Loading

La revue de Gabouille fait le plein à la Grenette du 20 au 25 mars 2006

Comme l'an dernier, Louis Gavillet, plus connu sous le surnom de Gabouille, a présenté sa revue locale au Théâtre de la Grenette du 20 au 25 mars. Ces 6 spectacles ont connu un gros succès puisque la salle était pleine chaque soir pour une suite de sketches placés sous le titre général de "Mobilisation".

Le thème militaire évoqué au début du spectacle s'effaçait cependant rapidement. Il ne servait qu'à tirer un parallèle entre la mobilisation guerrière et la mobilisation citoyenne en vue des élections. Ce parallèle avait d'ailleurs perdu un peu de son acuité puisque l'auteur avait décidé, compte tenu du fait que sa revue prenait place entre les deux tours, de ne pas se montrer trop mordant pour éviter d'être accusé d'influencer le résultat final des élections.

Les souvenirs militaires évoqués par Gabouille ont donc laissé rapidement la place à des sujets d'actualité, en tout cas de l'actualité de l'année écoulée !

Outre les élections, on a abordé l'affaire du mobbing, la grêle de juillet, la disparition de l'EPA ou le repas frigorifié de l'AVIVO. Le tout avec humour et un brin de causticité, mais sans méchanceté gratuite.

Outre la présence d'une pianiste remarquable en la personne de Mme Grisi, le spectacle était également agrémenté de deux fenêtres rock et soul. En effet, trois jeunes chanteuses montreusiennes, les "3 NITY", ont apporté une ambiance très différences au public de la Grenette. Celui-ci a grandement apprécié la qualité de ces voix et le charme de cet intermède, même si les textes anglais ont empêché tout un chacun de comprendre la scénographie.

Les numéros de prestige sont ceux qui mettent en scène les 4 comédiens, comme ceux commentant l'actualité "people" ou la campagne électorale.

Au final, toute la troupe a recueilli les applaudissements du public, les comédiens étant rejoints par les trois choristes (au centre aux côtés du vigneron) et la pianiste (à droite), qui a interprété d'une manière remarquable la chanson sur la fermeture de l'EPA.

 


.




Les choristes (photo de gauche en haut) se sont produites, pour leur première intervention, dans un décor guerrier un peu chaotique.

Quelques minutes plus tôt, les hostilités avaient été interrompues par l'arrivées des casques bleus... (photo de gauche)

En équipe à géométrie variable, la troupe occupait la scène durant plus de deux heures. Louis Gavillet a fait également appel à son épouse Nelly, qui ne se contentait pas de jouer à la superviseuse du spectacle, mais l'accompagnait également à l'accordéon.

L'un des sketches les plus drôles était certainement celui sur le repas de l'AVIVO, en janvier dernier, lorsque le chauffage de la Salle del Castillo n'avait pas été à la hauteur (photo de droite).

Dans cette rubrique