Loading

Le programme s'annonce lourd pour ces prochains mois au Conseil

La séance du 7 mai 2009 du Conseil communal annonce des semaines chargées. Dépôt de 9 préavis, débat sur 7 rapports, la matière ne manquait pas. Avec une séance supplémentaire fin mai et deux en juin, le programme jusqu'à l'été est gargantuesque.

Alors que les rapports de commissions étaient généralement très consensuels, avec de très larges majorités favorables voire des unanimités, plusieurs points de l'ordre du jour ont été l'objet de vives discussions. Cela a surtout touché les projets immobiliers, ce que d'aucuns ont considéré comme un lancement de la campagne électorale.
En début de séance, le Président, M. Francis Baud, a rendu hommage à deux disparus très liés à la ville de Vevey: M. Pierre Schneider, ancien président du Conseil et directeur du SIEG (prédécesseur du SIGE) et M. Bernard Blatter, ancien conservateur du Musée Jenisch.

Le Président a fait afficher la photo-montage présentant le projets des tours blanche et noire.


Ci-dessus, M. Bernard Blatter (à droite) est en conversation avec celui qui lui a succédé à la tête du Musée Jenisch, M. Dominique Radrizzani.

Parmi les 9 préavis déposés, plusieurs sont en lien avec le bouclement de l'exercice:
- gestion et comptes 2008 de la CIEHL (Communauté intercommunale d'équipement du Haut-Léman);
- gestion et comptes 2008 du Fonds culturel Riviera;
- crédits supplémentaires au budget communal de l'exercice 2009;
- rapport de gestion de la Municipalité exercice 2008;
- comptes communaux de l'exercice 2008.

A cela s'ajoutent des demandes de crédits pour diverses opérations:
- travaux de l'église catholique Notre-Dame (2e et 3e étape);
- étude pour la mise en valeur de la zone ouest de l'av. Gén.-Guisan/Bergère;
- achat du bâtiment ex-EPA à la rue d'Italie;
- mise à niveau de l'infrastructure informatique de la ville.

Tous ces objets devraient donnier lieu à rapport et à des débats au Conseil communal avant les vacances d'été.


A la mémoire de MM. Schneider et Blatter, le Président a demandé à l'assistance de se lever et de respecter une minute de silence.


M. Charly Teuscher s'est déclaré satisfait de la Municipalité mais guère du fond de la réponse, à savoir la volonté du MOB de ne pas engager de jeunes CFC.

Au premier point, la Municipalité répondait au postulat du conseiller Charly Teuscher (Soc) à propos de la politique salariale du MOB. L'auteur du postulat s'est déclaré très satisfait des démarches entreprises par la Municipalité, tout en regrettant l'attitude du MOB.

Deux autres objets ont été acceptés sans débat et à l'unanimité.
1. Reprise des UAPE par la ville: l'Entraide familiale, qui gérait jusqu'alors cet accueil de jour des écoliers, n'arrive plus à assumer cette tâche qui va croissant. La commune reprend cette gestion, ce qui ne va pas trop alourdir les charges financières puisque la ville prend déjà à sa charge la couverture du déficit. Pour le budget 2010, cela représente une vingtaine d'employés de plus.
2. Aménagement du rez-de-chaussée du SwissMedia Center: le crédit de Fr. 170'000.- est nécessaire pour accueillir dans ces locaux la nouvelle télévision ainsi que les rédactions d'Edipresse et du Régional.


L'entrée actuelle de SwissMedia sera aménagée afin de constituer l'accès privilégié au Centre régional de presse et médias qui va s'installer au rez-de-chaussée dès l'été 2009.


Mme Fabienne Despot s'est inquiétée surtout des problèmes d'efficacité énergétique.


Un premier débat de fond a eu lieu à propos des tours de Gilamont, à rénover pour un peu moins de 20 millions. Les premières questions incisives ont porté sur le bilan énergétique, notamment l'utilisation du bois et l'implantation de panneaux photo-voltaïques (Mme Fabienne Despot UDC et M. Serge Ansermet Soc). Alors que le Municipal Jérôme Christen apportait des réponses convaincantes ou satisfaisantes sur ces différents points, il était interpellé par M. Patrick Kohli (Rad) à propos du coût de cette rénovation. Prévu initialement à 14 millions, le devis est monté au fil des études et, soumissions rentrées, on dépasse même quelque peu la cible fixée dans le plan des investissements mis à jour en novembre dernier.  A cela devrait encore s'ajouter le coût des aménagements extérieurs.

Face à ces critiques, M. Christen a rappelé l'origine de ce projet, qui attend depuis de nombreuses années et dont les coûts ont ainsi pris l'ascenseur, ainsi que la volonté de respecter les normes des marchés publics.

Après une dernière escarmouche à propos des couleurs envisagées (une tour noire, une tour blanche) entamée par MM. Etienne Rivier (Lib) et Marc-Henri Tenthorey (UDC), le Conseil s'est finalement prononcé en faveur du projet à une confortable majorité, les opposants se recrutant dans les groupes radical-libéral et UDC essentiellement.


M. Jean-François Fave (ci-dessus) a rassuré quant à l'usage du bois pour le chauffage, alors que M. Patrick Kohli (ci-dessous) reprochait à la Municipalité son laxisme dans la conduite financière du projet.

L'amendement PDC, défendu par M. Vladimir d'Angelo, demandait que le cahier des charges du concours prévoie la possibilité d'une démolition-reconstruction.

