Loading

Ouverture officielle d'Images 2010

C'est le samedi 4 septembre qu'a eu lieu la cérémonie officielle marquant l'ouverture d'Images 2010 et de ses cinquante expositions réparties dans la ville. Le bâtiment de l'ex-EPA a accueilli près de 1'500 invités, faisant de cet événement un succès retentissant.
La manifestation est devenue colossale dans son édition 2010, puisqu'elle comprend une cinquantaine d'expositions situées dans la rue, à l'ex-EPA, dans des galeries d'art, au Musée historique et à celui de l'Appareil photographique, ainsi que des événements musicaux (au RKC) ou théâtraux, des décorations de vitrines. Et sans oublier naturellement tout un volet Cinéma, comprenant la projection des Grands Prix, naturellement, mais aussi une Nuit David Lynch; le Prix de Court, organisé à l'Alimentarium dans le cadre de son 25ème anniversaire; Vevey Ville de tournage, qui recense tous les films tournés depuis deux ans à Vevey, par des Veveysans ou avec le soutien de la ville, cette année entièrement dédié au Rock et aux orchestres de la région; Kino 10, le concours de courts-métrages du Bout-du-Monde. A cela s'ajoutent encore des événements inclassables, comme l'Homme Bleu qui va déambuler en ville durant trois semaines, ou le curieux photo-maton, le Filmomatic, installé devant le cinéma Rex.

Le programme complet est disponible à l'adresse www.images.ch 


L'un des effets les plus étonnants offerts par cette édition d'Images 2010 est certainement, pour les Veveysans, la "reconstruction" qu'offre cette bâche posée sur l'Hôtel des Trois-Couronnes. Réalisée par Renate Buser, qui avait fait la photo posée en 2008 sur le bâtiment de la prison, cette oeuvre montre une très belle image du hall central de l'hôtel. Recouvrant entièrement l'aile ouest du bâtiment, elle semble indiquer l'entrée officielle. Cet effet d'interpénétration entre la ville et l'hôtel est précisément la politique des jeunes directeurs de l'établissement, qui désirent que les Veveysans deviennent plus familier avec leur plus ancien cinq-étoiles. 

C'était la foule samedi soir à l'ex-EPA. Les 250 chaises installées au 2e étage du bâtiment ont été rapidement occupées et les auditeurs se sont pressés autour du podium central pour suivre l'inauguration officielle de cet événement biennal qu'est le Festival Images.
Président de la Fondation Images, le Syndic Laurent Ballif s'est attaché à montrer l'évolution de cette grande manifestation destinée à illustrer la vocation à la fois artistique et économique de la ville de Vevey dans le domaine des arts visuels. Il a mis en particulier l'accent sur un soutien du canton de Vaud au titre de l'aide au développement économique, ce qui confirme bien que l'Image est, pour Vevey, un atout économique et touristique autant que culturel.
Ensuite, le Directeur artistique Stefano Stoll a tenu à remercier tous ses collaborateurs, qui ont permis la concrétisation, dans des conditions de stress éprouvantes, des rêves et des espoirs carressés depuis deux ans. 


Les autorités fédérales et cantonales étaient représentées par (de g. à d.) M. Nicolas Bideau, Monsieur Cinéma à l'Office fédéral de la Culture, Mme Anne-Catherine Lyon, Conseillère d'Etat en charge de la Culture, et Mme Brigitte Waridel, Chef du Service de la Culture du canton de Vaud. Mme Lyon s'est d'ailleurs plu à préciser que le canton ne soutenait pas seulement le Festival Images au titre du développement économique, mais aussi à celui de la Culture, notamment en offrant un des Grands Prix du Cinéma.


Le délégué à la communication de la ville de Vevey, M. Pierre Smets, a assuré les enchaînement durant la partie officielle (photo ci-dessus).

 

Jouant comme à son habitude le clown de service, M. Claude Baechtold, vainqueur du Prix Photo en 2006, a pris plaisir à présenter les vainqueurs 2010, rappelant son désir de constituer une "confrérie des vainqueurs de Vevey".

L'Office fédéral de la Culture avait délégué Monsieur Cinéma, soit M. Nicolas Bideau, qui a relevé l'importance d'un encouragement tel que le Grand Prix Européen du Premier Film décerné à Vevey pour les jeunes cinéastes. 


Le deuxième homme de cette réussite, le Secrétaire général Raphaël Biollay (ci-dessus).

Claude Baechtold présente les vainqueurs du Grand Prix Photo 2010, de g. à d. Akash et Lutz (photo ci-contre).

