Loading

Le Conseil se prive d'écrans géants et de patinoire

Placé stratégiquement à la veille de la campagne électorale, le débat sur le budget 2011 a occupé le Conseil communal le 9 décembre 2010. Dans une ambiance un peu tendue mais correcte, les conseillers ont opéré quelques modifications mineures, dont la principale a été le refus de 140'000 francs pour la patinoire.

 Pour voir la vidéo de ce Conseil: http://www.vevey.ch/N7006/ conseil-communal-du-09-12-10.html

En début de séance, une demande de modification de l'ordre du jour a été acceptée sans opposition. Cela devait permettre de débattre des crédits complémentaires avant d'aborder le budget, l'une des dépenses supplémentaires ayant un impact sur 2011.
Par ailleurs, la commission chargée d'étudier le postulat de Mme Annick Vuarnoz (Soc) sur les tarifs de la piscine de la Maladaire a été désignée et se réunira fin janvier.

 


 

Comme mise en bouche, le Conseil s'est prononcé sur deux budgets intercommunaux.
Le premier est celui du Fonds culturel Riviera, une institution régionale à laquelle toutes les communes versent Fr. 48.- par habitant.  Le Fonds reverse ensuite les 3,5 millions environ de ces contributions à une vingtaine d'institution culturelles. M. Henri Chambaz (Rad) ayant reçu l'information que les deux nouvelles institutions incluses dans les soutiens 2011 sont veveysannes (Live in Vevey et Théâtre Trois-Quarts), le budget a été accepté à l'unanimité.
La même unanimité s'est retrouvée pour accepter le budget 2011 de la Communauté intercommunal d'equipement du Haut-Léman (CIEHL), institution à laquelle les communes cotisent à raison de Fr. 5.- par habitant. Elle a inscrit à son budget de l'année prochaine un montant de Fr. 150'000.- destiné à financer l'étude d'agglomération.

 

En ce qui concerne la 2e série de crédits complémentaires 2010, deux objets ont focalisé les discussions: le mât sur l'église Saint-Martin et les deux nouveaux écrans géants.
M. Serge Doriot (Rad), ancien des ACMV et fin connaisseur des constructions mécaniques, a soutenu la demande d'un crédit complémentaire de 45'000 francs afin d'installer un nouveau mât à drapeaux. Les constats faits depuis deux ans ont amené la Municipalité à se rabattre sur une solution mécanique sans fioritures, mais pour laquelle un montant de Fr. 45'000.- supplémentaire est nécessaire. Une majorité du Conseil de l'a pas suivie et a refusé le crédit complémentaire. S'il veut installer un mât, l'Exécutif devra se contenter des Fr. 90'000.- déjà octroyés.
Le second objet a été le lieu d'un débat serré, la Commission des finances ayant accepté les Fr. 50'000.- nécessaires à l'achat de deux nouveaux écrans géants à installer aux entrées nord de la ville. MM. Jacques Décosterd (Rad) et Werner Riesen (UDC) se sont unis pour proposer de refuser ce montant, estimant que le besoin n'est pas avéré pour l'extension de ces équipements.
M. Vincent Matthys, au nom du Groupe socialiste, tenta bien de renverser la vapeur, mais sans succès. Le Syndic Laurent Ballif apporta l'information que tous les utilisateurs actuels (clubs sportifs, institutions culturelles, annonceurs payants) des écrans sont très satisfaits de cette prestation. Cela ne fut pas suffisant et une majorité de sceptiques décida du sort de ces écrans.
Au final, les crédits complémentaires ont donc été ramenés de Fr. 321'600.- à Fr. 226'600.-. Le refus des écrans a également pour conséquence une économie de Fr. 50'000.- environ au budget 2011.