Un deuxième débat de fond s'est engagé à propos d'un crédit de Fr. 500'000.- pour l'étude des rénovations du Théâtre de l'Oriental. Alors que la commission s'était prononcée en faveur de cette demande avec une seule voix contraire, deux types d'oppositions sont apparues en séance: d'une part, le PDC, par la voix de M. Vladimir d'Angelo, a proposé un amendement laissant la possibilité d'envisager la démolition du bâtiment; d'autre part, M. Patrick Bertschy (Rad) s'est inquiété du coût de la future rénovation, passant de 3 à 5 millions en quelques années.
Après les explications des Municipaux Jérôme Christen (évolution des besoins et meilleure connaissance du bâtiment ont amené un élargissement du cahier des charges du concours) et Madeleine Burnier (la loterie romande pourrait subventionner une partie des équipements nécessaires à la compagnie qui gère l'Oriental), la procédure de vote a été favorable au projet municipal.
L'amendement PDC a été rejeté à une majorité relativement faible, mais la demande de crédit, au final, l'a emporté assez largement, avec 6 abstentions.


Le Municipal Jérôme Christen a été en butte à plusieurs critiques à l'encontre de son dicastère.
M. Stéphane Molliat (ci-dessous) a rappelé la demande de Vevey Libre qu'un parking soit étudié derrière la gare.

Le troisième débat de la soirée semblait moins dicté par une logique politicienne que par une différence d'appréciation des urgences. Alors que la Municipalité demandait un crédit d'environ un million pour financer trois études (plan de mobilité, aménagement Place de la Gare Sud, concours et aménagement Gare Nord), Mme Danièle Kaeser (Lib) présenta un amendement visant à exclure du crédit les montants destinés aux deux études d'aménagement autour de la gare.

Selon les groupes libéral et radical, l'urgence est d'étudier le plan de mobilité, les deux projets d'aménagements de la gare devant dépendre des résultats de cette étude. Pour la Municipalité au contraire, ainsi que l'a exprimé M. Jérôme Christen, les zones autour de la gare nécessitent d'urgence des études car des projets privés attendent un plan de quartier pour se développer.

Ce point de vue a été soutenu par plusieurs groupes. MM. Stéphane Molliat (Vevey Libre) et Alain Gonthier (Alternatives) ont mis l'accent sur les montants envisagés pour les projets derrière la gare et aux Bosquets (env. 50 millions). M. Molliat a insisté, en particulier, sur la nécessité d'étudier la faisabilité d'un parking derrière la gare s'il doit être une des pièces du plan de mobilité.

Au vote, l'amendement a été refusé par une assez nette majorité, alors que l'entier du projet était finalement accepté par l'ensemble de la gauche et Vevey Libre ainsi que des voix éparses de droite. Au terme de ce vote, M. Patrick Bertschy (Rad)(photo ci-contre) a fait la demande que le Conseil décide du référendum spontané sur cet objet, c'est-à-dire que le peuple soit consulté. Cette proposition a été repoussée assez nettement.


Mme Danièle Kaeser (ci-dessus) a pris la parole pour déposer l'amendement libéral consistant à refuser le crédit pour le concours d'idées à propos de la zone de la gare. 

Sur la lancée de ce débat, le Conseil a traité de la motion UDC demandant la création d'un parking à l'av. de Blonay. Son auteur, M. Jean-Daniel Tenthorey, a accepté de la transformer en postulat, qui a été transmis à l'unanimité à la Municipalité. Celle-ci y répondra dans le cadre des résultats sur le plan de mobilité.
D'autres objets ont été liquidés sans grandes discussions: réponse à l'interpellation de M. Charly Teuscher (Soc) sur les achats publics équitables (il apparaît que la Municipalité respecte déjà la plupart des demandes faites); étude d'un plan partiel d'affectation pour la zone du stand en vue d'y installer un chauffage à distance et des entreprises (maintien du lien entre la ville et la zone boisée); résumé des communiqués de la Municipalité à la presse (questions sur l'extension du Wi-Fi, le service Vevey Roule et la réaffectation des galets du bas de la Place du Marché au Chemin des Galets).

M. Jean-Daniel Tenthorey (ci-contre) a admis que sa motion soit transformée en postulat, lequel sera étudié dans le cadre du plan général de mobilité et de parcage de la ville.


M. Pierre Clément s'est profilé comme le principal critique des projets ambitieux sur le plan financier de la Municipalité.

Au terme d'une séance pourtant déjà longue, de nombreuses questions et propositions individuelles ont été adressées à la Municipalité.
M. Pierre Clément (Lib) a contesté l'utilité d'examiner en séance extraordinaire du Conseil, le 28 mai, le plan des énergies, dans la mesure où il n'y aura pas de vote puisqu'il s'agit d'un objet de compétence municipale. Le Président Francis Baud et le Municipal Jérôme Christen ont rappelé l'utilité d'une discussion sur ce point également pour les téléspectateurs.
M. Marc-Henri Tenthorey (UDC) a demandé des mesures de contrôle du trafic à l'av. d'Arcangier.
M. Henri Chambaz (Rad) s'est étonné que les places de jeux n'aient pas encore été toute réaménagées pour la saison d'été.
M. Michel Jörrimann (Soc) a demandé des précisions sur le déplacement du carrousel, et M. José Justo (PDC) a proposé le goudronnage de l'espace libéré par ledit carrousel.


Le Président Francis Baud a eu fort à faire pour maintenir la cohérence des débats.