D'emblée, le Directeur artistique a tenu tout d'abord à remercier toute l'équipe qui lui a permis de monter la multitude d'expositions qui occupent la ville et le bâtiment de l'ex-EPA. Avant même de parler du résultat des concours, des invités ou de l'écho extraordinaire qu'a déjà suscité la manifestation alors qu'elle n'est même pas encore inaugurée, il a prié la vingtaine de collaborateurs de monter sur scène afin de recevoir les applaudissements des spectateurs (photo ci-contre).
M. Stoll s'est ensuite réjoui d'avoir pu bâtir cette édition 2010 en s'appuyant sur les points forts de cette de 2008. En particulier, les contacts établis depuis quelques années lui ont permis de tisser un réseau contribuant largement à l'attractivité de Vevey.

On s'attendait à une petite progression de la fréquentation par rapport à l'inauguration de 2008, et les organisateurs avaient prévu un buffet pour 500 personnes. Il en est venu finalement le triple, et les gens des Trois-Couronnes ont eu fort à faire à aller remplir à l'hôtel des plateaux qui se vidaient avant même d'avoir traversé la rue !

L'ambiance conviviale et amicale a finalement gardé le public dans le bâtiment jusqu'après minuit. Les expositions réparties dans les six étages de l'immeuble étaient visibles jusqu'à 21h30.

Jusqu'au 26 septembre, les expositions sont gratuites. Les locaux sont ouverts tous les jours de 11h à 19h.

Dans la ville, les images sont visibles depuis la fin du mois d'août déjà. La plus grande et la plus spectaculaire a été posée en premier. D'une surface de 500 m2, il s'agit d'une bâche couvrant toute la façade de la BCV, à la Place de la Gare. Elle supporte une oeuvre du photographe chinois Li Wei, qui s'est représenté en train de voler ou tomber en direction de la fenêtre d'un gratte-ciel. Cette photo est la parfaite illustration du thène général d'Images 2010, l'Intrusion sous toute ses formes.

Sur la Place Scanavin (ci-dessus), Maurice Schobinger expose ses photos à la mémoire de la bataille de Stalingrad.

A la Place de l'Hôtel-de-Ville, Cristina de Middei propose une exposition hilarante mettant en images les spams idiots que nous recevons tous les jours.

Sous la Grenette, les bâches reçoivent comme en 2008 de superbes photos, cette année de fausses images décalées de sport. 

Derrière le Théâtre, Jean-Christian Bourcart montre des images d'une dureté incroyable prises à Camden, la ville la plus dangereuse des Etats-Unis. Le texte d'accompagnement est remarquable.

La seule déception de ce premier week-end a été le vandalisme constaté à l'encontre de l'exposition d'Andrea Star Reese, installée dans le passage sous-voie menant aux Bosquets.

Plusieurs images ont été partiellement arrachées (photo ci-contre), à la fois dans la nuit de samedi et dans celle de dimanche.

C'est d'autant plus regrettable qu'il n'est pas possible de faire un nouveau tirage des affiches endommagées. Ces oeuvres sont superbes et montrent le quart-monde vivant dans le sous-sol de New-York, à côté du métro.

L'autre désagrément aura été de constater que la même voiture rouge est restée obstinément parquée durant trois jours à l'emplacement interdit au stationnement devant les Trois-Couronnes, empêchant ainsi de réaliser une photo acceptable de la superbe image montrant le hall intérieur de l'hôtel !

 

Le bâtiment de l'ex-EPA accueill bien entendu en priorité l'exposition des deux gagnants ex-aequo du Prix de la Photo, G.M.B. Akash et Christian Lujtz. Elles occupent une place d'honneur au rez-de-chaussée. Mais les deux sous-sols et les trois étages foisonnent également d'une multitude d'expositions passionnantes. On citera en particulier les installations vidéos occupant le 2e sous-sol.

L'exposition la plus emblématique de cette édition 2010, e en tout cas la plus incontournable, est celle du photographe français JR. Placardées sur une quinzaine d'immeubles de la ville, ses photos gigantesques reproduites sur des panneaux de papier attirent l'oeil même des simples passants. JR est allé choisir ses photos dans la collection du Musée de l'Elysée à Lausanne, partenaire de l'exposition.



La Tour St-J£ean accueille une photo de Man Ray, collée avec une méticulosité incroyable, pierre par pierre, au point qu'on a l'impression qu'elle est peinte sur la muraille (ci-dessus).

La prison accueille à nouveau une des plus belles photos, celle d'une courtisane en fourrure (en haut à gauche).

L'église Ste-Claire prête son mur est protestant à des prêtres catholiques dans une mise en scène intégrant idéalement les vitraux (ci-contre). 


Si JR dispose de toute une équipe pour la pose des photos choisies, l'artiste lui-même met la main à.. la colle ! On le voit sur ces deux photos en bas à droite avec le chapeau beige.


Alors que JR menait une visite guidée de la ville en avant-première jeudi soir, JR a rencontré le Syndic Laurent Ballif qui se rendait au Conseil communal (photo ci-contre).