Loading

Crédits d'étude acceptés et taux d'imposition reconduit pour 2009 au Conseil

C'est à un programme presque uniquement financier qu'était convié le Conseil communal pour sa séance du 2 octobre 2008. Mais qui dit finances dit également projetet c'est surtout ce qui est ressorti des débats. En outre, le taux d'imposition a été maintenu à 77 pour 2009.

Au chapitre de la correspondance, le Président lut une lettre du Conseiller Gilbert Dutruy (Soc) lui reprochant d'avoir laissé lire une lettre à propos du parking souterrain  lors de la séance précédente alors que le débat sur cet objet n'était pas ouvert.. A quoi le Président répondit qu'il n'entendait pas être par trop restrictif envers les membres du Conseil.
Il procéda ensuite à l'assermentation de Mlle Sarah Gut, en remplacement de Mme Emmanuelle Zeller-Matter (Vevey Libre). Mlle Gut, âgée de 18 ans, est ainsi la benjamine de l'assemblée communale (ci-dessous)



Le vote sur le taux d'imposition s'est soldé, aussi bien pour la proposition d'amendement à 75 que pour la position finale sur l'ensemble du préavis, par une décision clairement tranchée en faveur de la proposition de la Municipalité.


Le nouvel immeuble de Subriez A est maintenant achevé et il faut réaménager toute la voirie, souterraine et de surface.

Trois préavis ont été déposés en début de séance.

- Mise en séparatif des égoûts dans le quartier de l'Ile-Heureuse, toute la zone au bas de l'av. Rolliez et du Petit-clos. Ces travaux font suite à l'achèvement de la construction du nouvel immeuble Subriez A. Ils s'accompagnent d'un réaménagement de surface convivial.

- Création d'un réseau d'accueil de la petite enfance, comme le prévoit la nouvelle loi cantonale traitant de ce domaine. Appelé joliment REVE (Réseau Enfance Vevey et Environs), ce réseau reprend exactement le périmètre des conventions que Vevey a déjà signées avec La Tour-de-Peilz, le Cercle de Corsier et l'entreprise Nestlé.

- Budget 2009 de la Communauté intercommunale d'équipement du Haut-Léman (CIEHL).


Le "pédibus" (ci-dessus) est l'une des prestations offrant un plus pour l'encadrement des bambins.
 


La demande de crédit englobe à la fois la Salle del Castillo, le Restaurant et le Jardin du Rivage (ci-dessus).
Le Municipal Jérôme Christen (ci-dessous) a présenté le projet dans le magazine diffusé avant le Conseil.

Deux rapports concernaient des demandes de crédits d'étude présentés par la Municipalité.

Le premier concernait le Musée Jenisch, qui doit subir l'an prochain une rénovation en profondeur devisée à plus de 5 millions. Pour préparer la mise en soumission, la Municipalité demande Fr. 470'000.- La commission soutient ce projet à l'unanimité.
Au Conseil, tout le monde s'exprime en faveur de ce crédit, certains regrettant pourtant que le changement de conservateur ait entraîné une réétude complète du projet initial. Au vote finale, la demande de crédit est acceptée à l'unanimité avec 2 abstentions.

Le second crédit est destiné à un concours d'architecture pour la zone Jardin et Restaurant du Rivage ainsi que Salle del Castillo. Là aussi, l'idée a séduit tous les conseillers, mais sans occulter les clivages qui étaient apparus lors de la vente du Château de l'Aile et du restaurant.
M. Alain Gonthier (Alt) a ainsi reproché à la Municipalité d'avoir fait voter sur la vente avant de faire le concours, mais a fini par avouer que cela ne pouvait qu'être un apport positif pour l'évolution de ce dossier.
Quelques membres de l'UDC et Libéraux ont, pour leur part, estimé qu'il vaudrait mieux faire ce concours plus tard, une fois que le sort de la Place du Marché sera connu.
Ces opiniions réticentes n'ont guère convaincu puisque le Conseil a finalement approuvé le crédit de Fr. 430'400.- avec juste 4 voix contraires.

