Loading

Projet accepté pour le développement économique

Lors de sa séance du 26 février 2009, le Conseil communal a accepté les rénovations prévues dans le bâtiment acheté par la ville au chemin du Verger. Cela permettra d'accueillir des entreprises et des associations, et ouvrira également la porte au futur grand centre médias qui va s'implanter à Vevey.

Même si le programme ne paraissait pas copieux, la séance a malgré tout duré près de 3h. Cela provient d'interventions individuelles, qui ont rouvert en particulier le chantier de la circulation et du parcage.

En début de séance, le Président a assermenté deux nouveaux membres, Mme Sabrina Dalla  Palma Zahar et M. Yvan Schneider (Soc). Ils remplacent respectivement Mmes Birgitta Bischoff et Alexandra Melchior, deux personnalités qui ont marqué la vie politique veveysanne de ces dernières années. Mme Bischoff, qui a déménagé à Corseaux, avait été la cheville ouvrière de la naissance du Groupe Vert dans la commune. Quant Mme Melchior, qui vient d'être engagée dans l'administration communale, elle a présidé le Conseil l'an dernier.


Le bâtiment du chemin du Verger a été acheté en janvier 2008. La nécessité d'une rénovation est devenue plus pressante avec l'obligation de trouver de nouveaux locaux pour les entreprises qui devront quitter le rez-de-chaussée du SwissMedia Center d'ici le mois d'avril.

Les deux nouveaux Conseillers communaux qui ont prêté serment devant le Président Francis Baud: Mme Sabrina Dalla Palma Zahar et M. Yvan Schneider.


M. Roland Rapin a déposé le postulat au nom des quatre Groupes politiques

Après le résultat décevant du débat sur le parking de la Place du Marché, quatre Groupes politiques se sont concertés pour déposer un postulat sur la mobilité à Vevey. Les Socialiste, les Verts, Alternatives et Vevey Libre demandent que la Municipalité renseigne le Conseil sur ses intentions en matière de mobilitlé (trasports publics et privés) et de parcage, notamment en offrant des mesures compensatoires qui permettraient d'envisager un réaménagement de la Place du Marché adapté aux besoins de la Ville.
Cette proposition, bien que ne bousculant pas particulièrement les différentes positions exprimées lors du débat du 22 janvier, a vu s'affronter à 4 contre 4 les Groupes du Conseil. Le postulat a finalement été renvoyé à la Municipalité pour rapport malgré l'opposition des Radicaux, Libéraux, UDC et PDC.

Un second objet sur la même thématique a été déposé par le Groupe UDC, par la voix de M. Jean-Daniel Tenthorey. Il propose, sous forme de motion, la cosntruction d'un parking aérien de 3 à 5 étages sur le terrain vague situé entre l'av. de Blonay, les voies du train et le Petit-Clos. Sur plus de 4'000 m2, il y aurait place pour accueillir plusieurs centaines de voitures, essentiellement des pendulaires qui n'iraient ainsi pas encombrer les rues du centre.
Plusieurs intervenants (MM. Gonthier et Matthys) ont tenté de convaincre le motionnaire d'accepter la forme du postulat, qui aurait permis à la Municipalité d'englober cette suggestion dans un plan global de mobilité et de parcage. Vu le refus de M. Tenthorey, une majorité du Conseil n'a pas voulu transmettre l'objet à la Municipalité et l'a renvoyé à l'étude d'une commission. Laa décision sera prise ultérieurement sur la base du rapport de ladite commission.

M. Jean-Daniel Tenthorey (ci-contre) veut construire un parking en hauteur sur le site actuellement occupé par le chantier des immeubles Subriez A (cf. à droite).


M. Vincent Matthys a apporté le soutien du Groupe socialiste.


M. Patrick Maday avait créé le Parti Bleu en 1997 et avait remporté 6 sièges sur son seul nom. Il était la preuve qu'un candidat peut remporter le succès même sans s'appuyer sur un parti en place pour peu qu'il dispose d'une certaine notoriété.

