Loading

Tourné-Monté: la 3e renaissance du Super-8 au Bout-du-Monde

Le 3e Festival Tourné-Monté s'est achevé le 10 juin 2006 au bar du Bout-du-Monde, avec un succès tant de la participation que du public. Trente petits films ont été transmis aux organisateurs et les spectateurs ont accouru durant les quatre représentations, autant pour l'originalité des sujets que pour les maladresses inhérentes à cette technique.

L'organisateur de ce concours, M. Alain Wirth (photo ci-dessus) pouvait avoir le sourire au vu du succès de cette 3e édition. Mais la fatigue était également là, après dix jours de projections et de réglages avec des matériels parfois capricieux, projecteur Super-8 ou bobines de films en cassettes n'étant plus de manipulation courante.

Le public a rempli chaque soir en totalité la petite salle du Bout-du-Monde,et l'on y riait beaucoup. Il faut dire que tous les réalisateurs, seuls ou en équipe, ont pris grand soin à concocter un scénario bien découpé et souvent humoristique.

Mais le plus drôle a souvent été la maladresse ou l'imperfection technique, les cinéastes de nos jours n'étant plus habitués à travailler en aveugles. Comme les films développés devaient être livrés bruts à l'organisateur, il n'était pas possible de rattraper au montage les erreurs de tournage.

Les spectateurs se sont donc bien amusés aux images floues, aux cadrages aléatoires et aux changements de plans abrupts. Mais les scénarios ont également beaucoup plu, même ceux qui étaient l'oeuvre de réalisateurs n'ayant aucune expérience du tournage cinématographique.

A l'applaudimètre - et le prix du public devra confirmer ce classement - la réalisation du Veveysan Nicolas Gerber (un voisin de l'Oriental) semble avoir convaincu tout le monde avec son film "Orage", qui met en scène un amusant parallèle entre deux histoires d'amour malheureuses. "La cigale et la fourmi", d'Isaline Bigler, a également fait bien rire avec sa lecture au 2e degré de la fable de La Fontaine.

Le film "Genève s'envoie en l'air" présentait un tournage renversé, où l'idée de base était rendue particulièrement onirique par l'image (in)volontairement estompée... (photo de gauche).

Dans cette rubrique