Par ailleurs, le Conseil a encore accepté à l'unanimité les nouveaux statuts du Triage forestier de la Veveyse, dont Vevey fait partie en tant que propriétaire de forêt et dont elle pourra profiter pour son approvisionnement notamment en vois de chauffage (pelets et plaquettes).


Afin de préparer le projet de rénovation du Musée Jenisch à 5,2 millions, un crédit d'étude a été accordé.
M. Alain Gonthier (ci-dessous)  a globalement approuvé l'idée d'une étude globale pour la zone du Rivage.


Favorables à un amendement proposant deux points d'impôt en moins (env. 2 mio), M. Etienne Rivier (ci-dessus) et Marc-Henri Tenthorey (ci-dessous) ont été deux des orateurs à s'exprimer dans ce sens.

Comme on pouvait s'y attendre, le débat le plus chaud de la soirée a porté sur la fixation du taux d'imposition pour 2009. La Municipalité proposait de le maintenir au taux actuel de 77%, et la Commission des finances s'était ralliée très largement à cette proposition.
Cependant, comme en commission, une proposition de baisse de 2 points a été avancée par les Libéraux (M. Etienne Rivier), qu'ont soutenue les membres de l'UDC. L'argument de la nécessité de faire un geste en direction du contribuable alors que Vevey a le plus fort taux du district a été avancé, ainsi que la possibilité de restreindre le train de vie communal.
Ce point de vue a été combattu à la fois par la gauche, estimant que les prestations offertes à la population doivent pouvoir continuer à être financées et qu'elles répondent à l'attente des Veveysans, et par bon nombre de conseillers du centre droit.
Pour ces derniers, comme l'a exprimé très professionnellement M. Jean-Pierre Narbel (PDC), de trop nombreuses incertitudes planent sur l'évolution de la situation financière de la ville pour que le risque d'une baisse des recettes fiscales puisse être pris. Comme le Grand Conseil vient de baisser de manière substancielle l'imposition des actionnaires et des familles (ce qui se traduira par une perte d'environ 2% pour les communes !), une majorité de conntribuables verront leur facture baisser. En outre, Vevey aura encore en 2009 à subir les effets de l'erreur commise par l'administration cantonale des impôts concernant l'impôt sur le bénéfice des entreprises (- 7 millions !). Comme les contributions des nouveaux habitants ne sont comptabilisées qu'avec 18 mois de décalage, on ne peut pas attendre que l'impôt sur le revenu compense ces pertes.
Dans ces conditions, le Conseil a tout d'abord largement rejeté l'amendement visant à faire passer le taux d'impôt de 77 à 75%, avant d'accepter en vote final la proposition municipale à 77% avec le même score. 

Quant à la 2ème tranche de crédits complémentaires, s'élevant à Fr. 200'000.- pour diverses dépenses imprévues d'entretien ou d'animation (Fr. 50'000.- pour Vevey Plage de l'été dernier), elle a été acceptée avec une seule abstention.


M. Jean-Pierre Narbel (ci-dessus), en tant que membre de la Commission des Finances, a présenté des arguments rationnels en appui de la proposition municipale.
M. Vincent Matthys (ci-dessous) a combattu vivement la proposition de baisse des impôts.


Le Bois d'Amour (ci-dessus) et la rue de Lausanne (ci-dessous) demeurent accessibles même durant les marchés.

Au chapitre des communications, la Municipalité répondait à plusieurs interpellations.

- Circulation au Bois d'Amour et à la rue de Lausanne les jours de marché: le Municipal Lionel Girardin a redit la volonté municipale de garder le contact avec les commerçants mais a rappelé la nécessité de trouver une place pour tous les stands, en particulier lors des Marchés folkloriques. Il a cependant rassuré Mme Doris Jaggi-Héritier (Rad) en affirmant être prêt à rencontrer les comemrçants.

- Conditions de travail dans les commerces et les entreprises: en réponse à M. Charly Teuscher (Soc), M. Lionel Girardin (pour les commerces) et M. Jérôme Christen (pour les entreprises qui soumissionnent auprès de la ville) ont précisé la volonté de la Municipalité de faire confiance aux entreprises qui respectent les conventions collectives de travail lorsqu'elles existent, et de contribuer au dialogue social lorsque ce n'est pas le cas. En particulier, la Municipalité a l'intention de rencontrer les grands commerces afin d'étudier les conditons d'une éventuelle convention collective propre à satisfaire les demandes de tous les partenaires.

