Harcèlement de rue

Harcèlement de rue

La Ville de Vevey met en place une stratégie globale de lutte contre le harcèlement de rue avec ses partenaires, publics et privés. Elle s’est donc appuyée sur la prestation de signalement mise en place par la Ville de Lausanne pour créer un formulaire destiné aux Veveysannes et Veveysans. Ce formulaire de signalement constitue une première étape permettant d’offrir un moyen d’action aux victimes et témoins. Mais aussi de documenter et visibiliser cette problématique.

Harcèl.Vevey

Depuis le 13 décembre 2021, la Ville de Vevey permet aux victimes et témoins de harcèlement de rue, via  la plateforme de signalement : harcèl.Vevey, de signaler des cas survenus à Vevey.

Les signalements sont traités par deux collaborateur·ice·s du Service de la cohésion sociale. Selon les cas, une collaboration est établie avec le Corps de police (police judiciaire, police de secours ou proximité) et d'autres partenaires publics ou privés pour y apporter des réponses adaptées.

Grâce à ces signalements, la Ville, en partenariat, souhaite proposer des mesures concrètes pour lutter contre ce phénomène et améliorer la qualité de vie et le sentiment de sécurité des habitants et habitantes de Vevey. En ce sens, une évaluation sera faite après une année d'utilisation.

Le harcèlement de rue consiste en des comportements adressés à des personnes dans des lieux publics, visant à les interpeler verbalement ou non, en leur envoyant des messages intimidants, irrespectueux, insultants, humiliants, insistants ou menaçants en raison de leur sexe, de leur genre ou de leur orientation sexuelle.

Ce phénomène comprend notamment des :

  • regards insistants ;
  • sifflements ;
  • commentaires sur le physique ou la tenue vestimentaire ;
  • avances sexuelles ;
  • frottements ;
  • bruitages, gestes obscènes/dégradants
  • attouchements ;
  • poursuites ;
  • Remarque/insulte à caractère sexiste
  • Remarque/insulte liée à l’identité de genre
  • Remarque/insulte liée à l’orientation sexuelle
  • Menaces
  • Exhibitionnisme
  • Etc.

Ce sont principalement les femmes et/ou les personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, transgenres, intersexes, en questionnement et queer (LGBTIQ+), qui sont victimes de harcèlement de rue. Ces comportements, subis souvent de manière répétée, peuvent rendre les lieux publics hostiles pour ces personnes.

Pour distinguer la drague et harcèlement, il faut prendre en considération les réactions, la réceptivité de la personne à qui s'adresse la volonté de nouer une relation de séduction réciproque.

La drague respecte le consentement ou l’absence de consentement de la personne en face. Elle est polie et tient compte des réactions de la personne abordée.

Le harcèlement ne prend pas en compte de cette interaction. Il consiste à imposer la volonté d’un seul individu qui ne souhaite pas nouer une relation avec l’autre, mais l’intimider, le mettre mal à l'aise, voire lui nuire. Il provoque un sentiment de gêne et d'insécurité chez la personne ciblée.

Les comportements apparentés au harcèlement sont donc non désirés et non réciproques. Ils privent les personnes prises pour cible du choix d'entrer ou non dans une relation verbale ou physique. Il s’agit donc d’une interaction forcée et non-consentie.

  • En tant que victime :
    • Ignorer la personne qui harcèle et s’éloigner ou se réfugier dans un endroit sûr (magasin, restaurant…).
    • Si l’on se sent en sécurité, dire clairement à la personne de cesser son comportement. Il est aussi possible de prendre une photo ou une vidéo pour les fournir à la police.
  • En tant que témoin, il est possible de :
    • Faire diversion (par exemple en demandant l’heure)
    • Demander de l’aide aux personnes à proximité ou par téléphone.
    • Signaler le problème au personnel éventuellement présent (conducteur-trice de bus, personnel de bar, employé-e-s de l’administration, par exemple).
  • Lorsque la personne qui harcèle devient agressive, menaçante ou se met en poursuite, appeler le 117 et signaler son identité (lieu, vêtements, plaque d’immatriculation …).
  • Surtout, ne pas insulter la personne qui harcèle, cela peut générer un comportement (encore) plus violent de sa part.