Loading

Une Venise de papier inaugurée au Jenisch le 23 avril 2005



Les trois piliers de l'organisation de cette exposition: la directrice du Cabine des estampes, Mme Nicole Minder, accueille les invités lors du vernissage. Elle est accompagnée de M. Pascal Griener, professeur à l'Institu d'histoire de l'art de l'Université de Neuchâtel, et de Mme Antonia Nessi, commissaire d'exposition.

Le Cabinet des estampes du Musée Jenisch ouvrait samedi 23 avril sa nouvelle exposition présentant les gravures de Canaletto et Tiepolo sur la Venise du XVIIIe siècle.

Fruit d'une collaboration avec l'Université de Neuchâtel et le Musée cantonal d'art de Lugano, cette exposition a été conçue par une jeune doctorante de l'Uni NE.

Mais, surtout, il s'agissait de la première présentation d'une fabuleuse collection privée constituée par un couple d'amateurs éclairés. A la centaine de gravures originales exposées s'ajoutent celles figurant dans les albums présentés dans les vitrines. Au total, ce sont plus de 400 gravures en tous genres qui sont accueillies dans les locaux du Cabinet des estampes.

Le môle et la Rive des Schiavoni vers l'Est, oeuvre de Canaletto figurant dans un des albums exposés au Musée Jenisch (ci-dessus).
Le grand rhinocéros, scène de rue croquée par Pietro Longhi et gravée par son fils Alessandro.
Port du Lido, eau-forte et burin, réalisée selon une oeuvre de Francesco Tironi (ci-dessus).
Têtes de vieillards tirées de l'album Raccolta di teste, de Giambattista Tiepolo (ci-dessous).

La ville de Venise, même si sa grandeur du XVIIIe siècle est à considérer comme un souvenir, conserve tout son pouvoir d'inspiration sur les illustrateurs. Tout comme les Canaletto et Tiepolo n'ont été considérés, à leur époque, que comme des créateurs de ce qu'on appellerait aujourd'hui des "cartes postales", les artistes contemporains qui la présentent au public actuel sont les auteurs de "fumetti" (bandes dessinées), dans la lignée du Vénitien Hugo Pratt et de son personnage Corto Maltese (ci-dessous). Pratt n'est pas encore au Jenisch, mais la filiation est évidente et il aura certainement la chance d'entrer au musée avant 300 ans.
Disciple d'Hugo Pratt, Milo Manara, même s'il est surtout connu pour ses femmes sublimes, a également fait errer son héros Giuseppe Bergman dans une Venise palpitante d'ombres et de mystères à la rencontre d'un mystérieux H.P. (ci-dessous).



Dans cette rubrique