Loading

Economie et écologie au programme du Conseil

 

Comme on pouvait l'imaginer, ce sont les sujets de l'économie, voire des économies, et de l'écologie qui ont tenu la vedette du Conseil communal du 4 décembre 2008, entièrement consacré au budget 2009. Le résultat est ressorti quasi inchangé des débats, avec plus de 4,5 millions de déficit budgeté.

Commencée à 19h30, la séance s'est achevée sur le coup de 22h, après quelques débats bien marqués sur le plan idéologique mais sans volonté majoritaire du législatif communal de changer l'ordre des choses.
En bref préambule, le Conseil a tout d'abord procédé à l'assermentation de deux nouveaux conseillers en remplacement de MM. Marc Maurer (Verts) et Marco Monaco (Rad). Ce sont respectivement MM. Clément Tolusso et Sergio Parisi qui les remplaceront, le premier étant bien connu pour ses activités au sein de Greenpeace. 

Photo Culture

Pour se mettre en jambes, le Conseil communal a commencé par adopter quasiment sans aucune opposition et sans débat trois budgets partiels.
Budget de la Communauté intercommunalde l'équipements du Haut-Léman (CIEHL): à cette "crousille" intercommunale, toutes les communes cotisent annuellement à raison de 5 francs par habitant. L'an prochain, un montant de Fr. 150'000.- est prévu pour parachever l'étude sur une projet de transport au sein de l'agglomération Riviera.
Budget du Fonds culturel Riviera: grâce aux 48 francs par habitant qu'y versent les communes, ce fonds subventionne fortement une vingtaine d'institutions culturelles du district. Les principaux soutiens vont à l'Auditorium Stravinsky et au Théâtre de Vevey, mais la plupart des principaux lieux de Culture bénéficient d'un soutien. En 2009, il est prévu que le Rocking-Chair et Arts & Lettres toucheront pour la première fois un montant.
Budget de l'Organisme régional de Protection civile: l'association intercommunale gère ce domaine spécifique sous la surveillance d'une commission de gestion intercommunale. Son budget de Fr. 1'362'000.- est couvert par les contributions des communes et il est stable.  

Photo PC


Au nom de trois partis de droite (Lib-Rad-UDC), M. Vincent Marinelli (Lib, ci-dessus en copagnie de M. Werner Riesen, UDC) a exposé une analyse sévère de ce qu'il présente comme de la légèreté chez la Municipalité lorsqu'elle présente un budget aussi largement déficitaire. Sa proposition de ne pas entrer en matière n'est pas parvenue à rallier le reste du Conseil.

La Commission des finances, au terme de ses travaux, présentait un rapport modéré ne contenant que quelques propositions de coupes, pour un total d'environ Fr. 300'000.- sur 117 millions de dépenses et 112 millions de recettes. Le débat promettait donc d'être relativement calme, mais il s'est finalement révélé beaucoup plus incisif que prévu.
L'événement a été la déclaration liminaire lue par M. Vincent Marinelli, au nom des partis Libéral et Radical, et demandant au Conseil de na pas entrer en matière sur le projet de budget présenté par la Municipalité. Dans son argumentaire, M. Marinelli et d'autres conseillers soutenant sa position, dont les membres de l'UDC, ont reproché à l'Exécutif de n'avoir pas osé faire des choix et d'exposer la commune à la banqueroute. De leur côté, alors que le PDC, par la voix de M. Vladimir d'Angelo, renonçait à rallier le camp du refus, les membres du parti socialiste (MM. Vincent Matthys et Jean-François Martin), des Verts (M. Roland Rapin) et d'Alternatives (M. Alain Gonthier) affichaient leur opposition totale à cette proposition.
Au terme d'un débat d'idées bien contrasté, le Syndic Laurent Ballif exposa la position de la Municipalité, chargée de mettre en oeuvre des décisions pour une bonne part prises par le Conseil lui-même, et afficha un optimisme modéré quant aux résultats espérés pour 2009.
Au vote final sur la proposition de renvoi du budget à la Municipalité, le Conseil a clairement refusé et a désiré étudier le projet de l'Exécutif.


Sur plusieurs points de ses dicastères, Finances et Administration générale, le Syndic Laurent Ballif est intervenu, parfois longuement. Son panorama des impératifs budgétaires ainsi que de l'impact de certaines coupes sur l'image de la ville a emporté la décision. Le Conseil a décidé d'entrer en matière et d'étudier le projet de budget qui lui était soumis.


M. Marc-Henri Tenthorey (UDC) s'est révélé le plus combatif sur plusieurs postes du budget. Sa vision pessimiste et parfois catastrophiste n'a pas été partagée par la majorité du Conseil.

