Loading

Le Conseil accepte la patinoire pour cet hiver

Après plus d'une année de controverses et de contestations, le Conseil communal a finalement accepté assez largement, jeudi 10 novembre 2011, la location d'une patinoire pour cet hiver, dans l'idée que la ville pourrait l'acheter dès l'an prochain.

Pour voir la vidéo de ce Conseil:
http://www.vevey.ch/N8541/conseil-communal-du-10-11-11.html  

Dans les communications, le Président Eric Oguey a donné connaissance d'un arrêt du Conseil d'Etat concernant le Conseil de Vevey. A la suite d'un signalement du conseiller socialiste Charly Teuscher, une décision veveysanne a été cassée en raison de deux erreurs de procédure. De ce fait, la discussion sur l'objet en question doit être reprise. C'est pourquoi M. Teuscher a obtenu le droit de redéposer son postulat sur un projet de télécabine depuis la Veyre.!

 


Le terrain de la Veyre et ses 15'000 m2 donnent des idées à certains conseillers.

Trois objets ont été déposés par des conseillers communaux en début de séance, deux interpellations et un postulat.
- Interpellation Charly Teuscher (soc) concernant le statut et les projets prévus sur le terrain que la Ville de Vevey possède sur territoire de St-Légier à La Veyre. La Municipalité répondra par écrit à ces questions précises.
- Interpellation Pierre Butty (soc) à propos du bug informatique des récentes élections: le Syndic Laurent Ballif a informé que la Municipalité avait immédiatement réagi pour demander des tests du logiciel et le remboursement des frais engagés en vain. Ces sont en effet Fr. 2'400.- qui ont été déboursé pour indemniser les scrutateurs et le bureau électoral jusqu'à 22h, alors que tout le dépouillement aurait pu être terminé vers 15h.


 


Le projet du conseiller Charly Teuscher présente des simulations et des exemples déjà mis en oeuvre dans le monde.

Le troisième objet était donc la redépose du postulat Teuscher demandant l'étude d'une liaison par télécabine depuis La Veyre jusqu'à la gare de Vevey. L'idée est d'implanter là-haut un parking de délestage et de le relier par un système de cabines rapides de 500 places, afin d'éviter que les voitures ne viennent parquer en ville. Ce système pourrait également desservir d'éventuelles places de travail ou des activités appelées à se développer à cet emplacement.
Plusieurs conseillers ont été favorablement titillés par l'originalité du concept et se sont exprimés en faveur d'une étude en commission. D'autres ont relevé le coût prévisible et le risque de manque de rentabilité.
Le Syndic Laurent Ballif rappela qu'un tel projet devait, comme le proposait son auteur, être inclus dans une vision régionale. Mais le projet d'agglomération RiVeLac, qui a déjà pris du retard, doit être déposé d'ici quelques semaines et il n'est pas envisageable d'étudier un telle idée dans ce laps de temps. De plus, une telle installation serait en concurrence avec le projet de développer la desserte de la Veyre par le train Vevey-Blonay.
Au vote, une majorité du Conseil s'est opposée tout d'abord à l'étude du projet en commission, puis le renvoi à la Municipalité pour étude et rapport a été refusé assez largement.


 

A cette période de l'année, ce sont surtout les préavis budgétaires qui font l'actualité. C'est ainsi que la Municipalité a déposé les projets de budget 2012 pour la Ville de Vevey ainsi que les institutions régionales du Fonds culturel Riviera et la CIEHL (communauté intercommunale d'équipement du Haut-Léman).
Deux objets touchant au financement du tourisme régional seront étudiés par une même commission, le nouveau barème de la taxe de séjour payé par les touristes et la contribution des communes au fonctionnement de Montreux-Vevey Tourisme (MVT).
Enfin, dans l'optique du programme d'investissements que s'est fixé la Municipalité, elle doit demander, comme la loi l'exige au début de chaque législature, au Conseil de se prononcer sur un nouveau plafond de l'endettement communal.
Tous ces objets seront traités avec le rapport des commissions lors des séances du mois de décembre.


 


 

Après cette entrée en matière abondante, le Conseil avait encore à son programme pas moins que 7 rapports et 9 communications, si bien que d'aucuns imaginaient qu'il ne serait pas possible de tout faire ce même soir.
Pourtant, les débats ont été moins intenses que prévus, chacun s'efforçant de traiter rapidement les points peu litigieux.
Le premier rapport résultait d'un démarche du Conseil pour se prononcer sur la transmission par les Greffe des documents pour les séances. L'introduction progressive du "tout-informatique" a été approuvée sans débat.
Ensuite, la Municipalité répondait à un postulat Henri Chambaz (PLR) à propos de la sécurité à la rue des Crosets. La vision municipale exprimée par M. Etienne Rivier, à savoir que des mesures telles que limitation de vitesse ou passage supplémentaire seraient inadéquates, n'a pas convaincu le Conseil.
La création de 40 appartements subventionnés dans le 4e module des Moulins de la Veveyse a suscité un débat assez classique entre la Droite et la Gauche. La Municipale Annick Vuarnoz a répondu aux objections concernant le prix de ces loyers, élevé en raison du coût actuel de la construction, ainsi que de la nécessité de continuer à soutenir l'aide à la pierre, en plus de l'aide à la personne. Le Syndic Laurent Ballif a répondu aux demandes de régionalisation en rappelant que les communes ne sont pas tenues légalement de subventionner, et que seules trois dans le district ont sur leur territoire des appartements subventionnés.
Le crédit de Fr. 410'000.- pour l'étude en commun avec Montreux d'un futur stade d'athlétisme régional à La Saussaz, près de Chailly, a été accepté sans opposition, avec une abstention, même score qu'à Montreux la veille !
Enfin, deux objets ont été adoptés tacitement à la quasi unanimité, la 2e série de crédits complémentaires 2011 pour Fr. 120'000.- et l'autorisation de placement des fonds de la trésorerie communale.


