Loading

Evénement spectaculaire pour réalisation exemplaire

La grande foule était au rendez-vous à Gilamont samedi 8 octobre 2011 pour l'inauguration des fresques. L'écho médiatique international a surpris même les organisateurs, ravis de voir des artistes français considérer cette réalisation comme exemplaire.


Il étaient bien 2'000 à avoir bravé le froid et une pluie battante pour voir de près leur idole, l'humoriste français Jamel Debbouze. Celui-ci, ami de longue date de l'auteur des fresques Franck Bouroullec, avait accepté d'enthousiasme d'être le parrain de cette réalisation, qu'il considère comme exemplaire. Il a répété à plusieurs reprises dans différents médias qu'il aimerait que la France s'en inspire.

Le programme musical de cette journée était de qualité. La journée a commencé avec une animation musicale offerte par des musiciens habitant les tours, Henri Hubert et Marlyse Schmied, puis les voisins de Tafta, le groupe hébergé à demeure au RKC, a enchaîné. En début d'après-midi, I Muvrini (ci-dessus à droite) sont venus communier avec les gens du quartier, suivis par Fanny Leeb, la fille de Michel Leeb, et son guitariste Keni (ci-dessus à gauche). Durant la partie officielle, deux habitantes des tours sont également intervenues pour chanter deux airs des films de Chaplin, Mme Nathalie Jendly et sa fille Amina.

La fresque de la tour noire est terminée depuis trois semaines, et la dernière semaine de septembre a vu les retouches de la fresque de la tour blanche. Les deux oeuvres ont maintenant la même intensité et constituent un ensemble que tout le monde se plaît à trouver remarquable.

La fête organisée par la commune à l'occasion de l'inauguration officielle visait à offrir à la population du quartier et de la ville un événement marquant. Cela devait marquer cette journée du 8 octobre d'une pierre blanche. Mais les organisateurs, au premier rang desquels le Délégué à la communication de la Ville Pierre Smets, n'auraient pas osé espérer un tel impact médiatique.

Les animations ont débuté le matin déjà, et c'est la Société de développement (SDV) qui a assuré la subsistance durant toute la journée.

La partie officielle réunissait trois humoristes français de style très différent, voire de génération différente. De gauche à droite ci-contre, on voit sur scène Jamel Debbouze, Pascal Légitimus et Michel Leeb. Ils sont accompagnés par Pierre Smets et Franck Bouroullec.

Les trois humoristes n'avaient pas fait le voyage de Vevey pour faire un spectacle, mais pour apporter leur soutien à la réalisation. Jamel a en particulier mis en évidence que ce projet avait l'immense atout de se préoccuper d'abord du confort des habitants en plus de la décoration des murs.


L'arrivée de Jamel, entouré de ses gardes du corps, a été retardée d'une bonne demi-heure. Il avait en effet passé au Manoir de Ban, et sa passion de Charlie Chaplin l'avait amené à y rester près de deux heures. En compagnie de Michaël Chaplin, il a voulu tout voir et tout discuter de celui qu'il considère comme le créateur du cinéma.

 

Pascal Légitimus, ancien des Inconnus, avait fait un passage à Vevey il y a quelques semaines, informé du projet par Jamel. Il a été tellement enthousiasmé qu'il a désiré lui aussi venir pour l'inauguration.

La présence de ces personnalités internationales a permis quelques contacts enrichissants. Le Syndic Laurent Ballif a pu discuter avec Jamel et les autres artistes, et la présence de Michaël Chaplin sur les lieux pour l'inauguration des fresques a été particulièrement appréciée.

Un autre membre de la famille Chaplin était également sur scène, en la personne de Spencer Chaplin, petit-fils de Charlot, qui a présenté une musique jazzy de très bonne tenue en fin de programme.

Les artistes peintres n'ont pas été oubliés lors de cette manifestation. Le directeur de Cité Création (au micro ci-contre) et plusieurs des peintres qui ont séjourné durant une dizaine de semaines sur les échafaudages des tours sont également montés sur scène.

Arrivé en début d'après-midi au Manoir de Ban, Jamel a été très sensible à l'accueil des jeunes du quartier de Gilamont. Au moment de rejoindre sa voiture noire accompagné de ses gardes du corps pour rejoindre Genève où il avait un spectacle le soir même, il a brusquement modifié son programme pour prendre un "bain de foule". Très gentiment, il a rejoint le groupe des jeunes et s'est prêté avec bienveillance au jeu des autographes, des embrassades et des photos.


Pendant la partie officielle, Franck Bouroullec a réalisé une performance similaire à celle qu'il avait l'habitude de faire pendant les spectacles de Jamel.

En quelques secondes, à grands coups de pinceau et en finissant à pleines mains, il ébauche un portrait de l'artiste... qui n'apparaît pourtant que lorsqu'on retourne la toile !

La famille Chaplin s'était associée avec enthousiasme à cette inauguration des fresques, montrant ainsi l'estime dans laquelle elle tient cette réalisation.

Les invités ont été ensuite reçus au Manoir de Ban, aux frais de la commune de Corsier qui était l'hôte des lieux. A cette occasion, les promoteurs du projet de Musée Chaplin, dont on attend incessamment l'annonce du démarrage des travaux, ont pu présenter tout à loisir leur bébé.

 

Ci-contre de gauche à droite: Franc Bouroullec, Yves Durand et Philippe Meylan, les deux porteurs du projet, puis Pierre Smets.

Pendant cette partie festive, les deux chevilles ouvrières de la manifestation, Pierre Smets et Franck Bouroullec, pouvaient enfin se décontracter. Franck Bouroullec voit ainsi son projet marathon des fresques arriver à son terme, alors que Pierre Smets se réjouit de pouvoir reprendre son travail normal sans avoir assumer en plus une telle organisation.