Loading

Premier Festival du Petit Nouvel-An à l'Oriental et au Bout du Monde

Le public a répondu assez chichement aux offres du festival rock et chanson organisé pour la première fois les 6/7 janvier 2007 sur les scènes de l'Oriental et du Bout du monde. Le programme était pourtant alléchant, Sarclo étant le meilleur atout pour attirer du monde le samedi soir.
L'initiative est partie du bar du Bour du monde, dont les gérants dynamiques ont eu envie de voir s'il y avait une demande pour une manifestation musicale le premier week-end de l'année. Ils se sont donc concertés avec les responsables du Théâtre de l'Oriental, et les deux établissements ont oeuvré de concert pour offrir en deux soirées une dizaine de spectacles.
Les deux scènes se sont réparties les types de représentations: chanson, folk et cirque à l'Oriental, rock régional au Bout du monde.
La première soirée n'a pas été très courue, surtout à l'Oriental. La petite salle du Bout du monde, avec ses 60-70 places, a par contre fait le plein les deux soir. Et le grand espace de l'Oriental a connu une animation plus satisfaisante le samedi, surtout grâce à la notoriété du chanteur Sarclo.

La troupe de cirque Makadam (à gauche) a enthousiasmé les spectateurs le samedi soir à l'Oriental, par sa qualité musicale autant que par la maîtrise de ses acrobaties.


Alors que le foyer de l'Oriental accueillait des stands de nourriture et d'artisanat (y compris de bière artisanale), un bar avait été installé dans la salle de l'Oriental elle-même.
Les organisateurs ont assuré la coordination entre les deux salles et ont pu faire respecter l'horaire des deux soirées.


Pour la première fois, la salle de l'Oriental avait été totalement dépouillée de tout aménagement pour pouvoir accueillir le maximum de spectateurs debout, sans négliger les places assises du balcon. Pour cette première édition du festival, on n'a pourtant pas réussi à la remplir entièrement.

Le vendredi, la soirée comportait à l'Oriental Thierry Romanens (chanson), Madwig (chanson) et la Varda (folk), et au Bout du monde Lapsus (chanson) et The Mondrians (pop-rock). Samedi, le public a applaudi à l'Oriental Makadam (cirque), Sarclo (chanson) et L'Orchestre anonyme (chanson), et au Bout du monde EA ( rock) et Estaverde (rock).


Makadam et ses cinq artistes combine musique, acrobatie au sol, main à main, trapèze, corde et ruban. Tout cela se déroule dans la meilleure humeur et au son de l'accordéon et de la voix d'une des athlètes qui passe sans à-coup du soufflet de l'accordéon aux poignets de force pour le trapèze.

Sarclo, le chanteur genevois maintenant installé à Lausanne, a profité de ce concert pour présenter un certain nombre de chansons de son nouvel album. Intitulé "A tombeau ouvert" et sous-titré "Chansons posthumes Vol. 1", il a servi de fil rouge à son spectacle combinant chanson et projection vidéo. Le réglage de ces composantes l'a occupé un certain temps à la table de mixage (photo de gauche). Comme à son habitude, Sarclo a glissé dans son spectacle des commentaires visuels ou verbaux exprimant son cynisme désabusé, souvent contredit par les paroles tendres de ses chansons.

Dans cette rubrique