C'est dans le chapitre 1, Autorités, qu'ont été présentées les propositions les plus nombreuses. La première est une retouche de Fr. 7'000.-  en moins pour la retransmission du Conseil sur la nouvelle chaîne VD-RF-TV, dont le budget est légèrement allégé. Cette correction n'est pas contestée par la Municipalité.
Une deuxième coupe est acceptée de peu, qui enlève Fr. 10'000.- ä la Municipalité à la rubrique Subventions et dons divers, sans grande conséquence.
Les autres propositions de ce chapitre seront par contre repoussées. La première visait à ne pas octroyer à la Municipalité une part des jetons de présence que ses membres touchent dans des commissions et conseils. Comme les Municipaux sont à 50%, la règle de la moitié demeure valable et une large majorité du Conseil l'admet.
Sont également clairement refusées des propositions de coupes visant à reporter l'extension du wi-fi sur les quais de l'est de la ville (Fr. 25'000.-) et à supprimer le soutien de Fr. 5'000.- prévu pour les Journées du Visual Merchandising.

L'extension Wi-Fin est déjà effective sur la Place Ronjat et la Place de la Gare au moyen d'antennes relais (photo c-icontre).


M. Stéphane Molliat (Vevey Libre) s'est intéressé aux différentes sortes de courant vert disponibles chez divers fournisseurs. Il proposait de s'en tenir à un produit écologique basique, rejetant la proposition municipale d'un courant dont le prix inclurait le financement d'aménagements écologiques et une contribution à des fonds pour la protection de l'environnement. Il n'a pas été suivi par le Conseil.

Très curieusement, la question de l'indexation des salaires des employés communaux n'a pas été évoquée au Conseil. Le budget prévoit 2%, mais c'est le chiffre officiel de novembre qui fait foi et ce sera donc finalement 1,5% qui sera accordé.
Par contre, un débat homérique, tant sur la forme que sur le fond, a eu lieu à propos de l'achat d'électricité "verte". La Municipalité prévoyait un surcoût de Fr. 240'000.- pour n'utiliser que le l'énergie labellisée, tout en ayant reconnu par ailleurs qu'une autre offre existait pour le même courant chez un concurrent à Fr. 190'000.-. La commission des finances, s'estimant insuffisamment renseignée, proposait de mettre le compte à zéro et demandait à la Municipalité de revenir avec un préavis spécifique sur cet objet.
Se découvrant de nombreux spécialistes du domaine, le Conseil vit fleurir les propositions alternatives: Fr. 25'000.- pour n'acheter que du courant hydrolique certifié (Molliat, Vevey Libre); Fr. 120'000.-  pour seulement la moitié de la consommation (Bischoff, Verts); F.- 190'000.- pour s'en tenir à l'offre la plus favorable (Molliat, Vevey Libre); Fr. 240'000.- pour respecter la vision de la Municipalité (Ansermet, Soc).
Au final, ces différentes variantes ont été refusées les unes après les autres et c'est finalement le montant complet de Fr. 240'000.- qui a été octroyé, la Municipalité garantissant qu'elle trouvera la solution la moins chère. 


Le Municipal Jérôme Christen a exposé très ouvertement la position de la Municipalité, décidée à réduire "l'empreinte écologique" de la ville. L'usage de courant labellisé s'inscrit dans le respect du label Cité de l'énergie que Vevey s'est vu attribuer pour la 3e fois.
 


La Municipale Madeleine Burnier n'a dû intervenir que sur la proposition concernant le Concours Clara-Haskil, ni la Commission des Finances ni le Conseil n'étant apparus désireux de couper dans les différentes subventions octroyées par son service.


 

Le reste du budget n'a plus guère été discuté, hormis une proposition de M. Werner Riesen (UDC) demandant qu'on facture aux footballeurs le coût de l'éclairaige de Copet à raison de Fr. 10'000.-. Cette proposition n'a rencontré l'approbation que du seul groupe UDC.
Enfin, une dernière proposotion a été discutée qui provenait de la Commission des finances. Elle proposait de n'octroyer que Fr. 5'000.- au lieu de Fr. 10'000.- au Concours Clara-Haskil, nouveau poste du budget. La Municipale Madeleine Burnier, en charge de la Culture, a réussi é convaincre le Conseil de s'en tenir à la propsition de la Municipalité en évoquant la nécessité de marquer clairement l'appui de la commune à ce concours de piano de renommée internationale, au risque de voir le concert de gala déménager à Lausanne.
Au terme de ces débats, le vote du Conseil a été clairement favorable au budget très légèrement retouché. Il boucle pour le moment sur un déficité de Fr. 4'695'000.-, avec Fr 117'101'700.- aux charges et Fr. 112'406'100.- aux revenus. 


Président de la Commission des Finances, M. Patrick Bertschy a présenté un rapport modéré contenant quelques propositions de coupes et deux voeux. Tous deux, acceptés par la Municipalité, portent sur la manière de présenter le coût des bâtiment dans le calcul du fonctionnement des garderies.

 

Brochure Plan investissements.

 

En fin de Conseil, un point n'a suscité aucun débat alors qu'il présentait une mise à jour du Plan des investissements. La Municipalité y détaille les projets à concrétiser d'ici 2011, selon l'ordre des priorités adopté en ce milieu de législature. Du rang de la simple information, ce document de référence n'est pas soumis au vote du Conseil.
La Municipalité a également annoncé l'ouverture d'un compte d'attente pour l'étude des travaux annoncés au chemin du Verger, dans le bâtiment acheté par la ville en janvier dernier.

Immeuble Verger 10
 

 

 

  

Dans cette rubrique