Loading

STOMP, une aide communale pour mieux rebondir

Le Municipal Laurent Ballif a présenté mercredi 6 juillet 2005 le démarrage de l'opération visant à offrir au sein de l'administration communale une dizaine de places de stage à des jeunes de 18 à 25 ans qui se retrouvent sans perspectives professionnelles à la fin de leur cursus scolaire. Le nom de code est STOMP, pour STage d'Observation en Milieu Professionnel. Ce mot rappelle le son d'une balle qui frappe le sol et rebondit, image tout à fait adéquate pour illustrer l'objectif que se sont fixé les Services sociaux de Vevey.

Les Services Sociaux de Vevey avaient déterminé début 2004 déjà qu'il existait une catégorie de jeunes qui peinaient d'une part à trouver un emploi, et d'autre part à utiliser les services offerts par l'Office régional de placement ou les assistants sociaux de la ville. Une proposition a été faite à la Municipalité de ménager, au sein même de l'administration communale, des places de stage appelées "à bas seuil", c'est-à-dire ouvertes à des jeunes même n'ayant pas de formation professionnelle ni de bagage scolaire complet.

La Municipalité a inclus cette proposition dans l'ensemble de mesures destinées à lutter contre l'émergence de groupes de jeunes désoeuvrés. Le principe des stages constituait l'une des composantes du volet "Prévention" de sa politique globale en la matière, avec le renforcement du projet Gingko de la ville et un soutien accru à l'association des Airelles pour son site de la Villa St-Martin. Malgré les avatars successifs de cet ensemble de projets, qui ont finalement été validés au moment de l'adoption du budget 2005 de la Ville de Vevey, les stages sont demeurés un objectif prioritaire pour la Municipalité, et la Direction des Services sociaux en particulier.

Un coordinateur a été engagé au début de l'année 2005 afin de finaliser les conditions dans lesquelles devront se dérouler les stages, et de prendre contact avec les services qui s'étaient annoncés pour accueillir un stagiaire. Cette partie du projet a été menée à bien et le Municipal Laurent Ballif, accompagné du Chef des Services sociaux, M. Christophe Bornand, et du coordinateur des stages, M. Christophe Gerber, a présenté mercredi 6 juillet à la presse la manière dont l'opération est dorénavant mise en oeuvre.

Ce sont finalement une douzaine de places de stage qui sont offertes aux jeunes, dans les services communaux suivants: Equipement Gestion (voirie, parcs & jardins), Police (garage) et Garderies (cuisine et entretien). Les stages sont d'une durée de trois mois, renouvelable une fois. En principe, il n'est donc pas possible de rester dans un tel stage plus de six mois, mais le règlement n'est pas figé et s'adaptera à chaque cas particulier.

Les contacts sont établis avec les différents partenaires appelés à collaborer avec les Services sociaux, et en particulier avec Gingko, l'autre opération de la ville devant permettre d'amener les jeunes en échec professionnel à se réorienter. L'éducateur de proximité, M. Stefan Hurzeler, en charge de Gingko, est appelé à prendre les contacts avec les jeunes potentiellement concernés et à les mettre en relation avec le coordinateur des stages, afin de déterminer quel type d'emploi peut les intéresser.

Potentiellement, ce sont une cinquantaine de jeunes de 18 à 25 ans qui pourraient être intéressés par ces stages, qui bénéficient actuellement des aides des Services sociaux. Mais ce chiffre monte à 150 personnes si l'on inclut les jeunes de moins de 18 ans qui ont terminé leur scolarité, ainsi que les jeunes adultes n'ayant jamais fait appel à l'aide sociale. Au terme du stage, la Ville fournira au stagiaire une attestation certifiant le type de travail accompli et les acquis réalisés, ainsi que le comportement du stagiaire. Dans l'esprit du projet, un suivi sera organisé, et des contacts seront pris avec des entreprises pour tenter de trouver des places de travail fixes pour les jeunes sortant de stage.

Le canton, qui a déjà évalué très positivement l'opération Gingko, est très intéressé par ce nouveau projet veveysan. Au moment de l'entrée en vigueur de la nouvelle loi sur le Revenu d'insertion (RI), le 1er janvier 2006, qui permettra à tout bénéficiaire d'une aide sociale de profiter de mesures de réinsertion, ce type d'offres sera vraisemblablement inclus dans les mesures prioritaires à l'intention des jeunes sans emploi. De ce fait, la ville de Vevey pourrait bénéficier dès lors d'un subventionnement, ce qui lui permettrait d'élargir le cercle des bénéficiaires au district, alors que seuls les Veveysans peuvent actuellement être engagés dans ces stages.

 

Dans cette rubrique