Le Conseil avait à se prononcer sur la proposition élaborée par la Municipalité en réponse à une ancienne motion Patrick Maday (Parti Bleu), datant de 2001. Cet ancien Conseiller communal avait demandé que la commune joigne, lors des élections à la Municipalité, une information sur tous les candidats. Il avait en effet constaté que les candidats indépendants n'avaient pas les moyens de diffuser des tous-ménages.
Alors que la Municipalité avait calculé le coût de différentes solutions, dont une à Fr. 8'000.- à laquelle la commission d'étude s'était ralliée, une majorité du Conseil a finalement décidé de refuser toute solution allant dans ce sens et de classer définitivement la motion. L'avis majoritaire, tant de droite que de gauche, était que si une personnalité n'avait pas une notoriété suffisante, elle ne méritait pas que la collectivité finance sa campagne.

Un deuxième objet concernait les crédits supplémentaires (3e tranche 2008), pour un montant d'environ Fr. 150'000.-. La plupart des dépenses n'étaient pas contestées, notamment Fr. 10'000.- pour prendre des photos aériennes de la ville ou Fr. 48'000.- pour une nouvelle machine de voirie. Par contre, un don de Fr. 20'000.- à l'Institut de hautés études en administration publique (IDHEAP) a été combattu par l'UDC, MM. Werner Riesen et Marc-Henri Tenthorey. Le Syndic Laurent Ballif, qui avait annoncé à la commission des finances lors de l'étude de ce préavis qu'il avait été lui-même Secrétaire général de l'IDHEAP, a expliqué que Vevey avait tout lieu de se féliciter de sa collaboration avec cet institut universitaire. Le don est destiné à l'aider dans l'équipement de ses futurs nouveaux locaux près de l'Université de Lausanne. Vevey y fait former ses cadres supérieurs, et ses Chefs de service y interviennent dans certaines formations pratiques. En outre, c'est l'Idheap qui est régulièrement mandatés pour des études pour Vevey ou la région, et l'utilité d'une telle collaboration est avérée.
Au vote, la proposition de l'UDC ne récolte que quelques voix et l'ensemble des crédits supplémentaires est accepté à une très large majorité.


Actuellement, l'Idheap occupe l'ancien collège de Chavannes-près-Renens.


M. Werner Riesen (UDC) proposait de ne pas octroyer de soutien à l'Idheap.



Les travaux au Verger ont débuté lundi 2 mars, dès la décision du Conseil prise. La benne de chantier reçoit les faux-plafonds qui seront entièrement retirés.


Acheté en 1995 pour devenir le pôle des nouvelles technologies à Vevey, le SwissMedia Center accomplira pleinement sa destinée dès cet été 2009. Il accueillera les deux rédactions regroupées de 24 Heures, le centre du Régional ainsi que les studios de la nouvelle télévision Vaud-Fribourg TV.

 Le préavis le plus important était une demande de crédit de Fr. 1'780'000.- pour la rénovation du bâtiment acheté en janvier 2008 au chemin du Verger 10. Cet achat avait été opéré de manière très rapide grâce au Fonds d'urbanisme, une réserve de 7,5 millions accordée à la Municipalité en début de législature précisément afin qu'elle puisse saisir de telles occasions.
Lors de la séance du Conseil du 29 janvier, les Groupes Radical-Libéral avaient demandé le renvoi du projet. La même position a été adoptée par M. Patrick Kohli (Rad), qui a exprimé la position selon laquelle ce bâtiment allait se trouver dans un quartier soumis à d'importantes mutations, notamment l'éventuelle construction d'un éco-quartier, et qu'il était inopportun d'engager des frans dans sa rénovation alosr qu'il vaudrait peut-être mieux le démolir ultérieurement.
Cette position a été combattue par la Municipalité, MM. Jérôme Christen et Laurent Ballif. Comme cela figure dans le préavis, ces travaux sont importants car ils doivent permettre d'accueillir dès le mois d'avril les entreprises qui occupent actuellement le rez-de-chaussée de SwissMedia, à la rue du Clos. Ce déménagement permettra de faire du SwissMedia Center le coeur de l'activité médias de la région, avec le regroupement des deux rédactions régionales de 24 Heures, l'implantation du siège central du Régional et l'aménagement du studio régional de la nouvelle télévision Vaud-Fribourg.
A ces arguments économiques, qui représentent un nombre d'emplois non négligables, s'ajoute le fait que les deux derniers étages du bâtiment accueilleront des locaux loués par des sociétés sportives et de danse, ce qui répond à un besoin évident. De plus, la Municipalité a également pu mettre ces locaux à disposition des artisans des ex-Temps Modernes, répondant ainsi à la motion Jean-Marie Racine qui demandait qu'on facilite leur réimplantation dans de nouveaux locaux.
Le dernier point litigieux a été le mécanisme d'alimentation du Fonds d'urbanisme. En début de législature, le Conseil communal a accordé à la Municipalité une capacité d'intervention de 7,5 millions. L'achat du présent bâtiment pour 3,5 millions doit être avalisé, par son 'intégration dans le bilan comptable de la Ville. De ce fait, il est alors nécessaire de remonter à 7,5 millions la valeur du Fonds. Certains conseillers ont cru qu'il s'agissait de donner des possibilités supplémentaires d'intervention à la Municipalité, mais une large majorité a approuvé le mécanisme comptable proposé.
Enfin, un dernier amendement, proposé par M. Stéphane Molliat et reprenant un voeu de la commission des finance, a été accepté à l'unanimité. Il demande à la Municipalité à veiller à l'équilibre financier de ce bâtiment, dont la rentabilité devra demeurer positive malgré le soutien apporté aux sociétés sportives et culturelles qui y résideront.
Au vote final, le crédit a été accepté à une confortable majorité et les travaux devraient commencer dès le début du mois de mars pour pouvoir tenir le calendrier très serré fixé pour les différents transferts.


