Loading

La ville achètel'ex-EPA, selon le Conseil du 18 juin 2009

Même s'ils constituaient le gros de l'ordre du jour du Conseil du 18 juin, les différents rapports sur les comptes et la gestion n'ont guère suscité la controverse. Les points chauds ont été l'achat de l'ancien bâtiment de l'Uniprix et le projet d'aménagement de la zone Bergère-Guisan.

La chaleur et l'importance des décisions attendues ont dû jouer un rôle dans la nervosité ambiante en début de séance. Elle s'est traduite par des escarmouches lors de l'adoption de l'ordre du jour déjà, puis dans la manière d'en traiter les différents points.
Le Président a procédé à deux assermentations, cells de Mme Valérie Cressier en remplacement de Mme Loren Studer (Alternatives) et de M. José Pardo, pour M. Patrick Kohli, qui a déménagé à Montreux.
En outre, une demande de naturalisation en souffrance depuis huit ans à la Confédération et toujours soumis à l'ancienne loi a été confiée à l'étude de la Commission des naturalisations.


Le bâtiment qui abritait l'Uniprix puis l'EPA sera acheté par la ville pour 9,5 millions, et rénové pour 9,5 autres millions. Les locaux devraient être disponibles fin 2010.


M. Pierre Butty, Président de la Commission de Gestion.
M. Jean-Pierre Narbel a posé une question dérangeante à propos de la Protection civile, débouchant sur un refus du rapport.

Bénéficiaires de près d'un million après constitution d'une provision de 9 millions pour la couverture des risques Transports, les comptes de la ville n'ont guère suscité de réaction. Leur étude a été appréciée de manière différente par la gauche et la droite, tout le monde s'accordant cependant à dire que l'opération de vente des actions SEVM avait apporté un coup de pouce bienvenu. Le résultat a assuré une marge d'auto-financement de plus de 18 millions, permettant de couvrir l'entier des investissements, et s'est traduit par une diminution de la dette de 12 millions, à 95 millions.

Le passage en revue de la gestion a permis à la Municipalité d'apporter quelques éclaircissements supplémentaires, sur la gestion des bâtiments et l'aide individuelle au logement notamment. Les réponses de l'Exécutif aux 4 voeux de la Commission de gestion n'ont pas donné lieu à opposition.

Au vote final, les comptes et la gestion 2008 ont été accepté avec 3 abstentions, tout comme les comptes de la CIEHL et ceux du Fonds culturel Riviera. Par contre, ceux de l'organisme de protection civile ont paru peu clairs, voire présentés de manière erronée. Dans le doute, et avec des réactions parfois virulentes, le Conseil a décidé de ne pas les accepter. Ils devront être représentés lors d'une prochaine séance avec une apparence comptable plus lisible.


M. Alain Gonthier a posé de nombreuses questions comme às son habitude.
Représentant veveysan au sein de l'organisme de Protection civile, M. Jean-Claude Meyer devra en demander une nouvelle présentation des comptes 2008.


Le magasin de l'EPA a fermé ses portes en 2004. Les dernières semaines étaient marquées comme des "bonnes affaires", et c'est ce qu'a fait la ville aujourd'hui.
Les locaux ont été entièrement vidés et les escalators ont disparu pour laisser place aux murs bruts.

Plusieurs appartements sont en parfait état et prêts à être reloués (photo ci-dessous).

Le sujet chaud était le préavis municipal en vue de l'achat du bâtiment de l'ex-EPA, à la rue d'Italie, pour un prix de 9,5 millions, à quoi viendra s'ajouter par la suite un crédit de 9,46 millions pour les transformations à apporter à l'immeuble.

Par la voix du Syndic Laurent Ballif, la Municipalité a répondu à nombre d'objections en précisant qu'elle n'avait eu l'intention, dans un premier temps, que de louer les espaces nécessaires aux Services sociaux, actuellement très à l'étroit à Simplon 18. Vu l'absence de partenaires pour une location et après l'échec de deux autres acheteurs potentiels, la Municipalité s'est résolue à envisager l'achat, également pour tenter de redonner vie au quartier.

