Loading

Le Conseil a fait preuve d'énergie le 9 novembre 2006

Mme Rosa Carreno avait été indisponible lors de l'installation du Conseil et de la 1ère séance du Conseil, et n'a pu être assermentée que ce 9 novembre.

C'est à une soirée très énergétique qu'ont été conviés les membres du Conseil communal de Vevey jeudi 9 novembre 2006, ainsi que les spectateurs qui ont suivi des débats animés durant près de trois heures. Le taux d'imposition est maintenu à 77 points pour une année, et la Municipalité est mandatée pour faire rapport sur plusieurs thèmes touchant à l'énergie.

Alors que Mme Rosa Carreno (Soc) était assermentée, le Président du Conseil, M. Jean-Daniel Tenthorey, devait déjà procéder au remplacement d'une conseillère démissionnaire. M. Louis Gut prêta serment en remplacement de Mme Véronique Duboux Deplands (Vevey Libre). Toujours dans la première partie de la séance, le Conseil désigna ses représentants au futur Conseil intercommunal de Police Riviera qui entrera en fonction au 1er janvier 2007, le Conseil d'Etat ayant approuvé ses statuts. Enfin, le Conseil apprit que la commission désignée pour procéder à la refonte de son Règlement général avait déjà siégé à cinq reprises et prévoyait encore six séances, son rapport étant attendu pour mars de l'année prochaine.

Les débats ont été rondement menés par le Président, qui a même parfois coupé court à certaines prises de parole. Cela lui a valu le qualificatif de "TGV" par le Municipal Christen, pour "Tenthorey Grande Vitessse", à quoi il a répondu que cela valait mieux que de traîner les pieds !

M. Louis Gut a prêté serment en remplacement de Mme Véronique Duboux Desplands, pour le groupe Vevey Libre.



Le futur quartier des Moulins de la Ve-veyse en images de synthèse.

De nombreuses interventions de conseillers ont marqué cette deuxième séance de la législature. Socialistes et Verts ont mis l'accent sur plusieurs points de la politique énergétique de la ville. Au début du Conseil, M. Serge Ansermet (Soc) déposa un postulat accepté par la Municipalité sur une possible affectation de la redevance électrique à des actions d'économie d'énergie, puis M. Eric Gavin (Soc) vit son propre postulat sur le Développement durable transmis pratiquement sans opposition à l'Exécutif. Ces deux postulats feront l'objet d'une rapport de la Municipalité au Conseil.
En fin de Conseil, M. Ansermet revint à la charge avec une interpellation demandant où en est le Programme énergétique de la Ville et le statut de Vevey Cité de l'énergie. Ensuite, Mme Birgitta Bischoff (Verts) déposa un postulat sur l'énergie utilisée par l'éclairage public, postulat accepté par la Municipalité, puis son collègue de parti M. Roland Rapin interpella l'Exécutif sur le projet des ex-ACMV, présenté comme "indigne de Vevey Cité de l'énergie". Ce dernier objet, en particulier, ouvrit une discussion nourrie entre conseillers impatients de connaître les détails du projet, voire peu convaincus par son caractère écologique, et défenseurs de l'initiative privée en la matière. Le Municipal en charge de l'Urbanisme, M. Jérôme Christen, apporta déjà quelques informations, appuyé par le Syndic Laurent Ballif, mais une réponse écrite sera apportée à cette interpellation lors de la prochaine séance du Conseil.


Une interpellation au titre choc pour M. Roland Rapin.


M. Werner Riesen a déposé plusieurs demandes.

Plusieurs autres objets ont été développés par les membres du Conseil. M. Werner Riesen (UDC) est revenu sur l'aide apportée au Vevey-Basket en butte à des poursuites, son interpellation faisant référence à ses interventions précédentes sur le sujet. Il lui sera répondu par écrit. Quant à M. Lionel Girardin (Soc), il accepta que sa motion visant à l'interdiction de la publicité sur le domaine public pour le petit crédit soit transformée en interpellation, afin de permettre à la Municipalité d'apporter des précisions sur la légalité d'une telle démarche.
Deux questions ont également donnée lieu à une réponse de la Municipalité en fin de séance: M. Pierre-Alain Dupont confirma à M. Marc-Henri Tenthorey (UDC) qu'une opération de contrôle de l'éclairage des vélos était en préparation, et Mme Madeleine Burnier apprit à M. Werner Riesen (UDC) que le RKC était parvenu à éponger seul le découvert que l'ancienne équipe avait occasionné.