Les travaux concernent prioritairement le 1er étage, qui doit être prêt pour fin avril afin de recevoir les entreprises dont le bail au SwissMedia Center ont été résiliés.


Au nom du Groupe Radical et des autres partis de droite, M. Patrick Kohli a refusé cet investissement. Les opposants sont d'avis que ce bâtiment doit être englobé dans le futur plan de quartier et qu'il serait peut-être préférable de le démolir.


M. Charly Teuscher (Soc) a vu son postulat sur le MOB donner lieu à un rapport très complet de la Municipalité, qui sera étudié par une commission.
Il a également déposé une interpellation axée sur le commerce équitable et le rôle des communes dans ce domaine.

Au chapitre des dépôts, la Municipalité a transmis au Conseil le préavis habituel en début d'année à propos des motions et postulats en suspens. Lors de la prochaine séance, les conseillers communaux devront dire s'ils sont d'accord d'accorder à la Municipalité un délai supplémentaire pour les étudier.
Le second dépôt est un rapport-préavis en réponse au postulat de M. Charly Teuscher (Soc) à propos de la convention collective de travail du MOB.

En outre, la Municipalité répondait à l'interpellation de M. Jean-Yves Marchesi déposée lors de la dernière séance à propos d'un appel d'urgence à la centrale d'intervention de la police cantonale. Après vérification, il est apparu que la personne qui a appelé n'avait pas demandé de l'aide contre un cambrioleur, mais l'envoi d'une patrouille pour procéder à un constat de dégâts dans une cave. De ce fait, la réponse qui lui avait été faite correspondait à la procédure normale.
Enfin, les Conseillers communaux ont reçu la liste des communications officielles de la Municipalité à la presse depuis la dernière séance du Conseil.


M. Jean-Yves Marchesi (Rad) s'est déclaré partiellement satisfait de la réponse de la Municipalité à son interpellation sur la centrale d'intervention de la police cantonale.


M. Frédéric Vallotton (Alternatives) s'inquiète de la manière dont les zones 30 sont respectées.
 

Pour compléter le programme, trois interpellations ont été déposées, qui donneront lieu à une réponse écrite de la Municipalité.

M. Charly Teuscher a demandé à la Municipalité de se prononcer sur sa politique d'achat de biens et fournitures. Il se réfère à la volonté de nombreuses organisations de promouvoir le commerce équitable.

M. Etienne Rivier (Lib) aimerait que le concours d'architecte prévu pour la zone du Rivage englobe le bas de la Place du Marché. Le Municipal Jérôme Christen lui a répondu que cela risquerait de couper le bas du reste de la Place, ce qui n'était pas souhaitable. Mais la Municipalité mettra sa position par écrit. Le Conseil a d'ailleurs appris à propos de ce sujet qu'une pétition serait remise prochainement à la Municipalité à propos des pédalos.

Enfin, la dernière interpellation, déposée par M. Frédéric Vallotton, concernait les zones 30, dont il demandait si leur respect était contrôlé par la police.


M. Etienne Rivier (Lib) demande que le bas de la Place du Marché soit inclus dans l'étude prévue pour la zone Rivage.

  

Dans cette rubrique