Loading

Pictobello invite Burki pour sa 12e édition

La 12ème édition de Pictobello, samedi 13 juin 2015, a mis à l'honneur Raymond Burki, invité à parrainer cette journée. L'ancien dessinateur de 24 Heures a finalement pris grand plaisir à cet exercice inhabituel pour lui, en profitant largement des échanges avec un public chaleureux tout au long de la journée.


Finalement, Raymond Burki a choisi de "croquer" les Veveysan, comme s'il était à sa fenêtre et regardait dans la rue. Inutile de dire que les passants ne se sont pas fait prier pour poser pour l'artiste ! Au centre, le dessin comporte le Syndic Laurent Ballif et le Délégué à la Culture Stefano Stoll.

Pour sa 12ème édition, quelques nouveautés avaient été introduites dans le déroulement de cette journée. Un thème général avait été fixé, à savoir "Une fenêtre sur la ville", que chacun pouvait interpréter à sa guise. Il n'y avait donc pas un scénario à respecter, une histoire à raconter entre tous les dessins. Par contre, un collectif d'auteurs a été chargés de raconter l'histoire de cette journée, ce qui a donné un reportage à multiples entrées, dont les textes sont placardés à côtés des dessins.

Les dessins de Pictobello sont visibles à la Place de l'Hôtel-de-Ville, au bas de la Place du Marché, à la Place de la Gare et à la Place Robin jusqu'au 5 juillet 2015.


Raymond Burki a drainé de nombreux curieux et amis, ce qui montre bien l'immense trace qu'il a laissée dans la mémoire collective avec ses dessins dans 24 Heures.

Sous la Grenette, la jeune dessinatrice Tina Schwitzgebel-Wang a représenté une impressionnante transposition du marché de Vevey dans une ambiance orientale. Les dessins de la Grenette sont exposés à la Place Robin.

Parmi les "vicitmes" du crayon de Raymond Burki, Stefano Stoll, Délégué à la Culture de la Ville de Vevey.

Raymond Burki avait commencé en début de matinée avec l'idée de représenter Charlot dans la machine des "Temps Modernes". Il a finalement renoncé et a dû couvrir son premier dessin de dispersion et recommencer à zéro juste avant midi !


Les dessinateurs se sont prêtés avec grand plaisir à la cérémonie de la dédicace, comme ci-dessus Albertine.


Lors de la petite partie officielle, Stefano Stoll n'a pas manqué de remercier les deux chevilles ouvrières de cette journée, Valentine Paley et Géraldine Jacot.

La Place de l'Hôtel-de-Ville est traditionnellement un des points forts de Pictobello. L'ambiance un peu confidentielle de cet emplacement permet un excellent échange entre les dessinateurs et les spectateurs, qui sont souvent des amateurs éclairés.

On a pu observer cette année des types de dessin très divers, certains minimalistes, d'autres utilisant de larges surface de couleurs. Le travail de Gaëlle Vejlupek (ci-dessus) combine un peu tous ces moyens graphiques et présente une œuvre très forte tant dans son sujet que dans les techniques utilisées.


Natacha Veen a entamé un travail épuisant en choisissant un dessin quasiment de miniaturiste, impressionnant face à l'immensité de la surface à couvrir.

Gaëlle Vejlupek met ci-contre la dernière main à ses poissons volants.

Si la Place de la Gare est assurément l'emplacement le plus bruyant, c'est aussi celui où l'on croise le plus grand nombre de passants. Le stand bibliothèque parvient à retenir les personnes intéressées par le dessin, qui n'hésitent pas à regarder dans le détails les dessins réalisés, voire à les commenter avec les artistes. Certains seraient même parfois prêts à prendre le feutre et à y ajouter leur touche personnelle !


A la Gare, Victor Hussenot a obtenu un effet saisissant de 3D en utilisant un dessin décalé à plusieurs couleurs.


A la Place du Marché, Florent Ruppert, du duo Ruppert & Mulot, prend plaisir à expliquer et à discuter avec les visiteurs.