Loading

Comptes acceptés ainsi qu'un soutien aux musulmans

C'est à l'unanimtié que le Conseil a accepté, jeudi 19 juin 2014,les comptes et la gestion 2013 tels que présentés par la Municipalité. Il a également donné son accord, à bulletin secret, à une subvention annuelle à la Fondation islamique pour rénover sa mosquée.

 Pour voir la vidéo de ce Conseil:
http://www.vevey.ch/N14186/conseil-communal-du-19-06-2014.html

Traditionnellement, la séance de juin est double, avec un ordre du jour qui peut s'étendre sur deux jeudis. La priorité est de discuter les comptes et la gestion, que le canton exige avant fin juin. La composition du nouveau bureau, elle, sera déterminée par des élections qui auront lieu le 26 juin.


L'ancien garage accueille depuis 5 ans la mosquée de Vevey ainsi qu'une épicerie. L'exploitation des pompes à essence est assurée également par la Fondation islamique.

En début de séance, le Conseil a pris connaissance de cinq objets qui avaient été déposés en mai et n'avaient pas pu être traités à ce moment-la.
Le premier objet est une motion de M. Jérôme Christen (Vevey Libre), qui demande que la Municipalité étudie sans tarder le futur réaménagement de la Place du Marché. Comme il s'agit d'une intention déjà très clairement exprimée par l'Exécutif veveysan, celui-ci n'a pas d'objection à ce que le Conseil lui renvoie directement cet objet, ce qui est fait.
Deux interpellations donneront lieu à une réponse écrite lors de la prochaine séance. Il s'agit des questions de M. Patrick Bertschy (PLR) à propos de l'accueil des PME à Vevey, ainsi que de l'interpellation de M. Jacques Zaugg (PLR) à propos du mur phonique entre la Salle del Castillo et le Château de l'Aile.
M. Pierre Butty (Soc), s'exprimant au nom de tous les partis, s'inquiétait des consignes données à la police pour obliger les stands politiques à ne plus rester devant la Grenette. Le Municipali Etienne Rivier, qui a négocié avec les commerçants la nouvelle disposition du marché, a confirmé qu'il s'agit d'une demande émanant des marchands mais que la Municipalité n'avait pas la volonté d'imposer un emplacement précis aux stands politiques.
Enfin, l'interpellation de M. Peter Schuseil (VL) à propos de l'Association Swissmedia a donné lieu à une très longue réponse de M. Etienne Rivier, qui représente la Municipalité au comité de cette association. A des questions supplémentaires de M. Alain Gonthier (Alt), le Syndic Laurent Ballif a apportés des réponses circonstanciées sur l'historique du pôle technologique Swissmedia Center et sur l'association.

La Commission de Gestion a ensuite pris place devant le pupitre du Président pour présenter le rapport de ses travaux d'étude sur la gestion et les comptes 2013. Alors que le rapport de gestion de la Municipalité compte plus de 120 pages, il n'a suscité aucune question, et le rapport de la CoGes n'en a soulevé que quelques-unes.
La CoGes avait également émis des voeux à propos de certains points de l'administration communale. Les réponses apportées par la Municipalité ont été acceptées par la Commission.
Au final, après un débat extrêmement bref, le Conseil a accepté à l'unanimité le rapport de gestion de la Municipalité et celui de la CoGes.
L'étude des comptes a débuté par une présentation des principaux indicateurs de la ville par le Municipal Etienne Rivier. Le résultat global étant nettement meilleur que ne le prévoyait le budget (déficit de Fr. 978'000.- au lieu de 5,8 millions), il n'y a guère de grandes déclarations à ce propos. M. Bastien Schobinger (UDC) met l'accent sur la nécessité de soigner l'autofinancement, qui ne couvre actuellement que 40% des investissements.
Le passage à travers la brochure des comptes est effectué à grande vitesse, seul le rapporteur de la CoGes apportant quelques précisions sur son rapport. Au terme de cette rapide analyse, M. Werner Riesen (UDC) constate que Vevey a bénéficié de la même embellie que les autres villes vaudoises mais demeure en léger déficit, ce qui incite à poursuivre les efforts. Comme le Syndic Laurent Ballif se rallie à cette analyse et que le consensus semble atteint sur ce point, le Conseil procède rapidement au vote sur les comptes. Ceux-ci sont adoptés à l'unanimité, avec 5 abstentions.
Dans le même élan, le Conseil accepte encore sans discussion les comptes 2013 de la Communauté intercommunale d'équipements du Haut-Léman (CIEHL) et ceux du Fonds culturel Riviera.