 

 


 

Le point "chaud" de cette séance était cependant attendu avec la demande d'un crédit de Fr. 350'000.- pour la location d'une patinoire temporaire durant l'hiver 2011-2012.
Dans le préavis, la Municipalité expliquait qu'il s'agissait d'une première étape, l'objectif étant d'acheter cet équipement à partir de la saison 2012-2013, la location de cette année étant déduite du prix d'achat de 1,9 millions.
En début de débat, de nombreux opposants se sont exprimés en mettant l'accent sur certains points négatifs: emplacement prévu pour la patinoire (contestation du bas de la Place du Marché), coût en regard de la situation budgétaire de la Ville, consommation énergétique notamment. M. Clément Tolusso (Verts) demanda d'emblée le vote à bulletin secret, afin d'éviter que les Groupes ne puissent faire pression sur leurs membres.
C'est plutôt en fin de débat que se sont exprimés les supporters du projet. La plupart ont mis l'accent sur l'engouement populaire pour cet équipement, l'utilité pour les classes de toute la région, le soutien des communes voisines, l'économie énergétique vu la position centrale de la patinoire.
Le Syndic a répondu à plusieurs objections politiques en appelant à faire la balance entre les avantages, qu'il estime prépondérants, et les inconvénients contre lesquels des mesures correctrices peuvent être prises. La Municipale des infrastructures, Mme Elina Leimgruber, est revenue sur les aspects de la construction, le financement prévu et l'emplacement. En l'état, vu les oppositions apparues lors de l'enquête pour l'implantation au bas de la Place, il est probable que la patinoire prendra place, pour cette première année, au Jardin du Rivage, dans l'attente de la légalisation de son emplacement définitif.
Le vote au bulletin secret ayant été demandé, il en a été procédé ainsi. Et la décision finale est apparue très claire, avec 47 voix pour et 38 voix contre, sans abstention. Compte tenu des déclarations des Groupes, dont plusieurs s'annonçaient hostiles au projet (UDC, PDC, Verts, Alternatives) et d'autres partagés (PLR, PS), force est de constater que le bulletin secret a permis à de nombreux membres présumés hostiles d'apporter discrètement leur soutien au projet. C'est un enseignement politique intéressant...



 

 

Les communications ont été traitées rapidement, la soirée ayant déjà été longue.
Les réponses aux interpellation Jérôme Christen (VL) sur le vandalisme et Vladimir d'Angelo (PDC) sur la Plage de la Place du Marché ont été plus ou moins bien acceptées par leurs auteurs. Le débat ne s'est cependant pas éternisé et, si des correctifs ont été apportés, il n'y a pas eu de suite à ces discussions.
La réponse à M. Peter Schuseil à propos du parking provisoire de l'av. Major-Davel a satisfait pleinement son auteur.
Les autres communications ont été acceptées sans ouvrir le débat:
collecteurs du quartier Jura / achèvement du projet intercommunal de terrains de football (CORAT) / état des études pour la Salle del Castillo.
La Municipalité a également déposé son Programme de législature et son Plan des investissements, mais il en sera débattu en décembre prochain.
Enfin, une ultime interpellation a été développée par M. Pierre Clément (PLR) à propos d'un couac des services de police. Le 1er novembre dernier, jour férié dans les cantons catholiques qui nous entourent, la cellule "Signalisation" a procédé durant une partie de l'après-midi au marquage des emplacements de la Saint-Martin sur la Place du Marché. De ce fait, les clients fribourgeois et valaisans ont été privés de parcage, ce qui a fortement irrité les commerçants.
Le Municipal de la Police, M. Etienne Rivier, a présenté ses excuses, le Commandant ayant reconnu que le choix de cette date était totalement inadéquat.
Au chapitre des questions diverses, MM. Rivier et Clément ont encore eu un échange assez vigoureux à propos de l'intention de la Municipalité d'augmenter le tarif de parcage sur la voie publique. Comme l'a expliqué le Syndic Laurent Ballif, l'objectif est d'avoir un tarif unique, celui actuellement de la Place du Marché, pour toutes les places situées sur l'espace public veveysan.
M. Clément s'est vivement élevé contre cette mesure, qu'il regrette de voir défendue par son ancien co-listier, dont il se désolisarise.