Loading

Les travaux du Château de l'Aile débutent par une journée souvenir

Alors que le montage des échaffaudages autour du Châteaul de l'Aile va commencer dans quelques jours, la journée du samedi 7 février 2009 a été l'occasion d'un grand rendez-vous des membres de la famille Couvreu, ancienne propriétaire du bâtiment: visite des lieux et rappel de bien des souvenirs, mais également présentation en détail du projet de rénovation.

Si de nombreux représentants des autorités et professionnels concernés par la rénovation du château étaient présents, la famille Couvreu avait également fait honneur à l'invitation.

Pour l'architecte Christophe Amsler, le rêve était que la famille disposât encore de document datant de latransformaton du château, ou racontant la vie telle qu'elle s'y déroulait il y a 150 ans. Et le rêve est quasiment devenu réalité, puisque c'est une pleine valise de plans et de papiers anciens qui lui a été remise, afin de faciliter les travaux de réhabilitation du château dans sa configuration initiale.

Aîné de la famille présent samedi 7 février, M. Yves Couvreu (ci-contre) a commenté la visite pour ses proches. 


M. Frédéric Gumy Directeur de Projet 109, en charge de l'opération combinée Château/Restaurant du Rivage, a accueilli les invités dans le grand salon.

M. Bernd Grohe, nouveau propriétaire du château, accompagné de son épouse, a accompagné les invités durant toute la journée, en compagnie de M. Gumy.

 

Les membres de la famille Couvreu, dont certains n'étaient pas revenu dans le Château de l'Aile depuis sa vente à la commune en 1987 voire même n'y avaient jamais mis les pieds, ont eu plaisir à se replonger dans cette anthologie de l'histoire familiale. Il faut savoir en effet que le bâtiment appartenait à la famille depuis 1699, et qu'il avait été l'objet de nombreuses transformations et rénovations au fil des Couvreu.

 

Le plus émouvant a certainement été la (re)découverte des marques qu'avaient placées les enfants de la famille dans une des armoires, pour marquer leur taille à des âges successifs. La plupart ont tenu à se faire photographier devant ce modeste "monument" rappelant leur passé et leur enfance (photo ci-contre).

 

Les invités ont pu visiter tout le bâtiment, étant accueilis à chaque étage par les architectes en charge du projet. A droite ci-dessus, M. Christophe Amsler, architecte principal de cette rénovation, a expliqué en détail le fonctionnement du château, conçu dès l'origine comme un bâtiment destiné à une famille unique.

La partie technique la plus impressionnante a pté la présentation de la méthode utilisée pour faire le relevé des espaces du château. Comme il n'existe naturellement pas de plan exhaustif de l'ensemble du bâtiment et de ses annexes, les resposnables de la rénovation ont opté pour un scan au laser de tous les volumes et surfaces.

L'opération est menée très rapidement, en quelques minutes pour chaque pièce, par un balayage automatique de tout l'espace libre. La même opération peut être menée pour les surfaces extérieures, ou les toits comme on le voit sur l'image de droite.

Les scans ont été réalisés parfois dans des locaux encores encombrés de meubles ou d'objets divers. C'est le cas des combles, qui ont été scannés avant et après débarras.

Les images apparaissent comme une vue à 360 degrés déroulées, ce qui entraîne une certaine déformation.

Mais l'appareillage est utilisé en conjonction avec une plate-forme logicielle performante. Celle-ci est non seulement capable de redresser les courbes tordues par la perspectives, mais également de transformer les milliards de points relevés pour l'ensemble du bâtiment en plans parfaits au format d'un logiciel standard d'architecture.

Le Château de l'Aile est désormais disponible en trois dimensions, avec possibilité de couper des tranches où l'on veut, ou de faire des visites virtuelles comme dans un jeu vidéo.


L'après-midi a été consacrée à une excursion organisée à Bulle, pour visiter l'exposition au Mudée Gruérien "Miroirs d'argent". Il s'agit de la présentation d'une vaste collection de daguerréotypes (l'une des premières techniques de la photographie) réalisés danrs les années 1840 par J.-P. Girault de Prangey. Ce jeune aristocrate du Jura français a voyagé en Europe et au Moyen-Orient au milieu du XIXe siècle, et a ramené de ses voyages d'innombrables photos et dessins.
Parmi ces photos, une demi-douzaine ont été prises à Vevey en 1845 et présentent le Château de l'Aile à l'état de neuf quasiment, juste après sa transformation en néo-gothique.
Les responsables de la rénovation du château ont obtenu le droit d'utiliser ces photos extrêment précises pour avoir des informations de première main en particulier sur les matériaux utilisés à l'origine et pour certaines décorations aujourd'hui détruite par le temps.
Cette exposition est visible jusqu'au 29 mars 2009 à Bulle.


Lors de la présentation de l'opération de rénovation, une photo-montage a été présentée du château après sa rénovation... fin 2013. Comme l'a relevé l'architecte Christophe Asmler: "Tous les gens qui se sont un jour penchés sur le Château de l'Aile sont extrêment patients !". 


En fin de journée, la Municipalité, dont une délégation a accompagné la visite durant la journée, a accueilli tous les invités pour un apéritif à l'Hôtel-de-Ville. Après quelques mots du Syndic Laurent Ballif et de M. Frédéric Gumy, c'est un autre syndic qui s'est exprimé au nom de la famille, M. Pierre-Alain Couvreu, Syndic de Vich. Il faut relever que la famille Couvreu a donné deux syndics à Vevey.

Dès la mi-février, le bâtiment sera enouré d'échaufaudage et entièrement emballé, pour le préserver des intempéries lorsqu'il s'agira de refaire le toit notamment.

Dans cette rubrique