Loading

Festival de OUI au Conseil communal du 30 août 2007

L'atmosphère s'est révélée très positive pour cette séance de reprise du Conseil communal le 30 août 2007. L'assemblée délibérante a ainsi accepté les trois objets soumis au vote, et beaucoup plus largement que d'aucuns ne se l'imaginaient. Et la Municipalité a fait assaut de bonne volonté en répondant à plusieurs reprises directement OUI à des demandes du Conseil.Le

Président entrant en charge, M. Lionel Girardin, a prononcé quelques mots exprimant sa vision du fonctionnement démocratique, dans lequel il met toute sa confiance. Il entend laisser chacun exprimer ses idées tout en s'efforçant de conserver la maîtrise du déroulement des séances.
L'un de ses premiers actes officiels ce jeudi a été l'assermentation de M. Marco Monaco (photo ci-dessous), radical, en remplacement de M. Jean-Pascal Schorro, démissionnaire.


M. Alain Gonthier est intervenu à plusieurs reprises, mais le sablier du Président a contenu ses envolées verbales.

En début de séance, le Conseil a nommé la commission qui devra étudier la prise en considération du postulat déposé avant l'été par M. Roland Rapin (Verts) à propos de la Charte de l'eau.
Quatre préavis ont été déposés par la Municipalité et feront en principe l'objet d'un rapport et d'une décision du Conseil lors de sa prochaine séance. Ils concernent le subventionnement de 15 appartements dans un immeuble à construire à Plan-Dessus, des crédits supplémentaires pour Fr. 139'400.-, une naturalisation et la réponse à une motion radicale sur l'avenir de Vevey-Est.
L'un des crédits supplémentaires, dont l'étude a été confiée à la Commission des finances comme le prévoit le réglement, a fait l'objet d'un débat animé. Il s'agit de la dépense (déjà engagée) de Fr. 30'000.- en soutien au projet privé visant à installer une patinoire au bas de la Place du Marché dès cet automne. M. Alain Gonthier (Alternatives) a évoqué la possibilité de confier l'étude de l'opportunité de cette dépense à la Commission de l'énergie, dont le Conseil vient de se doter. Les arguments se sont opposés sur ce point mais le Conseil a finalement décidé de se contenter de la réponse qu'apportera la Municipalité à propos de l'impact écologique et énergétique de cet équipement lors de la prochaine séance.


Patinoire mobile d'Estavayer.


La parcelle qui a été vendue était occupée par des containers, qui ont été déplacés une centaine de mètres plus loin. Elle sera rattachée à celle située le long de la rue Clara-Haskil.

Un objet en apparence anodin s'était développé ces dernières semaines en abcès de fixation pour certaines personnes inquiètes du développement immobilier de la ville. Il s'agit de la proposition de vente d'une mini-parcelle de 37 m2 (pour mieux visualiser, cela représente une demi-salle de classe) près du port à un promoteur local désireux de construire sur la parcelle voisine un immeuble destiné à accueillir les bureaux en expansion de son entreprise.
Les opposants ont, pour la plupart, expliqué que leur position ne concernait pas strictement cette petite surface, mais s'inscrivait dans une inquiétude quant à l'avenir des autres parcelles situées en bordure de l'ancien quai Sina, la partie orientale du quai Perdonnet. Dans son préavis, la Municipalité annonçait en effet, à titre d'information, qu'elle entendait mettre sur le marché la parcelle attenante - dite "du pêcheur" car elle accueille la cabane du pêcheur professionnel veveysan - qui lui appartient.
Tant le Syndic Laurent Ballif que le Municipal Jérôme Christen ont expliqué que cette mention n'était qu'indicative et qu'elle n'engageait nullement le Conseil pour d'autres décisions ultérieures, mais les échanges n'en ont pas moins été vifs.
Au terme de ce débat bien structuré, le Conseil s'est rallié à une large majorité aux arguments de la Municipalité, qui entend, par cette vente, favoriser le maintien à Vevey d'une entreprise créatrice d'emplois et génératrice de recettes fiscales. Au vote, la proposition n'a suscité que 7 ou 8 oppositions et 5 ou 6 abstentions.


La parcelle qui accueille la "cabane du pêcheur" n'est absolument pas concernée par la décision prise par le Conseil communal.


M. Vincent Marinelli, porte-parole du Groupe libéral, a écouté les arguments développés par le Syndic et a finalement admis la vision des autorités.

