Loading

Quatrième édition de PictoBello mercredi 12 septembre 2007

Les oeuvres réalisées par les artistes le 12 septembre sont éphémères. Elles ne demeureront visibles que jusqu'au 24 septembre. Ne manquez donc pas d'aller les admirer en situation et grandeur nature. La qualité du dessin mérite véritablement une étude attentive des détails. Après la clôture, ces dessins seront détruits et la seule trace qui en demeurera sera la publication que réalise chaque année le Service culturel de Vevey avec les oeuvres de l'édition précédente.


José Roosevelt a impressionné par son dessin hyper-fouillé en noir et blanc, assez loin de ses réalisations habituelles. Quant à François Maret, qui publie régulièrement dans la presse romande, son style très BD fait mouche avec ses grands à-plats de couleurs ou noirs.

C'est mercredi 12 septembre qu'une quinzaine d'artistes ornaient de leurs oeuvres la cinquantaine de panneaux de l'affichage culturel de la Ville. Cette quatrième édition de PictoBello demeure visible jusqu'au 24 septembre. La journée du 12 a vu les artistes créer directement dans la rue, et le public était le bienvenu pour assister à cet événement à partir de 10h. Le plan des panneaux dans la ville est disponible sur la page concernant Pictobello. Ce site présente également des photos de l'événement.


De droite à gauche: MM. Stefano Stoll et Pierre-Alain Hug, respectivement Délégué culturel et Chef de projet pour Pictobello pour la ville de Vevey, en compagnie des dessinateurs François Marel et José Roosevelt, qui ont réalisé deux des dessins de la Place de l'Hôtel-de-Ville (ci-dessus et à gauche).


La face ouest des panneaux de l'Hôtel de Ville était confiée à des artistes veveysans.

François Maret à l'oeuvre (photo de gauche).


Ci-dessus, les deux Veveysans Thom et Walder.

Photo de gauche: Thomas Koenig réalise une étrange tête de robot multicolore.


Dans les panneaux Est de l'Hôtel-de-Ville, le plus léché est celui de José Roosevelt, Brésilien qui habite depuis des années à Lausanne.

Les six panneaux du bas de la Place du Marché avaient été confiés à trois dessinateurs issus des publications des Ed. de la Cerise. Perrlot, Trouillard et Elbaz sont tous issus de l'école de BD d'Angoulême. Leur présence conforte d'une part la forte influence de la BD sur Pictobello, et d'autre part la reconnaissance de cette manifestation dans les cercles du dessin de qualité.

Humour et décalage sont les caractéristiques de ces oeuvres.

A la Place de la Gare, la réalisation des dessins le 12 septembre a suscité beaucoup d'attention. Le passage vers la gare et la poste assure un passage important, et les passants n'ont pas manqué de s'arrêter pour admirer le travail des artistes suisses en action à cet emplacement, dont le Veveysan Kalonji.

Le dessin qui a fait le plus jaser a naturellement été celui du Genevois Macchia, qui a détourné l'affiche très controversée de l'UDC avec les moutons. Mais, dans cette version, le slogan "Plus de sécurité" découle du fait que les moutons en question voient... leur cerveaux quitter leur crâne et rebondir hors du pays !

A la Place Robin, l'affichage semble un peu moins soigné, ce qui s'explique par la surcharge de travail des artistes. Certains avaient été sollicités pour réaliser deux dessins, et ils ont eu de la peine à finir leur pensum en une seule journée.

Cela explique que certains panneaux n'aient pas pu être entièrement décorés. Les dessins réalisés méritent toutefois une étude attentive, car ils contiennent une dose de critique sociale qui se traduit par l'humour (les fausses affiches de partis) ou le dépouillement du dessin en noir et blanc.




 

Dans cette rubrique