Le bâtiment actuellement quasi-vide comporte deux niveaux de sous-sol et quatre étages sur rez. La commune a besoin d'environ deux étages pour ses bureaux et envisage la rénovation simple des 14 appartements, la création de trois demi-niveaux de bureau et l'installations de commerces au rez-de-chaussée et au premier sous-sol. Par contre, le projet de parking souterrain utilisant les sous-sol est abandonné car trop onéreux.

Les représentants radical (M. Patrick Bertschy) et libéral (M. Jean-Jacques Burgi) ont tenté de reporter le débat en arguant que la commission avait reçu trop tardivement certains documents. Au vote à bulletin secret, cette proposition a été rejetée par 41 voix contre 38 et 1 abstention.

Fer de lance des opposants, M. Pierre Clément (Lib) a estimé que, si l'achat se justifiait, l'affectation du bâtiment aux Services sociaux était un luxe excessif. D'autres objections ont porté sur la charge d'intérêt, l'absence de places de parc, le risque de ne pas pouvoir louer à des commerces. Le Syndic a répondu aux objections.

En vote final et après un débat de plus d'une heure et demie, le Conseil s'est prononcé d'une manière très claire en faveur du projet municipal. Les seuls partisans du non ont été les partis radical et libéral ainsi qu'une partie des Verts. Une proposition de référendum spontané a été rejeté à une majorité encore plus large, si bien que les référendaires éventuels devront récolter les signatures eux-mêmes.


Le premier sous-sol (ci-dessus), bénéficiant d'un large accès vers le rez, devrait constituer la partie inférieure de la future galerie commerciale.
M. Pierre Clément a critiqué la future affectation de ces locaux.

Mme Grace Jost a demandé sans succès le référendum spontané.


Sur le plan du projet, le losange rouge désigne la partie concernée par le concours. Elle englobe le haut de l'av. de Savoie, qui devrait être totalement réservée aux piétons et devenir un espace public.

Un second projet municipal concernait également le développement urbanistique de la ville. Il s'agissait d'une demande de crédit pour la mise en valeur de la parcelle triangulaire située au carrefour de Bergère, entre les rues Nestlé et Guisan. Les petits bâtiments occupant l'endroit sont appelés à disparaître au profit d'un bâtiment imposant marquant l'entrée de la ville. La commune a trouvé un acheteur intéressant et désire organiser un concours d'architecte pour s'assurer de la qualité du projet à réaliser. En fonction des résultats du concours, un PPA sera soumis au Conseil.

Quelques objections ont été présentées à ce projet, demandant en particulier la rénovation des bâtiments existants plutôt que leur démolition. Le cahier des charges du concours, dans lequel la Municipalité veut faire figurer l'obligation de prévoir une garderie et un espace de rencontre public sur l'av. de Savoie, a également suscité quelques commentaires.

Le Conseil a cependant adopté ce projet à la quasi-unanimité, seules deux personnes s'y opposant avec une abstention.


Seul opposant, M. Clément Tolusso (Verts) aurait voulu voir rénover ces bâtiments. 


Tel est le schéma de la future informatique communale.

Le Syndic Laurent Ballif (photo ci-dessous) a tenu sa rubrique - très suivie - sur les activités de la Conférence des Syndics.

Deux projets informatiques de la ville ont été ensuite adoptés sans discussion. Il s'agissait de deux montants modestes, de Fr. 260'000.- pour la mise à niveau de l'informatique communale et de Fr. 270'000.- pour l'introduction d'une Gestion électronique des documents (GED). Au vote, les deux objets ont récolté l'unanimité.
Une interpellation de M. Patrick Bertschy (Rad) portant sur le concours touchant à l'aménagement de la zone Rivage a permis au Municipal Jérôme Christen de signaler que l'opération a pris un retard de près d'une année mais que les contacts avec le promoteur sont suivis.
Au chapitre des communications, le rapport de la CORAT (Aménagement du territoire), les promotions scolaires et le résumé des communiqués municipaux à la presse n'ont pas suscité le débat.
En fin de séance, le Syndic a fait, ainsi que le Conseil le demande deux ou trois fois par année, un survol des thèmes traités par la Conférence des syndics ces six derniers mois.


M. Patrick Bertschy (ci-dessus) a demandé où en était le projet de concours pour la zone Rivage, à quoi le Municipal Jérôme Christen (ci-dessous) a répondu dans le détail.