Loading

Trois jours pour fêter la fin des travaux de Notre-Dame


Outre la majesté des vêtements liturgiques portés par les officiants de la messe du dimanche, le décorum était assuré par la présence de quatre personnes portant l'uniforme des gardes pontificaux. Ils ont également participé à la manifestation officielle du dimanche, sous la tente installée à côté de l'église, placée sous l'égide des deux communes de La Tour-de-Peilz et Vevey. Le Syndic de Vevey, M. Laurent Ballif, a apporté le message des autorités politiques.

Les 7,8 et 9 octobre, la paroisse catholique et les autorités de la région ont fêté la fin de plusieurs années de travaux à l'église Notre-Dame. Depuis deux ans, les catholiques avaient dû émigrer à Sainte-Claire, mise à disposition par la paroisse protestante.

C'est assurément avec un immense soulagement que la communauté catholique de Vevey et La Tour a repris possession officiellement de son église. Et la paroisse n'a pas fait les choses à moitié, mettant sur pied trois jours de festivités ouverte à toute la population.
Une partie culturelle importante a débuté vendredi avec un récital d'orgue de M. Pierre Pincemaille, organiste titulaire de la Basilique de Saint-Denis à Paris. Samedi soir également, la musique était à l'honneur avec un concert de musique sacrée par les 65 choristes de la paroisse, avec en soliste Mme Sylvie Rumo et à l'orgue M. Nicolas Viatte.
Samedi a eu lieu la bénédiction du nouveau mobilier liturgique. Durant l'après-midi, les visiteurs pouvaient accéder aux différentes parties du bâtiment. Les missions italienne, portugaise, espagnole et vietnamienne ont offert des spécialités culinaires. 


L'architecte, M. Ivan Kolecek, a rappelé quelques étapes de la rénovation, qui a subi bien des avanies climatiques.

Présidente de la paroisse catholique, Mme Danièle Kaeser a exprimé à la fois son soulagement et sa satisfaction de voir les travaux arriver à leur terme.


Expert fédéral des monuments historiques, M. Bernard Zumthor a présenté un exposé très exaustif des caractéristiques de l'église Notre-Dame, exemplaire d'un nouvement de renouveau du sentiment religieux au XIXème siècle sous l'influence du romantisme.

La "garde suisse" était présente à Vevey, d'abord à l'église durant la messe de dimanche, qui a réuni un si grand nombre de fidèles que la moitié au moins ont dû suivre l'office debout. La foule était aussi nombreuse pour la partie officielle sous la tente, suivie d'un apéritif dînatoire.

Les travaux ont été menés en deux étapes, dont la première a débuté en 2004 déjà. Cette rénovation très importante, à la charge des deux communes de Vevey et de La Tour-de-Peilz, a été rendue plus complexe et plus onéreuse en raison de la tempête de grêle de 2005, puis d'autres qui ont déstabilisé le clocher.

Il faut dire que la paroisse avait alerté depuis plusieurs années les autorités que ce clocher menaçait de s'effondre, mais ce n'est qu'en 2002 qu'elles décidèrent de prendre le taureau par les cornes.

 

 

 

 

 

 

 

Alors que la première pierre a été posée en 1869, l'église Notre-Dame a été consacrée le 10 octobre 1872 ou 1874, la date différant selon les sources. D'architecture néo-gothique, son style a été d'abord décrié puis à peine considéré, ce qui explique que des restaurations peu respectueuses ont été faites jusque dans les années 1970.

Deux éléments ont donné lieu à des inquiétudes particulières. Tout d'abord le clocher, dont la structure centrale a heureusement pu être conservée dans son essence, malgré une tempête violente en 2006 qui a fait bouger la tour de près de 10 cm.
Quant aux vitraux, ils ont été gravement endommagés par l'orage de grêle de 2005, et leur restauration s'est avéré un travail très important. Mais tout le monde s'accorde à relever la beauté des vitraux ayant retrouvé leur lustre d'antan.


Le "reblétzage" des vitraux immédiatement après l'orage de grêle, pour éviter que les parties non touchées ne s'effondrent.

Plan de rénovation des vitraux.