Loading

Plan de quartier de la Cour aux Marchandises accepté

C'est à une majorité confortable que le Conseil a adopté, lors de sa séance du 5 novembre 2015, le plan de quartier de la Cour aux Marchandises. Même si un référendum est annoncé, il ne pourra être lancé qu'après légalisation du PPA par le Conseil d'Etat.

Pour voir la vidéo de ce Conseil:
http://www.vevey.ch/N16111/conseil-communal-du-05-11-2015.html

Reporté depuis plusieurs mois pour étude complémentaire par la commission, le projet de plan de quartier de l'ancienne gare aux marchandises était bien évidemment le point principal de l'ordre du jour. Vu la complexité du sujet, beaucoup craignaient que la soirée ne se prolonge très tard, et qu'on ne puisse éventuellement même pas terminer l'ordre du jour.

 

La maquette présente le futur quartier vu depuis l'est.

En début de séance, le Président Peter Schuseil a poursuivi le renouvellement du Conseil en assermentant M. Antonio Duarte en remplacement de M. Romano Castellani (UDC).
Ensuite ont été traités les quatre objets déposés par des conseillers, soit deux interpellations et deux postulats. La première interpellation émanait des Verts, par la voix de Mme Sabrina dalla Palma, et doit être déposée dans cinq conseil de la Riviera. Il s'agit d'interrogations sur l'avenir du projet d'agglomération Rivelac et sa mise en œuvre. Une réponse écrite sera apportée, comme demandé par l'interpellatrice.
La seconde interpellation a été déposée par M. Serge Ansermet (Soc), qui s'inquiète du récent curage de la Veveyse à l'initiative du canton (qui est responsable des lacs et cours d'eau vaudois). Les réponses rassurantes du Municipal Jérôme Christen n'ont pas paru totalement convaincantes pour l'interpellateur, qui a pourtant renoncé à poursuivre son action. Il attend cependant des précisions que pourrait lui apporter le Municipal lors d'une prochaine séance.
M. Ansermet a également été l'auteur d'un postulat demandant à la Municipalité de ne pas manquer l'année 2016 qui sera placée au niveau international sous le signe du "Jardin - Espace de rencontre". Vevey ayant déjà mis en œuvre plusieurs démarches dans ce sens, il ne sera pas difficile à l'Exécutif de faire rapport sur ce sujet.
Enfin, un dernier postulat a été déposé par M. Darren Roshier (Soc) à propos de la vague de réfugiés qu'on constate en Europe. S'il souhaite d'une manière générale que notre pays et notre ville soient à même d'accueillir une part de ces malheureux, M. Roshier met surtout l'accent sur la nécessité de faciliter la compréhension de leur drame. Il propose notamment de faciliter le contact pour des habitants qui désireraient accueillir des réfugiés ainsi que d'organiser des rencontres avec les nouveaux arrivants. La Municipale Annick Vuarnoz a rappelé quelques chiffres à propos de cet afflux de réfugiés, qui est très relatif en tout cas pour notre pays, ainsi que sur les démarches entreprises par la Municipalité. Le Conseil a renvoyé à la quasi unanimité ce postulat à l'Exécutif, qui devra faire rapport sur le sujet.

 

