Loading

Pas de nouveaux panneaux, et un taux d'impôt stable

Lors de sa séance du 8 octobre 2009, le Conseil communal a finalement tranché contre l'extension des panneaux d'information aux entrées de ville. Il a également décidé de reconduire pour 2010 le même taux d'imposition, soit 77% du taux cantonal, mais un référendum est annoncé.

Pour voir la vidéo de ce Conseil: http://www.vevey.ch/N7018/conseil-communal-du-08-10-09.html

Deux débats ont émaillé une soirée qui est malgré tout restée relativement calme. Et pourtant, il s'agissait de deux sujets très disputés, l'un plutôt technique (les nouveaux écrans), l'autre purement politique (taux d'imposition).

En début de séance, le Président Etienne Riviera a assermenté Mme Yvette Bonjour, (UDC), en remplacement de M. Marc-Henri Tenthorey, qui a déménagé de Vevey. Le Conseil perd avec lui un "débatter" spectaculaire et qui n'avait pas sa langue dans sa poche...! 


Le Président Etienne Rivier présente la petite boîte contenant les cartes veveysannes du jeu Helvetiq.


Mme Yvette Bonjour a été assermentée en début de séance.

En réponse à un postulat Henri Chambaz (Rad), la Municipalité a annoncé ses intentions de réaménagement de l'av. de Pra. Ce rapport sera étudié par une commission.

Quant à elle, la réponse donnée à M. Roland Rapin (Verts) demandant que Vevey adhère à la Charte de l'eau n'a soulevé aucune discussion et a été acceptée avec juste 2 non et 3 abstentions.

Le projet de transformation des combles du No 24 rue du Simplon, locaux qui seront loués à l'Etat de Vaud et qui seront de bon rendement, a été accepté à la quasi-unanimité, la seule voix discordante concernant la rédaction du rapport de la commission.


Les travaux ont débuté à la Préfecture dès la décision connue.


Un des emplacements prévus pour les nouveaux panneaux: à la sortie du rond-point du pont de Gilamont.

Le premier débat s'est ouvert à propos de la proposition municipale d'ajouter deux nouveaux écrans électroniques à ceux existant déjà aux entrées est et oueest de la ville. Il s'agissait de communiquer avec les automobilistes arrivant du nord, par un panneau installé au rond-point du Samaritain et un autre après le rond-point du pont de Gilamont.
La Commission des Finances et la Commission ad hoc avaient donné leur aval à cet achat, pour un montant de Fr. 240'000.-. Mais des réticences étaient apparues, touchant à l'efficacité considérée comme douteuse de ce matériel, ainsi qu'au risque potentiel de distraire les automobilistes.
Le Syndic Laurent Ballif s'est efforcé de remonter le courant, rappelant que ces panneaux sont la seule manière de communiquer sur les manifestations sportives et culturelles après la disparition des médias locaux. Cette position a été corroborée par des représentants de sociétés locales, M. Patrick Bertschy (Rad) signalant que les annonceurs payants font également confiance à ce système.
Au vote, le projet a néanmoins été refusé de peu, par 34 non contre 31 oui et 6 abstention. L'équipement veveysan se limitera donc aux deux écrans existants.


M. Patrick Bertschy s'est rangé du côté des défenseurs du projet en rappelant que, si les sociétés locales bénéficient gratuitement de ce moyen de communication, il est également très apprécié par les annonceurs payants. 
 


Avant la diffusion du Conseil, les téléspectateurs ont pu voir un magazine sur l'Arrêté d'imposition.

Le second débat, d'importance, avait une forte coloration politique. Il s'agissait de fixer pour 2010 le taux d'imposition. La Municipalité proposait de le laisser à 77 points, comme depuis le début de la législature.
D'emblée, M. Pierre Clément (Lib) fit une déclaration au nom des partis de droite annonçant un amendement pour baisser ce taux de 2 points. Selon les calculs de l'administration fiscale cantonale, cela revenait à priver la ville d'un montant de 2,5 millions environ. S'appuyant sur les excellents résultats du ménage communal ces dernières années et sur les prévisions pas si catastrophiques pour 2010, il considère que le budget peut absorber cette diminution sans avoir à couper dans les prestations.
Les représentatns de la gauche contestent cette vision, rappelant les soucis actuels en matière d'emploi, de logement. Le Syndic met en évidence que la Municipalité s'est engagée sur un programme de législature et un plan des investissements claires, qui supposent la stabilité des recettes. De plus, les gros investissements ont débuté véritablement en 2009 et se poursuivront en 2010 et 2011 (tours de Gilamont, Jenisch, Oriental, ex-EPA).
Le vote sur l'amendement a lieu au bulletin secret et c'est le statut quo qui l'emporte nettement, par 43 voix contre 30, proportion qui est similaire pour le vote final sur cet objet. M. Clément fait alors l'annonce, au nom des partis libéral et radical, qu'un référendum sera lancé.


Porte-parole habituel des partis de droite sur les questions financières, M. Pierre Clément (Lib) a fait une analyse positive de la santé financière de la ville. Il en conclut qu'elle pourrait supporter la perte de 2,5 millions correspondant à une baisse de 2 points d'impôt.


Pour la sensibilité de gauche, M. Alexandre Vallotton a exprimé ses doutes quant à l'opportunité, pour la Municipalité, d'engager des fonds publics pour défendre une des parties à une votation populaire.

