le second, de M. Julien Rilliet (Soc), demandait que la Municipalité apporte une aide aux PME qui avaient de la peine à encadrer leurs apprentis. Ayant appris que cette proposition ne correspondait pas aux besoin des entreprises, le postulant a décidé de la retirer.
Les deux derniers objets ont donné lieu à quelques débats, mais dans un climat où tout le monde semblait grosso modo d'accord avec le fond de l'affaire.
Le premier était un crédit de Fr- 288'400.- pour la direction de l'Education. Vu le retard du nouveau collège, il est nécessaire d'aménager des salles provisoires dans les locaux de l'Aviron, anciennement occupés par l'Ecole du Haut-Lac. Si tout le monde est d'accord, le coût des travaux ainsi que le faible nombre d'élèves par classe ont suscité l'intervention de Mme Fabienne Despot, et un amendement de M. Roger Pieren visait à  supprimer l'achat de nouveau mobilier. La Municipale Elina Leimgruber a clairement expliqué que le coût final serait certainement inférieur au crédit demandé, et que le nombre d'élèves approchait le seuil maximum de 20 par classe. Quant au mobilier, l'inventaire réalisé à cet effet a montré qu'il était indispensable d'acheter un certain nombre de tables et d'armoires, le stock n'étant pas suffisant. Au final, l'amendement de Fr. 45'000.- pour éliminer l'achat de mobilier a été refusé très largement, et le crédit complet a été accepté largement en vote final.

 

M. Roger Pieren (ci-contre) s'est posé des questions sur le coût d'aménagement des trois salles de classe sur l'Aviron ainsi que du matériel scolaire à acheter.

Le second objet visait à inscrire au budget 2017 un crédit de Fr. 237'500.- pour la création d'une nouvelle ligne de bus. Partant de la gare de Vevey, cette ligne 215 devrait relier les quartiers nord de la ville, en particulier Gilamont, à la zone de la Veyre puis au village de Saint-Légier. C'est en quelque sorte un remplacement de l'ancienne ligne 212, qui montait jusqu'à la Veyre jusqu'à fin 2014 mais dont l'expérience avait été interrompue parce que la commune de Saint-Légier n'était pas desservie. Cette nouvelle ligne circulera toutes les 20 minutes durant les heures de pointe et à 60 minutes durant les heures creuses.
Cette objet a été accueilli très favorablement par le Conseil. Ce nouveau bus répond à un besoin pour les utilisateurs des équipements sportifs et des entreprises de la Veyre. De plus, pour le développement futur de cette zone, le canton exige une amélioration des transports publics. Le besoin est donc évident, et Saint-Légier a déjà voté en faveur du projet pour sa part de financement. Cette nouvelle ligne répond également au postulat de Mme Muriel Higy-Schmidt, (Soc) qui demandait une meilleure desserte en transports publics de l'avenue de Gilamont.
Le projet a toutefois été exposé à plusieurs amendements. M. Bastien Schobinger (UDC) a tout d'abord demandé que ce montant ne soit mis au budget que durant trois ans, 2017/18/19, et qu'un bilan soit tiré ensuite. Le Syndic lui a répondu qu'il valait mieux ajouter une conclusion demandant une étude d'utilité après trois ans. Consulté, le Conseil approuva la proposition du Syndic reprise par M. Schobinger, en refusant par contre d'inscrire dans les conclusions une durée limite de trois ans.
Un autre amendement a été soumis par la commission elle-même, qui avait approuvé majoritairement une proposition d'augmenter le montant pour l'année 2017 de Fr. 77'000. Cette hausse, proposée par M. Antoine Stubi (Verts), doit permettre de passer à la cadence de 40 minutes en heures creuses. L'argument essentiel est qu'il faut un rythme plus soutenu pour créer l'habitude d'utiliser cette ligne, ce que plusieurs conseillers ont contesté.
Au vote, l'amendement de la commission a été accepté assez largement, et le crédit complété à Fr. 314'500.- a rencontre l'approbation d'une assez large majorité du Conseil, seul le PLR s'y opposant.




M. Bastien Schobinger a proposé deux amendements, dont l'un a été accepté: la Municipalité fera rapport sur la nouvelle ligne d'ici trois ans.



Le Syndic Laurent Ballif a fait rapport sur les thèmes abordés par la Conférence des Syndics.
 

Les communications de la Municipalité répondaient, pour plusieurs d'entre elles, à des interpellations. Les deux premières avaient trait aux déchets. M. Gilbert Dutruy (Indép.) s'inquiétait de la manière dont la Police s'était associée aux efforts de la Municipalité pour juguler les dépôts sauvages de détritus. La réponse l'a satisfait dans une large mesure. La seconde, de Mme Isabel Jerbia (Soc), demandait combien d'envois avaient été faits à la population et sous quelle signature, laissant entendre qu'il y avait eu un certain gaspillage. Comme la réponse municipale comportait tout un tableau très complexe des comptes spécifiques du traitement des déchets, cela a suscité plusieurs questions de M. Pierre Butty (Soc) auxquelles l'Exécutif a eu quelque peine à répondre.
Le rapport annuel de la Commission d'aménagement du territoire (CORAT) n'a pas suscité de débat, pas plus que l'information concernant la procédure budgétaire nécessaire pour financer le nouveau système informatique de gestion de la commune.
Enfin, le Syndic Laurent Ballif a présenté au Conseil un résumé des thèmes traités ces derniers mois par la Conférence des Syndics du Disctrict (CSD).
Diverses questions posées à la Municipalité ont encore occupé le Conseil, dont le Président M. Peter Schuseil a officiellement clos la séance après 2h30 de travail.


.