Loading

Un Conseil tendu et des décisions à l'arraché

Pour sa deuxième séance de l'année, le Conseil communal du 11 mars 2010 a connu une ambiance tendue. Effets de la récente votation sur le taux d'imposition et prémisses de l'année électorale se sont conjugués pour alimenter des débats vifs, qui ont laissé apparaître des fronts tranchés.

Pour voir la vidéo de ce Conseil: http://www.vevey.ch/N7023/conseil-communal-du-11-03-10.html

En ouverture de séance, le Président Etienne Rivier procède à l'assermentation d'un nouveau conseiller, M. Vittorio Marinelli (Rad), en remplacement de M. Gérald Reato, décédé.
Le début de la séance est en outre occupée par des nominations dans diverses commissions ainsi que par la désignation des membres de la commission chargée de rapporter sur la motion Bertschy à propos des caméras de surveillance, déposée lors de la dernière séance.


Selon le postulat Clément, l'organisation du parcage sur la Place du Marché devrait réserver une rangée complète à l'est, le long de la Vieille Ville, pour les véhicules électriques, avec des places munies de chargeurs gratuits.


Les auteurs de deux interventions du début de séance: en haut, M. Pierre Clément, en bas, Mme Danielle Kaeser.

Au titre des motions, postulats et interpellations, une première série de propositions vient du parti libéral-radical (PLR).
La première est un postulat de M. Pierre Clément demandant la création de places de parc gratuites sur la Place du Marché pour les voitures électriques, lesdites places devant être munies de prises pour la recharge également gratuite de ces véhicules. Le postulat contient également des propositions de réaménagement de l'espace permettant de monter à 509 places de parc.
Le parcage et la circulation étant un sujet chaud à Vevey, tous les urbanistes du Conseil n'ont pas manqué de s'exprimer. Les avis, généralement plutôt favorables à la voiture électrique (avec des réserves), ont par contre divergé sur les questions de la gratuité et de l'augmentation du nombre de places de parc.
L'objet a été renvoyé à l'étude d'une commission, qui aura la possibilité de prendre connaissance des projets en cours auprès de la Municipalité pour décider si le postulat doit être pris en considération.
Deux interpellations ont également été déposées, par M. Serge Doriot (horaire des commissions ad hoc) et Mme Danielle Kaeser (implication de Vevey dans les Rencontres de la Francophonie à Montreux). Le Syndic Laurent Ballif y a apporté des réponses à la satisfaction de leurs auteurs.


M. Vittorio Marinelli a prêté serment.
M. Serge Ansermet (Soc), a émis des réserves à propos de la voiture électrique (ci-dessous).

 


Les anciennes colonies des Monts-de-Corsier, finalement démolies en 2004, ne hanteront plus le programme du Conseil, la motion Oguey de 1983 ayant été classée.
 

Après le dépôt d'un préavis demandant un crédit de près d'un million pour la réfection de la maison des Allours, qui exploite le vignoble de Vevey à Chardonne, plusieurs rapports étaient à l'ordre du jour et ont donné lieu à des débats animés.
Le premier objet est un événement annuel, à savoir la demande de délai pour les motions et postulats en suspens. La Municipalité proposait d'en classer deux, considérant qu'elle n'avaient plus d'objet, portant l'une sur le développement de SwissMedia (Mot. Rickenbacher 2000) et l'autre sur les places de parc pour les commerçants de la Vieille Ville (D'Angelo 2002). La commission en ajoutait même une, la plus ancienne, concernant les Colonies des Monts-de-Corsier, démolies depuis quelques années (Oguey 1983). Le Conseil se rallia à ces trois proposition, non sans que M. Vladimir d'Angelo (PDC) et son groupe se soient opposés en vain au classement de la motion sur le parcage en Vieille Ville.


M. Vladimir d'Angelo, auteur de la motion classée, a tenté de s'y opposer en arguant qu'il n'y a pas été formellement répondu.


Alors que les travaux avancent à la rue d'Italie, ils occupent aussi le bas de la rue de l'Hôtel-de-Ville.
Président du SIGE, le Municipal Marcel Martin (ci-dessous) a répondu aux questions concernant les tuyaux.