- Crise de parcage autour de la Veveyse: M. Lionel Girardin a complété la réponse orale donnée lors de la séance précédente du Conseil à M. Werner Riesen (UDC). La Municipalité ne désire pas ouvrir systématiquement le préau de la Veveyse pour faciliter le parcage le soir, considérant que cela doit demeurer une exception lors de manifestations spéciales. M. Riesen, conforté par une lettre envoyée au Conseil par la Gym Dames à ce propos, ne s'est pas considéré comme satisfait de la réponse, relevant pour sa part des incohérences dans la politique de parcage de la Municipalité.


Le Municipal Lionel Girardin (ci-dessus) a répondu à propos de la rue de Lausanne et a apporté un complément concernant le parcage dans la cour du collège de la Veveyse (ci-dessous).


Mme Fabienne Despot (à droite du Président) a posé plusieurs questions sur les partenariats public-privé.
M. Serge Ansermet (ci-dessous) est également venu sur le sujet de la patinoire.

Une seule interpellation a été déposée, par Mme Fabienne  Despot (UDC). Portant essentiellement sur la procédure appliquée pour l'action Vevey Plage de l'été dernier, elle émettait des critiques ou des interrogations sur la manière dont la Municipalité envisage les partenariats public-privé. la Municipale Madeleine Burnier lui a répondu de manière exhaustive sur le déroulement des contacts et les avantages éventuels fournis à l'entrepreneur qui a mené l'opération. Quant au sable, il va être réutilisé dès le début du mois d'octobre pour compléter les revêtements de certains jeux d'enfants ainsi que du terrain de volley-ball du Jardin Doret.
Le Syndic Laurent Ballif a également apporté des informations sur deux autres points évoqués par Mme Despot, les panneaux d'information (la part publicitaire ne dépasse pas 1/3 des surfaces) et la patinoire (le Conseil avait donné son feu vert et le montant figurera au budget pour l'année à venir).

A propos de la patinoire, M. Serge Ansermet (Soc) s'est inquiété de la voir mise à l'enquête, craignant qu'elle ne devienne définitive et constitue dorénavant un obstacle à un réaménagement. Mme Burnier l'a rassuré en expliquant que le canton exigeait une telle mise à l'enquête dès qu'une installation provisoire revenait plus d'une année.

En fin de séance, le Syndic s'acquitta encore de son devoir d'information sur les travaux de la Conférence des syndics du district (CSD), ainsi que le Conseil le lui avait imposé il y a quelques années. Les thèmes évoqués lors des six séances de la CSD du premier semestre ont suscité quelques questions sur les problèmes d'agglomération et de fusion.


La patinoire qui doit à nouveau être installée cet hiver a suscité plusieurs interrogations de Mme Despot et de M. Ansermet, auxquelles a répondu en particulier le Syndic Laurent Ballif (ci-dessous).
 

Parmi les communications écrites de la Municipalité, bon nombre n'ont pas suscité de réaction.
Elles concernaient notamment l'annonce du renouvellement de deux emprunts arrivés à échéance en 2008, l'un de 10 et l'autre de 5 millions. Le taux obtenu est inférieur à 3,5%, sur dix ans, ce qui permet de consolider à moindre coût la dette de la ville, qui s'élève actuellement à environ 111 millions.
L'annonce de la prochaine mise à l'enquête de travaux de rénovation lourde des Tours de Gilamont a été bien accueillie, sachant que le Conseil sera nanti d'ici quelques semaines d'un crédit de construction d'environ 14 millions pour cette opération très complexe.
Les dernières communications concernaient l'annonce de l'inauguration des nouveaux locaux de Copet le 4 octobre, celle de l'éclairage attractif de la Grenette (dont on fêtera par la même occasion le bicentenaire) le 25 octobre, ainsi que diverses communications brèves du service de presse municipal.

  
Dans cette rubrique