Notes historiques

Vevey et Montreux, lieux de séjour par excellence sur la Riviera Suisse. 

  • Plus de 15 km de quais magnifiquement fleuris. 
  • Des sommets à découvrir grâce à de confortables petits trains de montagne. 
  • Des promenades romantiques en bateau à vapeur sur le lac Léman. 
  • Des hôtels du style "Belle Epoque", pleins de charme et de souvenirs, offrant toutefois le plus grand confort moderne. 
  • Des bars, des bistrots et de terrasses ensoleillées. 
  • Et pour vos achats, une gamme complète de boutiques et de magasins.

Ville très ancienne, Vevey existait déjà à l'époque lacustre. Plus tard, les romains développèrent cette bourgade fort bien située au bord du Léman, à la jonction des routes d'Avenches et de Lausanne conduisant à Martigny et, de là, en Italie.
La ville romaine subit les invasions des Barbares et devint, au Moyen Age, une ville fortifiée. En 1257, elle passa sous la protection de la Maison de Savoie, puis en 1536, fut soumise à la domination des baillis bernois.
Des nombreux protestants français vinrent se réfugier à Vevey après la révocation de l'Edit de Nantes en 1685 et contribuèrent à la prospérité de la ville. En 1798, Vevey, comme le canton de Vaud, fut affranchie de la domination bernoise et devint une ville importante grâce à sa situation géographique d'une part, et à ses industries et son hôtellerie d'autre part.

Vevey et sa voisine, La Tour-de-Peilz, ainsi que les villages voisins de Corseaux, Corsier, Chardonne / Mt-Pèlerin, Jongny, St-Légier-La Chiésaz et Blonay, sont des lieux de séjour appréciés de touristes.

La région allie les avantages de la vie citadine et campagnarde. Les promeneurs peuvent gagner aisément la montagne, les forêts, les champs de narcisses et les vignobles.

Les quais s'étendent sur une longueur de 3 km, du débarcadère de Vevey-Plan au Château de La Tour-de-Peilz, derrière lequel se cache le ravissant port que l'on atteint en contournant le château. Le long des quais, trois beaux parcs publics, le Parc de l'Arabie à côté de la Veveyse, le jardin du Rivage près du débarcadère de Vevey et, plus loin, le Jardin Roussi entre Vevey et La Tour-de-Peilz.

Eglise construite en 1878 selon des plans dressés à St-Petersbourg et consacrée à Ste-Barbara. Elle est ouverte au public le mardi de 14h00 - 17h00 ou sur rendez-vous.

Musée des Beaux-Arts. Ce musée abrite également le Cabinet Cantonal des Estampes et la Collection de la Fondation Kokoschka. Au sous-sol se trouve la Bibliothèque Municipale.

C'était au Xe siècle une petite église formée de trois absides. Le choeur et la tour remontent au XIII siècle. A la fin du XVe siècle, on dut rebâtir l'église qui menaçait de tomber en ruine. On ne garda de celle-ci que le choeur et le clocher. Au XVIe, la tour fut surmontée d'une flèche que le vent emporta. Elle resta, dès lors, telle qu'on la voit aujourd'hui.
A l'intérieur, la grande mosaïque et les vitraux sont l'oeuvre du peintre Enerst Biéler. Le vitrail du choeur date de 1900, ceux de la façade nord sont de 1948. Les fenêtres supérieures ont été ornées en 1958 de belles verrières du peintre François de Ribaupierre.
Une table d'orientation se trouve sur la terrasse à l'angle sud-est, d'où l'on jouit d'une vue étendue. Un règlement communal précise que, du triangle fermé à l'est par l'église catholique et à l'ouest par le bâtiment Nestlé, la hauteur des immeubles ne doit pas cacher la rive savoyarde. (Réouverture au public en 1994 )

Construite de 1880 à 1882, elle abrite de nombreux mémoriaux rappelant le souvenir de personnalités ayant vécu à Vevey.

La première pierre de cet édifice fut posée en 1869 en présence de Don Carlos d'Espagne et de son épouse. L'Eglise fut terminée en 1872. Style néo-gothique. A l'entrée côté droit: plaque commémorative en souvenir du héros de l'indépendance de la Pologne, Henryk Sienkiwicz, écrivain et poète.