 


 

 

Au moment de passer à l'étude du budget, un débat similaire à celui de l'an dernier s'est engagé. M. Jacques Décosterd (Rad) a en effet demandé au Conseil de ne pas entrer en matière et de renvoyer la proposition de budget à la Municipalité. Constatant que le montant global de ce budget représente une augmentation de 7,5 millions par rapport à 2010, il estime qu'on devrait s'en tenir à une hausse correspondant à celle de la population, soit 2,5 millions. La position du PLR est donc, curieusement, d'abaisser le montant du budget global mais pas précisément de modifier son résultat final, soit un déficit de 1,3 million.
Cette position est partagée par l'UDC mais pas par le PDC, où M. Jean-Pierre Narbel estime que les recettes sont évaluées correctement. Les autres partis s'expriment négativement face à la proposition PLR-UDC, comme le confirment MM. Vincent Matthys (Soc), Roland Rapin (Verts), Stéphane Molliat (Vevey Libre) et Alain Gonthier (Alt).
Ce dernier, comme plusieurs autres membres de la Commission des finances, a rappelé que les représentants des partis opposants n'ont pas présenté d'amendements visant à diminuer le déficit budgétaire. Ces conseillers ont ironisé sur cette absence de propositions constructives suivie d'une demande abrupte d'une économie de 5 millions non étayée.
Au vote, l'entrée en matière est acceptée très largement, malgré l'opposition du PLR et de l'UDC.



 

 

 

La discussion sur le budget lui-même a vu débattre sur trois types d'amendements: des augmentations généreuses concernant l'aide en général, des coupes touchant les loisirs et la culture, des modifications plus ou moins techniques et peu politisées.
Dans les hausses, M. Frédéric Vallotton (Alt) est venu à deux reprises avec des propositions. Il s'opposait tout d'abord à la coupe proposée par la Commission des finances au poste Aide aux pays en voie de développement, demandant de maintenir le montant de Fr. 70'000.- demandé par la Municipalité. Il a été suivi de manière assez large par le Conseil, qui a donc accepté le montant demandé, en augmentation de Fr. 10'000.- par rapport au budget 2010.
Sa seconde proposition a été plus contestée. Elle consistait à doubler le montant de Fr. 10'000.- prévue pour l'Aide en cas de catastrophe, soit un doublement du montant prévu par la Municipalité. Contestée par certains et soutenue par la gauche, cette proposition l'a finalement emporté sur le score serré de 37 oui, 34 non et 3 abstentions.
Par contre, une dernière proposition émanant toujours de M. Vallotton et visant à ajouter Fr. 10'000.- pour le soutien aux églises "non officielles" a été rejeté très largement.

 


 

Plusieurs amendements demandaient des coupes en fonction de positions idéologiques affichées. Le premier est venu de M. Roland Rapin, qui a demandé à ce que le montant destiné à l'achat de combustible soit diminué de Fr. 100'000.-. Le but de cet amendement est de contraindre la Municipalité à trouver d'autres sources d'énergie que le mazout. Plusieurs intervenants de tous bords ont relevé que les énergies alternatives sont toujours plus chères ! La proposition a été rejetée très largement.
Dans le domaine culturel, M. Bastien Schobinger (UDC) a demandé la suppression de la subvention de Fr. 6'000.- au Théâtre des Trois-Quarts, cette institution étant dorénavant soutenue par le Fonds culturel Riviera. La Municipale Madeleine Burnier lui a expliqué que le Fonds ne subventionne que l'activité culturelle, et pas les frais de fonctionnement. Cet amendement a été très largement refusé.
Enfin, un très long débat s'est engagé à propos de la patinoire temporaire prévue par la Municipalité. Alors que c'était, ces trois dernières années, l'Association Vevey sur glace qui prenait l'essentiel des coûts à sa charge (Fr. 50'000.- pour la commune seulement), la situation était différente cette année. Obligée de mettre à l'enquête la future patinoire après trois ans de provisoire, la Municipalité proposait de n'installer, pour un hiver, qu'une patinoire réduite et dotée d'un revêtement plastique. Il est prévu que la patinoire habituelle retrouve sa place l'hiver prochain.
Des opposants de tous bords se sont élevés contre cette dépense de Fr. 150'000.-, tirant à boulets rouges soit sur le montant de la dépense, soit sur la mauvaise qualité de cet équipement, soit sur l'opacité du mode de location-achat prévu.
Face aux critiques de MM. Stéphane Baudin (PDC), Clément Tolusso (Verts), Patrick Bertschy (Rad), Jacques Décosterd (Rad) et Christian Roh (Lib), M. Charly Teuscher (Soc) s'est trouvé bien seul pour défendre la patinoire. Le Syndic Laurent Ballif n'a pas eu plus de succès en évoquant la multiplication des patinoires dans tout le canton, et c'est à une assez large majorité que le montant de Fr. 140'000.- pour la patinoire a été retiré du buget.


