Loading

Vevey Riviera Basket attire du monde mais se casse les dents sur Sion

Vevey n'avait pas "l'hérens" assez solide pour l'emporter face à Sion samedi 6 janvier 2007. Une assistance assez importante avait répondu à l'appel des dirigeants, qui espéraient avoir une "salle comble", mais les joueurs ont manqué de réussite dans les tirs et se sont inclinés de 8 points.

Il devait y avoir un peu moins de 1'000 personnes dans la salle des Galeries pour ce premier match de l'année, ce qui pouvait constituer une demi-satisfaction pour les dirigeants. Pourtant, l'ambiance était bien là, avec tambour, confettis et cris d'encouragement. Le public supporta son équipe durant tout le match, et il suffisait d'un rien pour que renaisse l'espoir.
Le résultat final est cependant négatif, mais de 8 points seulement (69-61). La physionomie de la partie a été bien plus défavorable aux Veveysans que cela, puisque l'écart était de 12 points à mi-partie.
Les joueurs se sont très bien repris après la pause et Vevey n'était plus qu'à deux points de Sion à 5 minutes de la fin du match. Malheureusement, un taux d'échec important dans les tirs a empêché les Veveysans de pouvoir prétendre l'emporter au final.

Avant le début de la partie, les dirigeants veveysans ont présenté au public toutes les équipes jeunesse, dont les résultats sont prometteurs pour le basket dans notre région.


Les joueurs veveysans s'étaient bien échauffés en s'entraînant aux lancers francs, mais n'ont guère été heureux dans cet exercice durant la partie.

Le slogan "Vevey fais-nous rêver" a eu surtout cours à l'entrée des équipes sur le terrain, lorsqu'a eu lieu le lancer de confettis dans les gradins.



Même si Vevey Riviera Basket peine dans sa nouvelle ligue, cela n'empêche pas les enfants de se ruer à la mi-temps pour les tirs au panier.

Un roi mage avait même fait le déplacement, mais sans les cadeaux attendus par les supporters...


Alors que l'équipe était revenu à 2 points de son adversaire, un simple manque de concentration a redonné 9 points d'avance aux Sédunois, qui n'en demandaient pas tant et dont les supporters commençaient à craindre le pire !



Dans cette rubrique