La Tour Orientale date de 1842. La fontaine à trois bassins qui lui est adossée est l'oeuvre de Michel Brandoin ( 1733 - 1790 ).

Cette bâtisse, au toit monumental, date du XVe siècle et fut restaurée en 1733. Elle servit de résidence aux baillis bernois.
Le Château abrite, au rez-de-chaussée, un excellent restaurant. Aux étages supérieurs se trouvent le Musée du Vieux-Vevey et celui de la Confrérie des Vignerons. Le premier contient d'intéressants témoins du passé veveysan, alors que le second est consacré à la vie de la Confrérie des Vignerons qui siège dans la Salle du Conseil.

Ce temple fondé au XV siècle porte le nom de la patronne de l'ordre des Clarisses et était attenant à un couvent. A la réformation, en 1536, les nonnes durent s'enfuir à Evian. L'église devint un lieu de culte protestant. le portail est de Michel Brandoin.

Elle date probablement de 1329 et est consacrée à St-Jean l'Evangeliste. Elle faisait partie jadis de la chapelle de l'Hôpital du Vieux-Mazel. Au pied, la fontaine dessinée par Michel Brandoin date de 1778.

Fondation de la Maison Nestlé, ouvert en juin 1985. Ce musée a pour but de cerner les problèmes liés à l'alimentation d'hier et d'aujourd'hui. Nombreuses expositions temporaires.

Cette statue, édifiée en 1982, est l'ouvre de John Doubleday, sculpteur britannique. Elle a été achetée par la Ville de Vevey en hommage à l'artiste qui vécut les 25 dernières années de sa vie à Corsier-sur-Vevey.

Cet édifice de style Louis XV fut en partie construit en 1710 et terminé en 1755. A voir la Salle des Pas Perdus, la très belle rampe en fer forgé et l'Horloge de 1709.

Autrefois propriété de Girard d'Oron, chantre de la cathédrale de Lausanne, elle fut reconstruite à diverses reprises, pour la dernière fois en 1746. Elle est actuellement le siège de l'administration cantonale pour le district de Vevey. Derrière la Cour-au Chantre, beau parc avec un vieux puits.

La fontaine surmontée d'un guerrier, édifiée dans cette rue, remplace un des trois puits qui existait au Moyen Age. La statue représente, dit-on, St-Martin, bien qu'elle tienne plutôt d'un guerrier romain.

Réservé aux piétons, c'est la rue des boutiques et des antiquaires. A son extrémité ouest, la Fontaine du Sauveur date de 1817, style Empire.

De style neo-classique et néo-gothique, le Château de l'Aile ou Château Couvreau (du nom d'une dynastie de syndics veveysans) offre un exemple assez caractéristique de l'architecture du XIXe siècle. Paul Morand, "le globe-trotter de la littérature" y a résidé de longues années. Ce château est privé et ne se visite pas.

Fondé en 1979 et transféré a cette adresse en 1989, ce musée de conception très moderne abrite une collection exceptionnelle d'anciens appareils de photo. Expositions temporaires de photos.

Des marchés très animés s'y tiennent les mardis et samedis d'avril à novembre de 08h00 à 12h00. En juillet et août. marchés folkloriques le samedi matin avec dégustation de vins. Au milieu de la Place l'on peut voir une ancienne pierre de pressoir en granit offerte à la ville par un vigneron veveysan et dans laquelle sont gravées, en signe de souvenir, les dates de toutes les Fêtes des Vignerons qui se sont déroulées sur cette place historique.

Maison du début du XVIIIe siècle. Le nom de Mme de Warens qui habita évoque celui de Jean-Jacques Rousseau. ( Voir le café de la Clef )

Ancienne halle aux grains, construite en 1808. Colonnes monolithes.

Jean-Jacques Rousseau y séjourna en 1731. A cette époque, ce dernier pouvait voir de sa fenêtre la maison de Mme de Warens.

Construit en 1868 et réouvert en 1992 après une importante transformation du bâtiment existant.