Deux préavis soumis au Conseil concernaient le monde de l'électricité, actuellement en pleine mutation. Vevey est la dernière commune du district à proposer à son législatif l'instauration d'une taxe d'utilisation du sol sur la distribution électrique, les neuf autres ayant déjà accepté cette disposition prévue par le récent Décret électrique cantonal.
La proposition municipale comportait deux montants, soit 0,7 cts par Kw/h à considérer comme une simple redevance pour l'utilisation du domaine public, et 0,2 cts pour alimenter un fonds destiné à soutenir des actions visant à économiser l'énergie. Ce fonds pourrait financer aussi bien des opérations menées par la communes que des rénovations/transformations de propriétaires privés.
Dans un premier temps, M. Vincent Marinelli, porte-parole du parti libéral, a exprimé l'opposition totale de son groupe à la première taxe. Il s'est finalement laissé convaincre par le Syndic, qui a clairement confirmé que ces taxes n'entreraient en vigueur que si les redevances actuellement dues (près de 4 cts par Km/h payés par le consommateurs) étaient effectivement supprimées par l'entrée en vigueur du décret vaudois.
Pour le second montant de 0,2 cts, M. Marinelli exprima le désir de son groupe de voir ce fonds alimenté par l'impôt et non par une taxe sur la consommation d'énergie. Cette proposition de renvoi du projet a été très largement repoussée, tout comme un amendement de M. Serge Ansermet (Soc) visant à reformuler les buts du fonds.
Au vote final, le préavis sur la taxe d'utilisation du sol de 0,7 cts a été accepté à la quasi unanimité (1 voix contre et 1 abstention) et celui pour le Fonds pour l'énergie à une très large majorité.


M. Serge Ansermet (Soc) a surpris en voulant préciser les termes du règlement proposé pour le Fonds à l'encouragement pour les mesures visant à réaliser des économies d'énergie. Il n'a pas été suivi par le Conseil.


M. Pascal Nicollier (Vevey Libre) a été l'auteur d'une motion et il a reçu une réponse à son interpellation sur Mobilis.

Au chapitre des interventions des conseillers, la motion de M. Pascal Nicollier (Vevey Libre) a donné lieu à un débat technique sur la procédure à employer pour la traiter. Elle portait sur le constat que les efforts d'entretien et d'embellissement de la ville sont entravés par le comportement "déprédateur" de vandales et autres cochonneurs d'espaces verts. Alors que M. Nicollier, appuyé par d'autres conseillers de tous bords, désirait conserver à cette intervention sa forme contraignante de motion et la voir renvoyer immédiatement à la Municipalité, cette dernière aurait préféré la forme moins rigide du postulat et surtout qu'elle soit préalablement étudiée par une commission. Finalement, c'est cette variante qui a été adopée par une majorité du Conseil communal
Mme Joëlle Zaugg (Rad) a déposé une interpellation à propos du retard pris dans les finitions du nouveau rond-point à l'intersection Praz/Rio Gredon. Le Municipal Jérôme Christen l'a totalement rassurée en lui expliquant que cela provenait d'une divergence d'interprétation de la loi entre la ville et le canton, celui-ci ayant finalement donné son feu vert à l'aménagement en juillet dernier seulement.
En fin de séance, M. Bastien Schoebinger (UDC) a posé deux questions précises sur la nécessité d'un nouveau Délégué à la communication et les missions qu'il aura à remplir, auxquelles la Municipalité répondra par écrit.


Les travaux de marquage et l'installation d'une sculpture devraient être terminés fin septembre au rond-point de Praz.

 

Lors de cette séance, la Municipalité avait transmis au Conseil des communications sur divers points, dont plusieurs ont donné lieu à des compléments ou des discussions.
La réponse à l'interpellation de M. Pascal Nicollier sur la communauté tarifaire Mobilis a été acceptée car correspondant à l'état des choses, non sans que M. Nicollier exprime sa tristesse à voir l'est du canton mis à l'écart de cet aménagement des transports en commun.
M. José Justo (PDC) avait posé des questions par voie d'interpellation à propos des débordements constatés au sortir de fêtes et manifestations, en particulier à la Salle del Castillo. La Municipalité a fixé le cadre légal et réglementaire de son action possible, mais cela n'a pas paru satisfaire l'interpellateur.
La communication résumant certaines décisions municipales des dernières semaines a également été l'occasion de demandes de compléments d'information, en particulier le marché de Vevey-Est, la politique d'hébergement de la FAREAS, la future buvette du bar Le Ve, les actions de la CGN.
Enfin, plusieurs questions individuelles ont fait l'objet de communications verbales au Conseil, comme le franc OUI donné par la Municipalité à la demande d'acheter de nouveaux abonnements généraux des CFF pour les mettre à disposition de la population.


La Municipalité a parachevé sa croisade des OUI en répondant favorablement, d'une seule voix, à la demande d'acheter deux abonnements généraux CFF mis à disposition de la population.

Dans cette rubrique