Prestation de serment par M. Antonion Duarte

Le Conseil a ensuite enregistré formellement le dépôt du budget communal 2016, celui du Fonds Culturel Riviera et de la CIEHL ainsi qu'un crédit d'ouvrage pour réaménager le Chaussée de la Guinguette derrière la gare. Puis il a entamé le sujet principal de la soirée, le Plan Partiel d'Affectation (PPA) Cour aux Marchandises.
Rappelons que ce projet est à l'étude depuis une dizaine d'années et concerne plusieurs parcelles de l'ancienne gare aux marchandises. Le 80% est propriété des CFF et est occupé actuellement par quelques bâtiments à l'est et à l'ouest ainsi que par un parking privé. La 5e parcelle, tout à l'est, porte le bâtiment du Port-Franc et de la Voirie et est propriété de la commune. Un concours d'urbanisme en 2009 a permis à un jury de choisir le projet répondant le mieux à la fois aux nécessités de rentabilité des CFF et aux besoins urbanistiques de la Ville, tout en respectant les normes cantonales et fédérales en matière d'aménagement du territoire.
La mise à l'enquête du PPA a suscité un certain nombre d'oppositions, de voisins surtout, qui s'inquiètent notamment de la hauteur des bâtiments. Les communes de Corseaux et Corsier ont également exprimé leurs craintes que ce nouveau quartier n'ait des impacts négatifs sur la circulation sur leur territoire et attendent du Conseil des engagements fermes.
La complexité du sujet a fait que la commission a eu besoin de beaucoup de temps pour examiner à la fois le PPA et l'étude d'impact qui a dû être réalisée pour analyser les effets du projet sur le fonctionnement global du quartier et de la ville en général. Au terme de cinq séances, elle a rendu un rapport négatif qui proposait, sur la base de reproches très disparates, de renvoyer le projet à la Municipalité. Les CFF ayant annoncé qu'ils ne se lanceraient pas dans une nouvelle étude et préféreraient laisser le terrain en friche pour une ou deux décennies, le Syndic Laurent Ballif, en charge de l'Urbanisme, a négocié un certain nombre d'amendements susceptibles de rendre le projet plus acceptables sans mettre en danger sa rentabilité.
La commission s'est à nouveau penchée sur cet objet et a validé la plupart de ces amendements, rendant au final un rapport positif avec une courte majorité.


Vue depuis Chardonne, la gare marchandises ci-dessus, et le détail du Port-Franc à l'arrière sur la photo ci-dessous.




Le projet vainqueur du concours s'appelle "Digits" (Doigts), pour rappeler que les rues du quartier peuvent être vues comme des doigts complétés par un ongle qui seraient les nouvelles places à créer.

Les fronts ont été définis d'emblée puisque M. Stéphane Molliat (Vevey Libre) a demandé la non-entrée en matière sur cet objet, considérant que la Municipalité devait réétudier complètement le projet. Les Verts et Alternatives ont enchaîné dans le même sens, exigeant en particulier d'associer la population à la réflexion.
Les principaux partis, PLR et PS, ont par contre affirmé leur soutien au projet. Président de la commission, M. Patrick Bertschy (PLR) a rappelé la longueur des études déjà menées, et Mme Isabel Jerbia (Soc) a appelé à entrer en matière, tout comme M. Bastien Schobinger (UDC).
Après un débat réduit, l'entrée en matière a été acceptée, à bulletin secret, par 52 oui contre 30 non et 2 abstentions, ce qui indiquait bien qu'une large majorité avait en fait déjà fait son choix final. Cela s'est vérifié dans la suite du débat, les échanges étant relativement peu nombreux sur chacun des amendements proposés au vote.
Le 1er amendement portait sur l'abaissement d'un étage du premier bâtiment à l'ouest de la parcelle, le plus haut du quartier. Cet diminution de hauteur a été acceptée très largement, avec 1 non et une douzaine d'abstentions.
Le 2e amendement demandait de sortir la parcelle communale ((Port-Franc/Voirie) du PPA, pour permettre ultérieurement à la Ville de l'affecter différemment. Bien qu'un peu dérangeant pour la cohérence du projet, l'amendement a été très largement accepté.
Le 3e amendement, refusé par la commission, demandait de diminuer la densité sur l'ensemble du périmètre du PPA. Cette modification, selon les CFF, aurait mis en péril la rentabilité de l'opération et aurait amené l'abandon total du projet. Le Syndic a signalé que le futur Plan Général de la Ville, dont l'étude va démarrer, devrait donner en fait plus de droit à bâtir et non pas moins dans ce quartier central, ce que M. Alain Gonthier (Alt) a contesté. Malgré cela, l'amendement a été refusé nettement par le Conseil.