Un deuxième objet a donné lieu à quelques envolées inhabituelles pour un thème qui d'habitude ne passionne pas le Conseil. Il s'agissait du projet de réfection du réseau d'égouts dans la zone rues du Simplon, Italie et Hôtel-de-Ville. Ces travaux, qui doivent durer 18 mois, entraîneront des restrictions de circulation assez importantes.
Alors que le rapport de M. Serge Doriot (PLR) était très technique, le débat a mis à nouveau en lumière la question sensible de la circulation en ville. MM. Bastien Schobinger (UDC) et Patrick Bertschy (PLR) ont en particulier mis l'accent sur la fermeture programmée de la rue de l'Hôtel-de-Ville, ce qui de facto fermera quasiment l'accès à la Place du Marché par le quai.
Une autre intervention, relayée depuis la commission de l'énergie, demandait qu'on valorise la chaleur des eaux usées. Au nom du SIGE, M. Marcel Martin, Municipal délégué à la présidence de cet organisme, a expliqué que cette chaleur allait être valorisée, mais à la sortie des stations d'épuration.
Le Municipal Jérôme Christen a apporté des précisions sur le type de travaux, notamment de la partie ouverte en urgence à la rue d'Italie sur la base de crédits budgétaires. Quant à la rue de l'hôtel -de-Ville, elle sera utilisable durant la belle saison et fermée dès l'automne.
Ce crédit très important de 3,86 millions, financé entièrement par la taxe d'épuration payée par les habitants, a été accepté très largement avec une seule opposition. De plus, le Conseil a utilisé une démarche très inhabituelle et a voté l'urgence, ce qui en principe interdit tout référendum contre cette décision.


M. Bastien Schobinger (ci-dessus)se profile comme le spécialiste des questions de circulation à l'UDC.
Le Municipal Jérôme Christen (ci-dessous) s'est expliqué sur le déroulement des travaux.


Le Municipal Lionel Girardin (ci-dessous), en charge des Affaires sociales et familiales, pilote le projet de l'ex-EPA (ci-dessus) car son service est appelé à déménager dans le bâtiment au terme des travaux. L'occupation défintive des locaux sera connue lors de la demande du crédit de construction, en automne.

L'objet suivant est en quelque sorte emblématique de l'opposition droite-gauche du Conseil de Vevey. Il s'agit de l'immeuble de l'ex-EPA, acheté par la commune en juin 2009, et pour lequel la Municipalité demandait un crédit d'étude de 600'000 francs. Ce montant est nécessaire pour réaliser les plans définitifs et venir en automne demander le crédit d'ouvrage pour les travaux.
Le préavis détaille l'usage prévu du bâtiment, avec un magasin grande surface aux rez et rez inférieur, les bureaux du Centre social intercommunal et des services sociaux aux étages 1 et 2, et les Centres médico-sociaux de Vevey Est, Vevey Ouest et La Tour-de-Peilz ainsi que le Centre de Préfention Riviera dans les étages 3 et 4 et les combles. Ces trois étages seraient achetés par l'association des soins à domicile de l'Est vaudois Asante Sana.
Opposant d'emblée à cet achat, MM. Pierre Clément et Patrick Bertschy (PLR) ont poursuivi leur combat en s'opposant à ce crédit d'étude. Leurs arguments ont porté plutôt sur l'usage prévu du bâtiment, M. Clément contestant en particulier l'affectation de deux étages aux Centre social, croyant à tort qu'il s'agissait de services dépendant du canton.
Un amendement a été présenté par M. Philippe Jost (PLR) demandant qu'on étudie toutes les variantes possibles pour le chauffage, ce qui fut accepté tant par la Municipalité que par le Conseil à l'unanimité.
Un autre amendement, de M. Stéphane Molliat (Vevey Libre) et demandant qu'on fixe un critère de proximité pour l'octroi des mandats en rapport avec ces travaux, a finalement été retiré par son auteur après que le Municipal Jérôme Christen eut précisé que cela était interdit par les règles des marchés publics.
En vote final, le projet, qui était soutenu à l'unanimité par la commission, a été accepté à une très large majorité avec 12 voix contraires et sans abstentions.


M. Patrick Bertschy (ci-dessus) s'était déjà opposé à l'achat du bâtiment. Il s'est élevé tout particulièrement contre l'usage prévu du bâtiment, surtout pour le Centre social intercommunal.
M. Philippe Jost (ci-dessous) s'est concentré sur les travaux eux-mêmes. Son amendement à propos du chauffage a été sans opposition,


Rénovée et transformée sous le nom de Perle d'Azur, l'ancienne usine Saüberlin a été vendue en PPE.
M. Alain Gonthier (ci-dessous) soutient le projet ainsi que les conditions d'acquisition négociées avec le promoteur.