Le dernier préavis concernait des crédits supplémentaires, pour un montant de Fr. 165'900.-. Des dix objets évoqués, le seul qui a donné lieu à discussion a été le don de Fr. 10'000.- au Comité contre l'initiative D'Artagnan.
A une question de MM. Alexandre Vallotton (Alternatives) et Jean-Daniel Tenthorey (UDC) à propos du soutien de la ville au projet de police coordonnée, le Syndic a répondu au nom de la Municipalité, qui avait pris cette décision à l'unanimité. Il a rappelé que le projet négocié entre le Conseil d'Etat et les communes était en fait un projet de la région, l'extension à tout le canton du modèle Police Riviera. Les communes de la région étaient donc très intéressées à ce que le résultat mis en place il y a 2 ans ne soint pas à nouveau remis en cause. De plus, la solution de la police coordonnée a déjà permis des économies notables pour Vevey, et elle lui évitera à coup sûr des dépenses importantes à l'avenir (caisse de pension).
Dans ces conditions, le montant de Fr. 10'000.- n'est pas excessif. Il est vrai pourtant que ce sont les conditions très particulières de cette votation qui ont amené la Municipalité à cette décision, et que cela demeurera une exception.
Les autres crédits complémentaires n'ont pas été discutés et l'objet a été accepté à une large majorité.


Au nom de l'UDC, M. Jean-Daniel Tenthorey a également critiqué cette décision. A quoi Alain Gonthier (Alt), rappelant que M. J.-D. Tenthorey s'était battu précédemment pour la police de proximité, a répliqué par un détournement de citation: "Souvent UDC varie; bien fol est qui s'y fie".


M. Serge Ansermet s'est montré, comme à l'accoutumée, très sourcilleux sur les problèmes d'environnement.
 

Diverses communications traitaient de sujets divers: crédit d'étude pour une couverture de la Place Scanavin, crédit d'étude pour le séparatif aux Moulins, intégration de la garderie des Sapins dans la future garderie des Moulins de la Veveyse, décompte final de la protection civile, résultat final de la péréquation cantonale (boni pour Vevey de 4,2 millions) et consolidation d'un emprunt de 10 millions.
En réponse à une interpellation de M. Serge Ansermet (Soc), la Municipalité a expliqué que la taille des platanes sur le quai Perdonnet, devant les Trois-Couronnes, était fait au frais du demandeur. En outre, toutes les précautions sont prises pour éviter la contamination par le chancre coloré.  M. Ansermet s'est montré peu convaincu mais n'a pas voulu polémiquer. Le Municipal Marcel Martin lui a assuré qu'en tout cas si les platanes attrapaient la grippe on avait assez de médicaments pour les soigner !


Les platanes devant l'Hôtel des Trois-Couronnes ont été élagués pour éliminer les surjeons verticaux qui gênent la vue, mais le toit végétal pour les badauds est maintenu.


A l'interpellation de M. Grégory Ambresin (devant), le Municipal Marcel Martin (à l'arrière) a répondu de manière détaillée et exhaustive.

Deux interpellations ont été déposées. La première, de M. Grégory Ambresin (Soc), demandait si la Municipalité avait pris des mesures pour éviter la multiplication des mégots devant les portes des établissements publics et des administration. Le Municipal Martin répondit que la Ville avait pris des mesures concernant les bâtiments communaux et que, de plus, des cendriers portatifs aux couleurs de la ville étaient désormais disponibles.
Une interpellation touffue a été également déposée par M. Alain Gonthier (Alternatives) à propos des caisses de pension des autres compagnies de transport où les communes de la région sont représentés. Il lui sera répondu par écrit lors d'une prochaine séance.
Sur un sujet similaire, M. Charly Teuscher (Soc) a demandé si la hausse des primes maladie aurait un impact sur les finances communales. Le Municipal Lionel Girardin lui a confirmé que ce serait le cas de manière atténuée, par le biais de la facture sociale qu'assument les communes pour 1/3 du coût.


Revenant sur le sujet des VMCV et de la caisse de pension des sociétés de transport, M. Alain Gonthier pose des questions précises à la Municipalité.


M. Martin a présenté la petite boîte aux armes de Vevey destinée à recevoir les mégots: "Prenez l'habitude de les ramasser, car il est possible qu'on vous demande un jour de ramener les 20 mégots pour pouvoir acheter un nouveau paquet", a-t-il évoqué avec humour.

Dans une question orale, Mme Grace Jost (Lib) s'est inquiétée de la présence de cafards sur les escaliers de la Grenette. Le Municipal Martin a pris note et fera procéder à une décontamination.
En fin de séance, la Municipalité a eu l'occasion de présenter dans deux domaines sa position officielle. Tout d'abord, elle a expliqué avoir rappelé aux délégués veveysans à Police Riviera que les autorités de la ville (Municipalité et majorité des Groupes du Conseil) avaient pris une position négative face au projet d'interdire la mendicité. Cette intention sera débattue par le Conseil de Sécurité Riviera lors de l'adoption du Règlement intercommunal de police.
Ensuite, le Syndic a annoncé que, dans le cadre de ses compétences, la Municipalité avait décidé le matin même d'interdire la pose des affiches anti-minarets à Vevey.
En fin de séance, les conseillers communaux se sont vu distribuer d'une part un cendrier portatif de la ville et d'autre part un jeu de cartes comportant des questions-réponses sur la ville, à utiliser en principe avec le jeu Helvetiq.


La commune avait déjà acheté 400 exemplaires du jeu Helvetiq en 2008. Elle a reçu maintenant 1'000 paquets de cartes spéciales "VEVEY" pour y jouer. Ces jeux sont en vente dans les librairies de la ville et au Bureau d'information de l'Hôtel-de-Ville.