 

Dans la catégorie des amendements techniques et peu politisés, on doit ranger la suppression de Fr. 50'000.- prévus pour l'installation des écrans refusés. De même, un montant de Fr. 90'000.- destiné à des travaux de réfection de la Villa Gérard, occupée par les scouts mais promise à la démolition, a été contesté par la Commission des finances. Une tentative de M. Stéphane Molliat de diminuer ce montant de moitié a été refusée, alors que, finalement la coupe des 90'000 francs a été acceptée à une confortable majorité. Par ce geste, la Municipalité a été incitée à trouver rapidement un nouveau local pour les scouts afin que cette maison puisse céder la place à un immeuble d'habitation.



 


 

A l'occasion du débat final sur le budget, MM. Pierre Clément (Lib) et Jacques Décosterd (Rad) sont revenus à la charge, en contestant la hausse des dépenses du budget. Ils ont fait la comparaison avec le budget de Montreux, qui a connu une baisse ces dernières années.
Interpellé à propos du "social", le Municipal Lionel Girardin a eu beau jeu d'apporter des précisions quant à la composition des dépenses respectives dans les deux villes. Le cas de Vevey, qui comptera prochainement 1'000 places de garderies et dont le Centre social prend en charge le double de la population concernée par celui de Montreux, explique cette différence.
Ensuite, une nouvelle tentative de M. Clément de faire apparaître un excès de dépenses sociales dans le budget veveysan a permis au Syndic, par un petit exercice didactique, de faire ressortir que Vevey a des recettes bien plus importantes que Montreux dans ce domaine. En résultat net, Vevey (46 mio de charges pour 23 mio de recettes) dépense nettement moins que Montreux (38 mio de charges pour 7 mios de recettes) en matière sociale.
Au vote final, le budget 2011 amendé a été adopté à une très large majorité, avec trois abstentions. Avec 135'127'100 aux dépenses et 134'078'100 millions aux recettes, il laisse apparaître un petit déficit d'environ un million, soit environ Fr. 200'000.- de moins que le budget proposé par la Municipalité.

 

Au terme de cette longue séance, alors que certains conseillers tentaient de reporter à la semaine suivante la fin de l'ordre du jour, l'assemblée a malgré tout décidé de terminer rapidement les points restants.
C'est ainsi que le budget de l'Office régional de la Protection civile a été adopté sans aucune discussion ni opposition. Quant à la réponse à l'interpellation de M. Serge Ansermet (Soc) sur l'énergie, même si l'auteur de celle-ci a fait part d'une certaine insatisfaction, elle n'a pas suscité de débat particulier.
La communication sur "Candela", le projet de renouvellement de l'éclairage communal, a passé sans aucune objection, tout comme celle annonçant la prochaine construction d'un abri à vélos à la gare.
Et l'annonce par la Municipalité du Plan des investissements mis à jour, face à un Conseil fatigué par de longs débats, n'a suscité lui non plus aucune demande de précisions !
Après quelques questions et propositions individuelles, le Président Vladimir d'Angelo a mis un terme à la séance en demandant au Conseil de respecter une minute de silence à la mémoire de M. Hugues Cuénod, décédé quelques jours plus tôt, qui était bourgeois d'honneur de Vevey et doyen des Vaudois (108 ans).