Loading

Qui l'eût cru ? La neige à mi-avril !


Alors qu'on compatissait samedi soir en regardant les infos annonçant que Grenoble se débattait sous 50 cm de neige, on s'est réveillé dimanche matin 17 avril sous une quinzaine centimètres de neige lourde et mouillée. Et il en est encore tombé la même chose durant la journée...



Un mois plus tôt, le printemps faisait irruption de manière intempestive.

A mi-avril, c'est la neige qui nous a rendu une petite visite très inhabituelle.

Parcs et jardins ont ployé s'ils le pouvaient, se sont écrasés sous le poids de cette neige collante. Les arbres se sont tous déguisés en saules pleureurs.

 

On s'était habitué aux couleurs des arbres et des fleurs, et voilà qu'il a fallu réapprendre à regarder presque en noir et blanc.





Les fils téléphoniques ont tenu le coup, malgré la gangue de neige qui les enserrait.

Par contre, les arbres ont souffert, et le bilan des branches cassées est lourd dans toute la ville. Plusieurs grosses branches sont tombées sur des rues passantes (Quai de Copet, Crosets, Esplanade St-Martin, Charmontey). Les jardins privés ont également été touchés, en particulier lorsqu'il s'y trouvait des arbres fruitiers. La présence à la fois de feuilles déjà fort développées et de grappes de fleurs a contraint les rameaux à supporter la lourde charge de cette neige mouillée collée aux branches.






Les services communaux ont eu quelque peine à répondre à une offensive aussi vigoureuse de l'hiver, à un moment où l'on avait peine à croire qu'elle puisse avoir de tels effets. Les chutes de neige continuelles de la journée n'ont pas facilité la tâche des quelques employés mobilisés pour dégager les rues et les trottoirs.

La situation s'est à peu près normalisée en fin d'après-midi, au moment où la neige a cessé de tomber. Mais les températures relativement basses pour la saison n'ont pas permis un fonte aussi rapide qu'on aurait pu l'espérer. Et c'est dans une espèce de soupe blanchâtre qu'ont dû patauger les promeneurs et les automobilistes qui récupéraient leur véhicule sur la Place du Marché !

 

Face à crise, les responsables n'ont pas hésité à mettre la main à la pâte. C'est ainsi que Mme Madeleine Burnier, Municipale, qui avait saisi la pelle pour déneiger autour de chez elle, a croisié le chemin de M. Jean-François Fave, responsable des jardins de la ville, qui avait empoigné le volant d'un petit tracteur chasse-neige pour dégager les quartiers des hauts. 

Dans cette rubrique