Présent comme personne ressource derrière la Municipalité, M. Gilles Altermath, Chef du Service des Finances, n'a guère été sollicité.



 

Le sujet suivant était programmé comme devant susciter un débat controversé, celui traitant de la subvention à octroyer à la Fondation islamique de Vevey et du district. Après un refus d'entrée en matière sur un prêt en 2011 par le Conseil, la Municipalité est revenue avec un projet consistant à payer l'intérêt du prêt de 1,7 millions que souscrirait la Fondation.
Cette proposition était simple sur le papier, correspondant à une subvention dégressive sur 17 ans, au maximum de 50'000 francs annuellement. Le montant décroîtra au fil des remboursements qu'effectuera chaque année la Fondation, à raison de Fr. 100'000.-. En moyenne, la subvention sera de Fr. 18'000.-.
La Commission des finances a été totalement partagée sur cette proposition, et la commission ad hoc qui l'a étudiée ne l'a acceptée qu'à une faible minorité. Il est apparu que ce soutien à la Fondation islamique a suscité des débats dépassant les limites habituelles des partis.
Au Conseil, on a ainsi entendu M. Vincent Matthys annoncer que le Groupe PS soutiendrait majoritairement le préavis municipal, alors que M. Serge Ansermet, du même parti se lançait dans une exégèse touffue de certains dogmes islamiques pour expliquer son refus. Le PDC se trouva dans la même situation, son chef M. Vladimir d'Angelo faisant un vibrant plaidoyer pour l'intégration alors que son collègue de parti M. Manuel Lisboa demandait que les musulmans s'adaptent à nos us et coutumes.
Les partis en faveur de cette proposition (Verts, Alternatives, Vevey Libre) ont mis l'accent sur le rôle d'intégration que joue la communauté musulmane à Vevey, qui constitue près de 10% de la population. Lui reprocher des excès commis dans d'autres pays ne tient pas compte de la situation réelle à Vevey et revient à rouvrir la guerre des religions.
Pour les opposants (UDC, PLR), l'accent a surtout été mis sur cette idée que la commune paie des intérêts alors que la Fondation n'accepte pas le principe même.
La situation étant apparemment claire et pour éviter de voir le débat s'enflammer sur des problèmes de dogmes, plusieurs intervenants ont préféré interrompre certaines déclarations. C'est finalement à la suite d'une motion d'ordre de M. Patrick Bertschy (PLR) qu'une majorité du Conseil décida d'interrompre le débat, privant même la Municipalité de la parole.
Au vote à bulletin secret, c'est finalement par 43 oui contre 35 non que le préavis municipal a été accepté.

Durant la procédure de dépouillement du vote, le Président Roland Rapin a encore passé en revue un certain nombre de communications de la Municipalité.
La réponse à l'interpellation de M. Francis Baud (VL) à propos de la situation financière de la ville a été acceptée, en l'absence de l'interpellateur qui a fait savoir qu'il s'en contenterait.
La communicaiton sur le développement de l'accueil parascolaire depuis 1990 a donné lieu à un débat étonnament critique si l'on tient compte des nombreux efforts faits par la ville pour offrir un maximum de places aux enfants veveysans. En particulier Mme Anne Tirelli (Verts) a exprimé ses doutes quant au modèle choisi pour les nouvelles formes d'accueil. La Municipale Annick Vuarnoz a expliqué une nouvelle fois que le canton lui-même n'a pas encore fixé les normes destinées à mettre en oeuvre la "journée de l'écolier". De ce fait, toutes les démarches entreprises dans ce domaine sont susceptibles d'être remises en question d'ici quelques mois.
La séance a été interrompue à 23h30, et se poursuivra jeudi 26 juin avec les deux rapports encore en attente (Règlement sur les études musicales et Crédit pour les installations de chauffage du Théâtre) ainsi qu'un débat sur la réponse de la Municipalité à propos de la gestion des déchets.

 

Présidente de la Commission de Gestion, Mme Joëlle Zaugg (PLR) est également intervenue pour demander des précisions à propos de l'accueil parascolaire.