Le dernier débat, le plus sévère, a concerné un thème où le Conseil de Vevey est pourtant habituellement très consensuel, celui des garderies. La Municipalité proposait d'acheter des locaux à l'av. Nestlé, dans le bâtiment qui a remplacé l'imprimerie Sauberlin (Perle d'Azur), pour un prix de 1,92 millions.
A l'origine, cette garderie devait se faire en partenariat avec Nestlé, qui aurait acheté les locaux et les aurait loués à la ville. Mais Nestlé, désireuse de soigner ses relations de bon voisinage, n'a pas désiré poursuivre en raison de l'opposition d'une majorité de co-propriétaires de ce bâtiment.
Cette situation est enlisée depuis plus d'une année, la commune étant pourtant dans son droit pour implanter une telle structure dans ce bâtiment. Afin d'éviter un précédent en cédant à ce type de réaction, la Municipalité a donc décidé de poursuivre l'opération en achetant elle-même les locaux.
Le débat a été très vif au Conseil entre les défenseurs des deux groupes d'intérêts opposés: d'un côté, les propriétaires de logements ont trouvé des appuis en la personne de M. Riesen (UDC), qui rappelait que Nestlé restait ouvert à une autre collaboration, Mme Grace Jost (PLR), qui proposait d'ouvrir une garderie à Gilamont, M. Olivier Pilloud, qui décomptait les électeurs lésés; dans l'autre camp, la nécessité de répondre rapidement à la demande de places de garderies était rappelée par M. Vincent Matthys (Soc), M. Alain Gonthier (Alt), Mme Ascension Muñoz (Soc), Mme Hadji-Pinto (Soc).
Au terme d'un long débat, un amendement proposé par la commission et précisant les modalités d'achat et d'une éventuelle procédure judiciaire, a été accepté sans opposition. Au vote final, les scrutatrices ont dénombré finalement 47 voix en faveur du projet (Socialistes, Verts, Alternatives et Vevey Libre) et 32 voix contre (Parti libéral-radical, UDC, PDC) ainsi que 2 abstentions.


M. Vincent Matthys (ci-dessus) a insisté sur le risque de précédent que pourrait constituer une reculade de la ville dans cette affaire.
Mme Grace Jost (ci-dessous) estime que la garderie pourrait être implanté dans le quartier de Gilamont.


Mme Pascale Bacher est entrée en fonction le 1er mars 2010.

Diverses communications émanant de la Municipalité n'ont suscité aucune réaction du Conseil. Elles portaient sur des travaux urgents à entreprendre au temple de Gilamont, un renouvellement d'emprunt de 10 millions, l'état de la dette et des cautions à fin 2009, les communiqués de presse ainsi que l'état d'avancement de la réalisation des nouveaux terrains de football sur la Riviera.
Le Syndic Laurent Ballif a ensuite communiqué oralement au Conseil l'engagement des deux personnes qui sont appelées à remplacer le Secrétaire municipal et la Secrétaire municipale adjointe. Pour le poste d'adjointe, c'est Mme Pascale Bacher, habitant St-Légier, qui a été choisie. Elle a été plusieurs années Secrétaire municipale de la commune de Paudex.
Pour le poste de Secrétaire municipal, la Municipalité a choisi le matin même M. Grégoire Halter pour ce poste. Il habite à Vevey et travaille, après plusieurs missions en Afrique pour le CICR, au Département fédéral de la défense à Berne.



 


Le changement de circulation aux feux de la rue de la Clergère a été mis à l'enquête sans susciter de réaction. Il vise à protéger les piétons qui traversent la rue de la Gare, en interdisant dorénavant de tourner à droite.

En fin de séance, deux interpellations ont encore été déposées, auxquelles la Municipalité est appelée à donner une réponse écrite.
M. Jacques Décosterd (PLR) a demandé à la Municipalité de s'expliquer sur la teneur du communiqué mis sur le site Vevey.ch au terme de la votation du 7 mars sur le taux d'impôt. Le PLR estime que ce texte est partisan et n'a pas sa place sur le site.
Pour sa part, M. Fweley Diangitukwa (Vevey Libre) a demandé des explications sur les décisions municipales concernant les restrictions de circulation à la rue de la Clergère.
Plusieurs questions ont également été posées directement par certains conseillers, concernant les chenilles processionnaires (M. Jean-Jacques Burgi) et le magasin appelé à s'installer à l'EPA (Mme Danielle Kaeser). Puis M. Vladimir d'Angelo (PDC) a présenté un petit film d'amateur montrant les dégâts occasionnés par les récents vents tempétueux sur les digues du port. Le Municipal Jérôme Christen confirma ces dégâts, en signalant qu'une expertise est en cours et que des montants importants devront vraisemblablement être investis pour stabiliser l'ouvrage.


M. Jacques Décosterd interpelle la Municipalité sur le fond et la forme du communiqué de presse qu'elle a publié sur le site Vevey.ch au soir de la votation communale sur le taux d'imposition.