Le 4e amendement a introduit une norme énergétique moins exigeante que demandé initialement. M. Serge Ansermet a réussi à convaincre le Conseil de demander de respecter le label Minergie P, ce qui a été accepté par 43 oui, 26 non et 3 abstentions.
Le 5e amendement, demandant la création d'une place végétalisée dans le quartier avec des jeux d'enfants, a été complété par une proposition de Mme dalla Palma incluant un concours pour cet aménagement. L'amendement complet a été accepté à une très large majorité.
Les quatre derniers amendements ont suscité une adhésion pratiquement totale. Ils concernaient l'accès des locataires aux futurs toits végétalisés, une accessibilité limitée pour les véhicules sur les places publiques à créer, et l'entretien par les CFF du futur mur végétalisé à créer côté voies ferrées. Le plus important de ces amendements a été l'acceptation, par les CFF également, d'un doublement du quota d'appartements à loyer abordable (LUP), qui passera de 10 à 20%.
Un amendement supplémentaire a été accepté sur proposition de Mme dalla Palma, soit que les conclusions de l'étude d'impact doivent être strictement respectées, ce qui est de toute façon légalement obligatoire.
Le débat général s'est limité à une répétition, par les opposants des arguments évoqués lors de l'entrée en matière. Le Syndic a fait une synthèse de ces discussions en mettant les cartes sur la table, le Conseil n'ayant que deux possibilité de choix: laisser toute la zone en friche et en parking à ciel ouvert pour 10 ou 20 ans, ou accepter un projet apportant des solutions sur le problème du logement, des places de travail et de la mobilité, douce en particulier. Le Président a ensuite pu procéder au vote final sur les conclusions telles qu'amendées. Une précision a encore été apportée dans le sens que le PPA est en fait adopté partiellement, soit pour 4 des 5 parcelles seulement. Le Conseil d'Etat devra encore valider ce PPA partiel, le sort de la 5e parcelle pouvant être décidé ultérieurement. Les réponses aux communes de Corseaux et Corsier ont également été acceptées par le Conseil.
Au vote final, à bulletin secret, le score a été pratiquement identique à l'entrée en matière, soit 50 oui, 31 non et 1 abstention.


 


L'ancienne usine Klausfelder a été réaménagée pour devenir un des centres de Nestlé à Plan-Dessus.

Le débat s'est poursuivi encore sur un point: les opposants ont demandé que le Conseil décide le référendum spontané, c'est-à-dire de consulter la population sans qu'il soit nécessaire de récolter des signatures. Le non a été dans les mêmes proportions que lors du vote précédent. Les adversaires du projet devront donc lancer formellement le référendum, mais cela ne sera possible qu'après que le Conseil d'Etat aura validé le PPA. Au nom d'Alternatives, M. Eric Studer a enjoint le Conseil d'accepter le référendum spontané, et il pourrait en fait être exaucé sur ce point puisque, si le référendum aboutit, la population pourrait être appelée à voter sur cet objet... en juin !
La fin de la séance s'est déroulée sans grand débat. La motion de M. Stéphane Molliat demandant que la Municipalité s'adresse à Nestlé pour racheter le parking de l'ex-bâtiment Klausfelder (Rue de Fribourg/Chemin Vert) a été transformée en postulat et transmise à l'autorité. L'Exécutif devra donc envisager toutes les options possibles avec le propriétaire actuel, qui a des projets de PPA pour cette  vaste parcelle de 10'000m2.
La Municipalité, par voie de communication, a annoncé l'ouverture de comptes d'attente au bilan pour financer les études préalables de cinq petits projets (Observatoire, Pavillon Doret, aménagements autour du futur Collège).
L'information sur la prochaine ouverture de la déchetterie à la gare marchandises ainsi que les horaires de ramassage a été saluée, même si des explications complémentaires ont été demandées au Municipal Jérôme Christen.
Quant à l'information présentant le rapport intermédiaire sur l'étude de fusion ou de nouvelle gouvernance régionale, elle n'a suscité aucune discussion.