M. Lionel Girardin a déposé une motion. Il est également Président de la commission qui étudie le Règlement du Conseil (photo de droite).


Le Municipal Pierre-Alain Dupont et le Syndic Laurent Ballif ont défendu la position de la Municipalité.

Le programme substantiel de la soirée était constitué par quatre rapports, dont deux traitaient de planification financière. Le Conseil adopta tout d'abord la reconduction du Fonds d'urbanisme à 7,5 millions pour les 5 ans à venir, ce qui permettra à la Municipalité, avec l'aval de la Commission des finances, d'acheter éventuellement en urgence un bien immolbilier qui pourrait s'avérer crucial pour la ville. Après cette entrée en matière facile, les choses se compliquèrent avec l'arrêté d'imposition.
La Municipalité avait fait un préavis demandant que le taux d'imposition soit maintenu à 77 points pour les deux années à venir. Il n'y eut guère d'écho à la proposition de M. Werner Riesen (UDC) de le diminuer d'un point, pour marquer la bonne santé fiscale de la ville. Par contre, tant la Commission des finances que la commission ad hoc chargée d'étudier cet objet avaient décidé à la majorité de ne maintenir ce taux que pour une année.
Le Syndic Laurent Ballif et le Municipal des Finances Pierre-Alain Dupont utilisèrent en fait le même argument que les adversaires de cette proposition, mais dans un but opposé. La majorité de la commission estimait qu'il était préférable de ne fixer le taux que pour une année pour pouvoir tenir compte de l'évolution attendue en 2007, alors que la Municipalité voulait précisément un même taux pour deux ans pour éviter une décision irréfléchie dans une année qui pourrait peser sur les recettes fiscales à moyen terme. L'argument du plan des investissements récemment déposé, dans lequel la Municipalité exposait clairement les besoins en financement pour les cinq années à venir, n'apparut pas comme un argument suffisant à la majorité, et c'est par 44 voix contre 35 et 3 abstentions que le Conseil décida de ne fixer le taux à 77 points que pour l'année 2007.

Les deux autres préavis ont été acceptés sans aucune opposition. Tout d'abord, 6 candidats à la naturalisation et leur famille obtinrent sans coup férir la bourgeoisie de Vevey. Le Conseil arrivera bientôt au terme des demandes déposées avant l'entrée en vigueur de la loi cantonale, en avril 2004, et ce sera ensuite uniquement la Municipalité qui procédera à ces octroi de bourgeoisie. Les bénéficiaires étaient nombreux dans le public (photo de gauche).

La révision des statuts de la Région d'action sociale (RAS), exigée par la nouvelle Loi sur les communes, permit au Syndic de répondre brièvement à des questions de Mme Valérie Borloz et de M. Alain Gonthier (tous deux Alternatives) afin de clarifier les compétences et les représentations au sein des organes de cette association intercommunale. Les nouveaux statuts furent ensuite adoptés sans opposition.

En fin de soirée, les communications de la Municipalité se révélèrent propices à quelques débats. La réponse à l'interpellation de Mme Birgitta Bischoff sur les parkings à vélos laissa l'interpellatrice quelque peu dubitative et insatisfaite. La communication sur le Château de l'Aile manqua de rouvrir un long débat sur cette question, mais le Conseil préféra finalement attendre le préavis promis par le Municipal Jérôme Christen pour janvier.
Le Syndic Laurent Ballif donna un aperçu synthétique des objets abordés par la Conférence des Syndics lors de ses deux dernières séances, ainsi que le Conseil lui avait demandé de le faire une fois par trimestre. Et l'organe délibérant prit également connaissance des informations fournies par la Municipalité à propos du remodelage du projet intercommunal de terrains de football à la Veyre et à Copet ainsi que de l'adoption des statuts de Police Riviera.

Le Municipal Jérôme Christen (photo de gauche) et le Syndic Laurent Ballif (ci-contre à droite) sont intervenus sur plusieurs objets ayant trait à l'urbanisme.

 

 

Dans cette rubrique